Throwback Thursday #15

ob_515986_ob-c6cdbe-ob-0fe75a-ob-719c47-throwbac

Le Throwback Thursday a été initié par BettieRose books sur son blog. Chaque jeudi, un nouveau thème est proposé. À moi de trouver un livre qui colle à ce thème et de vous en parler un peu.

Et cette semaine, le thème est…

Hot chocolate and marshmallows

tbtl2018-4

Mon choix…

Le livre de fées séchées de Lady Cottington

Terry Jones et Brian Froud

couv69300120Ce magnifique livre reproduit le journal intime d’Angelica Cottington, une petite fille rêveuse qui a fréquenté les fées et qui rapporte tous les secrets de ces êtres rares et précieux… Un journal intime onirique et passionnant.

Lire la suite

Throwback Thursday #14

Throwback Thursday #14

Le Throwback Thursday a été initié par BettieRose books sur son blog. Chaque jeudi, un nouveau thème est proposé. À moi de trouver un livre qui colle à ce thème et de vous en parler un peu.

Et cette semaine, le thème est…

Comme un air d’automne

Throwback Thursday #14
Throwback Thursday #14

Le carnaval aux corbeaux, d’Anthelme Hauchecorne

Ludwig grandit à Rabenheim, un petit bourg en apparence banal.
Claquemuré dans sa chambre, il s’adonne au spiritisme. À l’aide d’une radio cabossée, il lance des appels vers l’au-delà, en vue de contacter son père disparu.
Jusqu’à présent, nul ne lui a répondu… Avant ce curieux jour d’octobre.
Hasard ? Coïncidence ? La veille de la Toussaint, une inquiétante fête foraine s’installe en ville. Ses propriétaires, Alberich, le nabot bavard, et Fritz Frost, le géant gelé, en savent long au sujet du garçon. Des épreuves attendent Ludwig. Elles seront le prix à payer pour découvrir l’héritage de son père.
À la lisière du monde des esprits, l’adolescent hésite… Saura-t-il percer les mystères de l’Abracadabrantesque Carnaval ?

Throwback Thursday #14

Rien qu’à voir la couverture, vous avez déjà compris le pourquoi de mon choix, n’est-ce pas? Et s’il fallait vous convaincre davantage, lisez le résumé ^^

Certes, ce roman ne traite pas que de l’automne. D’ailleurs, ce n’est pas vraiment l’automne dans sa globalité, mais plutôt la période de la Toussaint qui intéresse  particulièrement l’auteur. Et cela tombe bien, car la Toussaint, nous y sommes presque!

Je préfère vous prévenir tout de suite, si vous cherchez une agréable lecture d’automne, toute en charme et en romantisme, une lecture qui vous aidera à apprécier le soleil déclinant, les brumes matinales et les feuilles qui tombent… Surtout, passez votre chemin!! Ici, vous ne trouverez que citrouilles grimaçantes, corbeaux endiablés, fantômes évanescents et putrescence avancée.

Throwback Thursday #14

Mon « en bref » de l’époque…

Je suis désolée, chers lecteurs, si cette chronique fut longue. Une des plus longue écrite à ce jour, si je ne m’abuse (ou Mabuse, hu hu ^^). Désolée, aussi, de sombrer ici dans un pur style dithyrambique peut-être un peu trop poussé. Mais face à un tel roman, comment pouvais-je faire autrement?

Si j’avance en terrain connu dans cet univers sombre et atypique, il est un point qui à chaque fois me conquit. Le style d’écriture, bien entendu… Chaque mot, chaque phrase est un ravissement pour qui aime la belle littérature et le français manipulé avec brio. Selon l’auteur, « ce livre n’est qu’un entresort, qu’en magicien maladroit il aurait escamoté à la musique, nourriture de l’âme ». Eh bien, pour une fois, je ne suis pas d’accord…

Ce livre est un ovni littéraire écrit par un fou extraterrestre qui aurait colonisé les profondeurs de la Terre, y observant nos travers et les transcrivant à sa manière, dans des récits teintés par les contes et les légendes que nous oublions peu à peu.

Mais là, je commence à me dire que, décidément, l’écriture tardive ne me vaut rien et fait dérailler mon pauvre cerveau déjà fragile. Vous voulez un authentique résumé, en vérité? Lisez ce roman, vous ne serez pas déçu. Donnez-moi des nouvelles de votre lecture, je serais ravie de partager l’expérience avec vous ^^

Acherontia

Throwback Thursday #14

Throwback Thursday #13

Throwback Thursday #13

Le Throwback Thursday a été initié par BettieRose books sur son blog. Chaque jeudi, un nouveau thème est proposé. À moi de trouver un livre qui colle à ce thème et de vous en parler un peu.

Et cette semaine, le thème est…

T’es pas mon genre, mais je t’ai quand même aimé

Throwback Thursday #13

Throwback Thursday #13Le passeur de lumière, de Bernard Tirtiaux

« La lumière est diffuse », dit Rosal de Sainte-Croix au jeune Nivard de Chassepierre. « Elle est fugace, changeante, capricieuse. Elle a toutes les ruses. Jamais tu ne seras satisfait de ton ouvrage, si beau soit-il. Jamais tu n’auras assez de couleurs dans tes casiers pour donner vie à un vitrail comme tu le souhaites, jamais tu n’auras la certitude de colorer juste comme on chante juste. Qu’importe! Tes pas partent du feu et tu dois atteindre le feu, devenir un maître en ton art. » Nivard ne déçut pas le chevalier qui attendait de lui la plus vertigineuse escalade jamais rêvée vers la lumière. Animé par une passion presque charnelle pour le verre et ses sortilèges, il récolte d’Orient en Occident les couleurs alchimiques de nos cathédrales. Il œuvre en Bavière, à Saint-Denis, au Mans, à Chartres… La quête déchirée de ce « passeur de lumière » sera alors celle d’un artisan sublime, funambule oscillant entre le ciel et l’ombre…

Throwback Thursday #13

Oui, enfin, quand je dis que ce n’est pas mon genre… On va dire que ce roman ne relève pas des littératures de l’imaginaire telles que celles que je chronique sur ce blog. Il s’agit plutôt d’un roman contemporain, avec une touche d’historique. J’aime beaucoup le côté historique, mais le contemporain, beaucoup moins…

Toujours est-il que ce roman m’a été conseillé par ma mère parce qu’il parle de la conception des vitraux au Moyen-âge, et que j’ai eu la subite envie de l’essayer malgré mon aversion initiale. Et je ne fus pas déçue!

Outre le caractère historique très fouillé du roman, j’ai adoré le personnage et son histoire tumultueuse, j’ai adoré la romance contée par l’auteur, cette histoire d’un amour si fort et si dévastateur. Et puis il y a la lumière, qui prend une place considérable dans le récit. Ou plutôt l’ombre et la lumière, devrais-je dire, aussi complémentaires que la vie et la mort. Elle est utilisée tantôt de façon littérale, tantôt en métaphores. Mais alors quelles métaphores!

Bref, je me suis laissée séduire malgré mes a priori initiaux. Et quelque part, cela rend la lecture encore meilleure, parce que l’on se prend au jeu en se laissant surprendre par ses propres réactions.

Throwback Thursday #13

Mon « En bref » de l’époque…

Il y aurait encore tellement de choses à dire sur ce roman… La complexité du personnage de Nivard, les rebondissements de l’histoire, les personnages tous aussi attachants les uns que les autres, le style féerique de l’auteur… Je suis presque comme la lumière, une source intarissable d’étincelles d’admiration pour cette oeuvre magistrale de Bernard Tirtiaux. Rien n’y est à jeter, on y apprécie chaque phrase, chaque mot comme on goûterait chaque goulée d’un excellent vin, s’émerveillant devant chaque note et chaque arôme, se laissant enivrer par la force délicate du breuvage. Il est de ces livres qui vous grandissent l’âme, celui-ci en fait partie.

Ma chronique…

Throwback Thursday #12

Throwback Thursday #12

Le Throwback Thursday a été initié par BettieRose books sur son blog. Chaque jeudi, un nouveau thème est proposé. À moi de trouver un livre qui colle à ce thème et de vous en parler un peu.

Et cette semaine, le thème est…

J’aurais voulu une autre fin

Throwback Thursday #12
Throwback Thursday #12

La horde du contrevent, d'Alain Damasio

Imaginez une Terre poncée, avec en son centre une bande de cinq mille kilomètres de large et sur ses franges un miroir de glace à peine rayable, inhabité. Imaginez qu'un vent féroce en rince la surface. Que les villages qui s'y sont accrochés, avec leurs maisons en goutte d'eau, les chars à voile qui la strient, les airpailleurs debout en plein flot, tous résistent. Imaginez qu'en Extrême-Aval ait été formé un bloc d'élite d'une vingtaine d'enfants aptes à remonter au cran, rafale en gueules, leur vie durant, le vent jusqu'à sa source, à ce jour jamais atteinte : l'Extrême-Amont. Mon nom est Sov Strochnis, scribe. Mon nom est Caracole le troubadour et Oroshi Melicerte, aéromaître. Je m'appelle aussi Golgoth, traceur de la Horde, Arval l'éclaireur et parfois même Larco lorsque je braconne l'azur à la cage volante. Ensemble, nous formons la Horde du Contrevent. Il en a existé trente-trois en huit siècles, toutes infructueuses. Je vous parle au nom de la trente-quatrième : sans doute l'ultime.

Throwback Thursday #12

Je me doute que nombre d'entre vous ne seront pas d'accord avec moi. J'entends déjà d'ici les "oh!" d'étonnement, et les "ah!" d'indignation. Mais attendez, chers petits poulpes! Écoutez, ou plutôt lisez, ce que j'ai à vous dire…

[Bon, pour ceux qui ne l'ont jamais lu : comme nous parlons de fin, vous vous doutez que ce texte comportera des spoilers…]

Une équipée fantastique qui part à la recherche de l'origine du vent…

Des débats philosophiques époustouflants sur les différents types de vent, sur le sens de la vie, sur l'amour, l'amitié…

Un univers fantasy totalement atypique dont on attend beaucoup…

Peut-être un peu de trop? Ah oui, parce que moi, je m'attendais à une chute en adéquation avec l'univers, totalement métaphysique et barrée au possible. Eh ben, vous savez quoi? Rien de tout cela! La finale m'a laissé un goût amer. Je suis retombée de haut (et c'est le cas de le dire). Moi qui croyait voguer dans un monde aux caractéristiques physiques diamétralement différentes du nôtre, la chute de l'histoire nous montre qu'en fait, pas du tout.

Et cette finale, je m'y attendais pourtant presque. J'y avais pensé, figurez-vous… Et puis je me suis dit : "Oh ben non, alors! Ce serait trop simple!" Avec toutes les théories métaphysiques sur l'origine du vent dont l'auteur nous abreuve tout au long du roman, ça ne pouvait juste pas se terminer de façon aussi logique.

Mais peut-être est-ce en cela que l'auteur a cherché à nous piéger. Il voulait peut-être que le lecteur s'attende à une fin grandiose et inédite, pour mieux le surprendre avec quelque chose de très logique. Toujours est-il que, chez moi, le feu n'a pas pris.

Ceci étant, La horde du contrevent est un EXCELLENT roman que je recommande chaudement à tout qui a envie de se lancer dans une aventure atypique et enrichissante à tous points de vue.

Throwback Thursday #12

Et vous, quelle fin vous a laissé perplexe?

Throwback Thursday #11

Throwback Thursday #11

Le Throwback Thursday a été initié par BettieRose books sur son blog. Chaque jeudi, un nouveau thème est proposé. À moi de trouver un livre qui colle à ce thème et de vous en parler un peu.

Et cette semaine, le thème est…

Continent

(un livre d’un continent différent du vôtre)

Throwback Thursday #11

Je pourrais bien sûr vous parler abondamment des nombreux auteurs américains qui peuplent ma liste de lectures. Tout comme je pourrais vous arroser de mangas, et donc vous présenter les clichés liés à l'Asie.

Eh bien je n'en ferai rien! Car sur ce coup-ci, c'est l'Océanie que je vais vous présenter, au travers d'une auteure australienne que j'ai découvert l'année dernière…

Throwback Thursday #11

Les filles de l'orage, de Kim Wilkins

Victime d'un sortilège, le roi du Thyrsland est plongé dans un coma dont pourraient profiter les ennemis du royaume. Ses filles entament un périlleux voyage vers les frontières du nord, où une mystérieuse magicienne a la capacité de guérir le roi. La férocité de la fille aînée, Bluebell, soldate et chef de guerre, et les secrets de ses soeurs Ash, Rose, Willow et Ivy ajoutent encore au péril.

Throwback Thursday #11

C'est un roman que j'ai découvert grâce à mon partenariat avec les éditions Bragelonne l'année dernière. Il s'agit du premier tome d'une saga fantasy nommée "Le sang et l'or" dont le second tome est paru il y a peu.

Kim Wilkins a été, pour moi, une très bonne découverte. Moins connue que Trudi Canavan, auteur de la Trilogie du magicien noir, et australienne elle aussi, elle possède pourtant un style déjà bien affirmé et agréable à lire. Les intrigues qu'elle développe sont intéressantes, tout comme les personnages, aux personnalités riches, parfois attachants, parfois rebutants, pour notre plus grand plaisir.

Mon "en bref" de l'époque…

J'ai été plutôt étonnée, et au final séduite par ce roman dont je n'avais jamais entendu parler mais qui a aiguisé ma curiosité.

Le style, simple, fluide, était emprunt d'une délicate poésie qui m'a beaucoup plu. Les personnages étaient magnifiquement brossés, travaillés, leur caractère et leur histoire personnelle étaient bien ficelés.

Si l'histoire paraît de prime abord relever d'une fantasy assez "bateau", il n'en est rien lorsqu'on creuse un peu sous le vernis d'intrigues politiques, de guerres et de magie. La psychologie fouillée et les relations entre les personnages y sont pour beaucoup. C'est pour moi le cœur de ce roman : une réunion de famille inattendue où les caractères et les intérêts parfois diamétralement opposés de chacun devront cohabiter.

C'est un roman au final assez fin, très féminin, que j'ai découvert avec le plus grand plaisir.

Le reste de la chronique est par ici…

Throwback Thursday #11

Et vous, quel livre et quel continent avez-vous choisis?

Throwback Thursday #10

Throwback Thursday #10

Le Throwback Thursday a été initié par BettieRose books sur son blog. Chaque jeudi, un nouveau thème est proposé. À moi de trouver un livre qui colle à ce thème et de vous en parler un peu.

Et cette semaine, le thème est…

Super papas!

Throwback Thursday #10

Après avoir jeté un oeil à ma liste des livres lus, j'ai constaté avec consternation que très peu de mes romans parlent de papas. La plupart des héros de mes livres se sont faits eux-mêmes, et ils sont peu nombreux à avoir des enfants… C'est un grand manque dans ma collection, je le sais. Il me faudra un jour y remédier… 

Mais pour l'heure, j'ai principalement hésité entre deux romans :

  • Le carnaval aux corbeaux d'Anthelme Hauchecorne.
  • Pays rouge de Joe Abercrombie.

Alors… Pourquoi ces choix? Le carnaval aux corbeaux parle d'un jeune homme à la recherche de son père, ou du moins d'un signe de son père, décédé alors qu'il était encore bébé (le jeune homme, hein, pas le père, sinon ça risque de devenir compliqué et même un peu pervers sur les bord XD). Pays rouge, quant à lui, parle d'une jeune femme dont le frère et la soeur ont été kidnappés, et qui part à leur recherche accompagnée du père des petits, qui est donc son père adoptif. 

Et voici le choix que j'ai fait…

Throwback Thursday #10

Pays rouge, de Joe Abercrombie

Farouche Sud aurait aimé oublier son passé une fois pour toutes. 
Mais lorsque son frère et sa sœur sont enlevés et sa ferme réduite en cendres par une bande de hors-la-loi, il est temps pour elle de reprendre ses anciennes habitudes. En compagnie du vieux Nordique qui l’a adoptée, un homme lui aussi marqué par ses démons, Farouche entame un long voyage à travers les plaines désertiques. Un voyage qui les emmène jusqu’aux bas-fonds d’une ville cauchemardesque, frappée par la ruée vers l’or, puis dans les montages inexplorées, qu’on dit hantées. Sur leur chemin, règlements de compte, alliances douteuses et trahisons amères se succèdent à la vitesse d’une flèche de barbare.
Car même lorsqu’on croit avoir tout perdu, au Pays Lointain le passé ne reste jamais enterré…

Throwback Thursday #10

Le carnaval aux corbeaux était un choix tentant, le thème du père y était présent à la manière d'un fil rouge, mais voilà, il s'agit de la recherche du père et de la vérité. Le père lui-même n'y apparaît pas vraiment en super héros, même si on en voit quelques traces… 

Dans Pays rouge, en revanche, Placide, le père des enfants qui ont été enlevés, n'est pas le personnage principal, mais fait tout de même partie des personnages centraux. Il n'incarne pas à véritablement parler le père modèle. Prompt à la violence, porté sur l'alcool, on serait presque amené à se demander s'il a réellement bien fait d'avoir des enfants. Sauf que les apparences sont trompeuses… et d'autant plus lorsque cela concerne Placide, qui cache en réalité une âme profonde et remplie de tendresse malgré ses côtés bourrus, voire agressifs. Ses enfants, ils les aiment plus que sa vie, et il compte bien les défendre bec et ongles. Raison pour laquelle, d'ailleurs, il se lance à la poursuite de leurs ravisseurs en compagnie de Farouche, qui se montrera tout aussi pugnace que lui, si pas davantage. 

Le personnage de Placide m'évoque surtout le fait qu'aucun père n'est parfait. Mais un père, un vrai, n'a pas besoin de l'être. L'essentiel, c'est l'amour et le respect portés aux enfants, le fait de toujours pouvoir compter sur lui en cas de problème, de se sentir protégé et soutenu par lui au moindre faux pas. Un père, un vrai, c'est celui qui se coupe en quatre pour ses petiots, même si pour cela il doit s'oublier lui-même en route. Et c'est ce que fait Placide, à sa manière de bisounours mal léché.

C'est un personnage complexe et attachant, dont le lourd passé influence le présent, un passé qu'il aimerait oublier et qui le rattrape bien malgré lui. Un passé dont il cherche à se défaire, à s'amender à travers l'amour qu'il porte à ses petits et à Farouche, sa fille adoptive. 

En quelques sortes, tout cela fait de lui un super papa tout à fait digne d'être fêter et mis à l'honneur! J'espère que les ravisseurs penseront à fabriquer des colliers de nouilles avec les enfants pour le remercier de sa bravoure! 😉

Throwback Thursday #10

Et vous, quel livre avez-vous choisi pour illustrer la fête des pères?