[Mois de l’imaginaire 2019] 6 octobre – Royaume de vent et de colères

J’ai croisé un instant le regard du fantôme qui est passé devant ma porte. Il avait les mêmes yeux que Philippa. J’attendais un signe mais je ne pensais pas qu’il emprunterait les traits de ma défunte épouse. Le passé est là, sur mon seuil. Je n’ai plus qu’à le laisser entrer pour que le vieux Gabriel et le chevalier, enfin réconciliés, ne fassent finalement plus qu’un.

Quelle heure est-il ? Cela fait une éternité que je dois être assis à cette table dans la pénombre. Je ferme les yeux avec la certitude de voir mes victimes revenir me hanter. Rien. Aucun visage, aucun cri, pas même la simple image d’une goutte de sang. Les cauchemars qui m’ont pourchassé pendant toutes ces années se terminent aujourd’hui. Cette nuit, je n’en veux plus.

La tempête souffle dehors avec force, arrachant parfois une tuile qui va s’écraser sur les pavés. Chacune de ses rafales menace d’abattre les maisons pour m’enterrer vivant sous les décombres. Je n’ai plus peur. Le mistral pourra toujours souffler demain pour transmettre sa folie aux hommes comme il l’a fait pendant ces trois derniers jours. Fou, je le suis déjà et le diable, aussi cruel soit-il, n’a pas le pouvoir de briser deux fois le même destin.

Le sommeil me gagne immédiatement quand je m’allonge. Mes pensées se teintent peu à peu de la couleur du rêve. J’ai l’impression d’être une lame de tarot, battue avec les autres avant d’être tirée au hasard et placée par une main invisible sur une table infinie. Demain, les cartes seront retournées une à une, révélant les arcanes qui écriront l’avenir d’un destin qui nous dépasse. Oui, demain Marseille deviendra folle, la tempête soufflera plus fort encore pour abattre ses murs comme un château de cartes. Demain, je serai enfin chevalier.

Jean-Laurent Del Socorro, in Royaume de vent et de colères. ActuSF, 2015

N’oubliez pas de vous joindre à mon concours pour ce mois de l’imaginaire !

D’ailleurs, le cadavre exquis de ce roman donnerait ceci :

 » Alors même que j’avais fait un bisou à ma mère ce matin, j’ai pris le thé avec Sabrina l’apprentie sorcière pour pouvoir enfin m’offrir ce petit haut qui me faisait tant envie, et j’y ai perdu mon honneur. « 

Acherontia vous propose un chouette extrait du roman de Jean-Laurent Del Socorro « Royaume de vent et de colères »

Premières lignes #4

PremieresLignes_Banner

Bonjour et bon dimanche à tous !
Je continue donc le nouveau rendez-vous hebdomadaire initié il y a peu, et censé avoir lieu tous les dimanches. Il a été créé par Ma Lecturothèque et consiste à prendre un livre pour citer les premières lignes du récit.

Cette semaine, j’ai envie de vous faire découvrir mes deux dernières lectures, Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent del Socorro, et Le club des punks contre l’apocalypse zombie de Karim Berrouka. Deux lectures radicalement différentes, comme vous allez le voir, mais deux très bons romans quoi qu’il en soit.

Royaume de vent et de colères…

La tenancière de la Roue de Fortune me précède dans l’escalier. Nous nous engageons sur la coursive au moment où une porte se referme devant nous. C’est la chambre du chevalier Gabriel de Saint-Germain. J’ai le temps de plonger mes yeux dans les siens par l’entrebâillement. C’est la première fois que nos regards se croisent. J’ai pourtant souvent marché dans l’ombre du chevalier, par fascination peut-être, par amour sans doute – à mon âge pourquoi se mentir? Je suis descendue dans cette auberge seulement parce que Gabriel y séjourne. Un catholique converti malgré lui et qui a fait couler le sang de bien plus de huguenots que je n’ai jamais égorgé d’homme.

Jean-Laurent del Soccoro

Le club des punks contre l’apocalypse zombie…

Nuit de juin, courte mais belle.

Courte parce que, bien évidemment, c’est la saison. Mais aussi parce que le temps est une question de perception, et que celle que peuvent avoir Deuspi et Fonsdé des dernières heures est un peu faussée par leur consommation de substances psychotropes. Ils ont débuté la soirée en gobant deux acides qu’ils ont arrosés de quelques binouzes (deux packs de douze, ce qui commence à compter, même si ce n’était que de la Kro). Du coup, leur cervelle a largement dépassé la cote d’alerte toxicologique. Elle est habituée certes, mais ça ne l’empêche pas pour autant de se mettre en mode free party.

Karim Berrouka.

C’est lundi, que lisez-vous? #74

c'est lundi_banner

Comme d’habitude, le rendez-vous du « C’est lundi… » est organisé par Galléane. Vous pouvez retrouver tous les billets sur son blog en cliquant sur le lien ^^ Le principe est très simple, il faut répondre à trois questions, chaque lundi:
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?
00Scroll00

Ce que j’ai lu la semaine dernière

Royaume de vent et de colère, de Jean-Laurent Del Socorro

RoyaumeDeVent_DelSocorro1596. Deux ans avant l’édit de Nantes qui met fin aux guerres de Religion, Marseille la catholique s’oppose à Henri IV, l’ancien protestant. Une rébellion, une indépendance que ne peut tolérer le roi. À La Roue de Fortune se croisent des passés que l’on cherche à fuir et des avenirs incertains : un chevalier usé et reconverti, une vieille femme qui dirige la guilde des assassins, un couple de magiciens amoureux et en fuite, et la patronne, ancienne mercenaire qui s’essaie à un métier sans arme. Les pions sont en place. Le mistral se lève. La pièce peut commencer.

Ce que je lis cette semaine

Griots célestes. T1, de Pierre Bordage

GriotsCélestes1_BordageEnfant illégitime abandonné dans le désert de Jezomine, Qui-vient-du-bruit a grandi parmi les Skadjes, une peur si insaisissable que certains en viennent à douter son existence. La vie paisible que le garçon a connue jusqu’alors prend un tour inattendu le jour où si chemin croise celui de Marmat Tchalé, un Griot Céleste. Il l’ignore encore, mais il est lui aussi promis au destin exceptionnel de ces conteurs qui colporte à travers l’espace et le temps le souvenir de l’humanité Car, dispersés sur de nombreux mondes, les hommes ont oublié que, jadis, leur espèce ne faisait qu’une qu’ils étaient capables de voyager entre les planètes.

Le club des punks contre l’apocalypse zombie, de Karim Berrouka

ClubdesPunks_BerroukaParis n’est plus que ruines. 
Et le prix de la cervelle fraîche s’envole. 
Heureusement, il reste des punks. 
Et des bières. 
Et des acides. 
Et un groupe électrogène pour jouer du Discharge. 
Le Club des punks va pouvoir survivre à l’Apocalypse. 
Enfin, si en plus des zombies, les gros cons n’étaient pas aussi de sortie… 
Il est grand temps que l’anarchie remette de l’ordre dans le chaos !

Ce que je vais lire ensuite

Les enchantements d’Ambremer, de Pierre Pevel

ParisMerveilles1_PevelParis, 1909. La tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes se baignent dans la Seine, des farfadets se promènent dans le bois de Vincennes… et une ligne de métro relie la ville à l’OutreMonde, le pays des fées, et à sa capitale Ambremer. Louis Denizart Hippolyte Griffont est mage du Cercle Cyan, un club de gentlemen-magiciens. Chargé d’enquêter sur un trafic d’objets enchantés, il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. L’affaire est épineuse et Griffont doit affronter bien des dangers: un puissant sorcier, d’immortelles gargouilles et, par-dessus tout, l’association forcée avec Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien…

00Scroll00

Sur le blog cette semaine

PinkTeaTimeClub_Guillot

Chronique steampunk : The pink tea time club, de Cécile Guillot

TopTenTuesday

Top Ten Tuseday : Les 10 romans que je conseille habituellement

c'est lundi_banner

C’est lundi, que lisez-vous?