[Feuillets métalliques] #1, Les dossiers d’août 2020

Feuillets métalliques

Les dossiers d’août 2020

Hello !

Je sais que beaucoup de lecteurs d’imaginaire apprécient également la musique metal. En tout cas, c’est mon cas, et je connais un paquet de personnes qui partagent ce combo de goûts. Et puis cela fait deux ans déjà que je suis secrétaire de rédaction pour Metallian magazine, deux ans que je relis les articles des autres journalistes sans en écrire moi-même. Je trouvais donc sympa l’idée de passer de l’autre côté du rideau, et de vous proposer un nouveau type d’article sur ce blog, pleinement axé sur la musique metal, ses nouveautés, mais aussi sur le lien existant entre metal et littérature.

Chaque mois, j’essaierai de faire un topo sur ce qui sorti le mois précédent, d’établir un top des sorties qui valent vraiment la peine d’y jeter une oreille, puis de vous présenter différents tops et flops, notamment au niveau des artworks, qui peuvent être magnifiques comme parfaitement merdiques… Vous aurez droit aussi à l’ensemble des playlists reprenant les titres du mois, de façon la plus exhaustive possible.

Et puis parfois, il y aura des articles plus thématiques, tournant autour d’un auteur ou d’une œuvre et de la façon dont ces thèmes sont traités dans la musique metal. Il y en a déjà un en préparation, mais chut ! C’est une surprise pour plus tard !

Mon top metal d’août 2020

En ce mois d’août, il y avait du lourd, avec des sorties très attendues, notamment le dernier Batushka, pour lequel j’avais très peur d’être déçue, et qui au final reste parfaitement dans la veine du tout premier album. En black, j’ai découvert les excellents Cultus Profano et Panzerfaust, vraiment à écouter. En death, c’est Orbit Culture qui sort assez bien du lot, et bien sûr, le très attendu album de Incantation, qui est toujours aussi bon. Gojira m’ont quant à eux surprise avec une pochette plutôt colorée, mais au final leur son reste inégalable, et l’album est une vraie tuerie. Le nouveau Napalm Death se laisse également écouter.

Dans les albums attendus, notons également la nouvelle galette de Seether, très plaisante, ainsi que le nouvel Ulver, planant à souhait. Metallica, bien sûr, avec son second album live enregistré en présence d’un orchestre symphonique. Rien de nouveau sous le soleil, mais c’est toujours agréable à (ré)écouter. Oceans Of Slumber a semblerait-il pris du poil de la bête avec leur nouveau single, ils affirment leur style unique pour notre plus grand plaisir.

Dans les autres genres, j’ai noté les albums d’Avatar (à la pochette douteuse), Ost+front dans un genre gothique industriel, Egregor avec des accents orientaux, Brimstone Coven dans un genre plus stoner, Nightmare qui est le groupe de mon rédacteur en chef et qui vient juste de changer de chanteuse, et Apocalyptica qu’on ne présente plus, qui reviennent avec un nouveau single où figure Lzzy Hale, la volcanique chanteuse de Halestorm.

Les artworks les plus waouw

Les artworks les plus moches

Les artworks les plus dark

Les artworks les plus gores

Mis à part la pochette de Pharmacist tout en dessous, je trouve que les artistes ne se sont pas trop lâchés ce mois-ci.

Les artworks les plus kitsch

Mon petit favori ? L’artwork de Unleash The Archers, tout en bas à droite !

Les artworks les plus « what the fuck?! »

Ici, je n’ai rien compris à ce que l’artiste essayait de nous transmettre… Certains devraient faire autre chose que du graphisme, comme c’est le cas pour cette « superbe » pochette de Vömit, très hétéroclite dans son genre. Ou pire, celle de Slammed Into Oblivion, ma favorite de ce top, qui m’a réellement fait hurler de rire. D’autres n’ont peut-être pas compris que le principe était de faire vendre l’album et non de faire fuir le client. D’autres encore doivent avoir fumer la moquette du living. Quoi qu’il en soit, tout ça est très subjectif, mais très bof quand même, à mon sens.

Le « cover » le plus surprenant

Avez-vous reconnu le thème de Mulan, de Disney ? Eh oui, en metal, même Disney est susceptible de se faire ravaler la façade !

Petit florilège des titres/concepts les plus « what the fuck »…

Le concept le plus bizarre que j’ai rencontré en ce mois d’août nous vient du groupe Amateur Podiatry. Rien qu’au nom du groupe, on devine qu’il y a anguille sous roche. Le titre de l’album, Pedicurious, nous met la puce à l’oreille pour de bon, ce que les pistes de l’album nous confirmeront… Eh oui, c’est un pur concentré de fétichisme des pieds !

Quant à la palme du titre le plus « what the fuck », elle est remportée haut la main par le groupe Rotten Necrosis avec son titre culte « Killed by a mummy fart ». Oui, oui, vous avez bien compris, « tué par un pet de momie », ça c’est de la poésie !

Toutes les playlists des nouveautés du mois écoulé…

Black metal

Death metal

Thrash metal

Metalcore/deathcore

Heavy/hard rock/power

Et tous les autres !

[Chronique fantasy] Les Innamorati, de Midori Snyder

C’est tout ce que j’aime dans ce type de littérature, lorsque l’imaginaire devient symbole et se met au service de l’humain dans toute sa complexité.

Acherontia Nyx

L’Italie du XVe siècle : le règne des astrologues et des mages, de la commedia dell’arte, de Titien et Botticelli, de l’Arioste et de son Roland furieux.
De partout, ils sont venus à Labirinto, la Cité du Grand Labyrinthe, où chacun peut assouvir ses désirs secrets et se débarrasser des malédictions, des péchés, ou des douleurs secrètes qui le rongent.
Anna la créatrice de masques, Roberto son soupirant, Simonetta la prostituée, Rinaldo le mercenaire, Fabrizio l’acteur, Lorenzo l’avocat, Erminia, Mirabella, Zizola : tous s’embarquent pour un pèlerinage destiné à les purger de leurs maux dans les méandres du labyrinthe. Mais dans tout dédale qui se respecte, chacun risque de perdre son chemin… et son âme.

Lire la suite

[TAG] Les incontournables (récents) en SFFF, version Acherontia Nyx

Logo réalisé par Anne-Laure du blog Chut Maman lit !

Hey là, les libronautes ! Cela faisait bien longtemps que je n’avais plus fait de tags littéraires, par ici… Cela fait d’ailleurs bien longtemps que je n’ai plus sérieusement mis le cap sur le blog, et je m’en trouve assez honteuse, en fait. C’est que, avec le confinement, tout ça tout ça, ma tendance habituelle à hiberner et me recroqueviller sur moi-même est revenue, tout naturellement, et à mon plus grand désarroi. Je fais de mon mieux, mais à chaque fois cette vilaine tendance me rattrape. C’est épuisant de lutter contre sa nature profonde, quand on a le tempérament d’une ourse mal léchée en mal de sa tanière.

Toujours est-il que j’ai envie de soigner cela, en commençant par une sympathique incursion dans le monde de la SFFF post-2000, et avec cela un regard en arrière sur toutes ces belles lectures qui m’ont accompagnée ces dernières années. Voici le topo, proposé par le blog Neverthwere

Lorsque les médias généralistes consacrent des articles aux littératures de l’imaginaire, c’est toujours une joie qui tourne rapidement à l’aigre lorsqu’on regarde les ouvrages cités. En effet, les titres proposés sont assez systématiquement les mêmes et ont généralement comme point commun d’avoir tous été écrits entre les années 1950 et les années 1970, le plus souvent par des hommes blancs.

Loin de moi toute idée de remettre en question le statut culte ou la valeur de ces œuvres. Mais tous ces classiques du genre sont-ils vraiment aujourd’hui la meilleure porte d’entrée pour découvrir les littératures de l’imaginaire, et surtout, n’y-a-t-il aucun livre sorti plus récemment qui pourrait intégrer ce club ultra-select ?

Voilà pourquoi je vous propose un petit tag pour ouvrir de nouvelles perspectives sur le sujet : Les incontournables (récents) en SFFF.

Le principe est simple : présentez dans un article entre cinq et dix ouvrages appartenant aux littératures de l’imaginaire (SF, fantasy, fantastique) qui sont pour vous incontournables, quelle qu’en soit la raison.
Une seule condition : ces livres doivent avoir été publiés à partir de l’an 2000.

Vert, du blog Nevertwhere
Lire la suite

[Chronique Young Adult] Thunder. Tome 1, de David S. Khara

Ce roman, premier tome d’une série, a toutes les chances d’être très apprécié auprès de son public cible.

Acherontia Nyx

L’adolescence d’Ilya tournait autour de vacances au soleil, cours d’aïkido, d’écoles privées… et d’un père absent. Lorsque celui-ci meurt dans d’étranges conditions, le jeune Russe est entraîné dans un tourbillon trouble : qui est donc cette grand-mère avec qui il doit désormais vivre, et qu’il n’a jamais vue ? Alors qu’il essaie de s’intégrer et de trouver sa place dans cette nouvelle vie, lui et quatre autres élèves sont agressés par des étrangers masqués dans l’enceinte même du lycée. Conspiration ? Ennemi commun ? Assassins de son père ? Les réponses sont peut-être plus proches qu’il ne le pense…


Éditions ActuSF, collection NAOS

Parution le 20 mars 2020

240 pages

Lire la suite

[Chronique para-SFFF] Lovecraft en 25 œuvres essentielles, de Bertrand Bonnet

J’ai beaucoup apprécié les analyses et commentaires de l’auteur concernant les différentes nouvelles. Elles sont juste assez pointues pour le public visé, sans toutefois entrer dans de grandes considérations absconses.

Acherontia Nyx

À travers ce guide de lecture de l’auteur de Cthulhu et consorts, Bertrand Bonnet, grand connaisseur de Lovecraft, vous fait découvrir 25 portes d’entrées dans son œuvre immense, 25 possibilités de vous frotter à ses univers…

Édition ActuSF, collection Numérique

Parution le 20 mars 2020

Illustrateur de couverture : Zariel

Le texte a ses défauts, c’est certain. Mais, si l’on a parfois un peu dénaturé son influence sur la suite des événements, ou un peu trop extrapolé, disons, il constitue très certainement un moment important de la vie et de l’œuvre de Lovecraft. Il ne pouvait donc qu’ouvrir cette sélection, aussi subjective soit-elle à maints égards.

Bertrand Bonnet, in Lovecraft en 25 œuvres essentielles
Lire la suite

[Chronique para-SFFF] Le guide Lovecraft, de Christophe Thill

Et donc, à présent, à tout qui me demandera par quel texte commencer pour découvrir Lovecraft, je lui présenterai ce présent guide.

Acherontia Nyx

On le connaît surtout comme le créateur d’un « Mythe de Cthulhu » devenu aussi, si ce n’est plus, célèbre que lui. Lui, c’est bien sûr Howard Phillips Lovecraft, grand maître du fantastique moderne qui, en une poignée de nouvelles, poèmes et essais, a laissé derrière lui une matière ayant inspiré des générations d’auteurs. Longtemps entouré d’un aura de mystère, on a beaucoup affabulé sur son sujet, avant qu’un travail méticuleux de réhabilitation ne soit engagé ces dernières années.
Alors, qui était vraiment Lovecraft ? Quel héritage laisse-t-il derrière lui ? Quels sont ses textes incontournables ? Comment son œuvre s’est-elle ensuite retrouvée à influencer aussi bien le cinéma, le jeu de rôle que la musique ?

À travers ce guide, Christophe Thill, spécialiste français de l’auteur et coordinateur de la traduction de la titanesque biographie Je suis Providence par S. T. Joshi, répond à toutes les questions que vous vous êtes toujours posées sur Lovecraft.

Éditions ActuSF

Année 2018, collection Les 3 souhaits / réimpression 2020, collection Hélios

216 pages (2018) / 233 pages (2020)

Comme les autres guides de cette collection, ce petit livre n’a pas l’ambition d’être un ouvrage d’érudition approfondi et complet (ne serait-ce que par sa taille). Son but premier est de donner une vue d’ensemble de l’œuvre d’un auteur, plus particulièrement destinée aux personnes qui le connaissent peu voire pas du tout et souhaitent le découvrir, s’en faire une idée, et y trouver quelques suggestions de lecture.

Christophe Thill, in Le guide Lovecraft
Lire la suite

[Chronique thriller/fantastique] Écarlate, de Philippe Auribeau

L’auteur n’épargnera personne, ni ses personnages, ni le lecteur, qu’il va prendre un malin plaisir à rudoyer par une trame très bien ficelée et haletante de bout en bout.

Acherontia Nyx

Providence, 1931. Une troupe de théâtre est sauvagement assassinée alors qu’elle travaillait à l’adaptation du roman La Lettre écarlate. Si la piste d’un ancien anarchiste italien semble évidente pour la police locale, l’équipe fédérale de Thomas Jefferson flaire des raisons bien plus obscures. Une ombre plane sur ce meurtre… et sur ceux qui mènent l’enquête.

Éditions ActuSF, collection Les 3 souhaits

Année 2020

496 pages

Caleb Beauford gara la Cadillac le long du trottoir. C’était une conduite bleu pâle, aux chromes rutilants et aux sièges de cuir blanc ivoire. Des passants suspendirent leur pas pour s’émerveiller devant les courbes de la luxueuse automobile, avant que leurs visages ne se ferment en découvrant que son chauffeur était noir. Nombre d’entre eux passèrent alors leur chemin.

Philippe Auribeau, in Écarlate
Lire la suite

[Chronique fantastique] Cuits à point, d’Elodie Serrano

Le style du roman est léger à souhait, l’intrigue étant emmenée par une écriture fluide, spontanée et enjouée. Cela sert assez bien l’histoire, puisque que cela permet un joli dépaysement tout en détente et en mode « vidange d’esprit surchargé ».

Acherontia Nyx

Gauthier Guillet et Anna Cargali parcourent la France pour résoudre des mystères qui relèvent plus souvent d’arnaques que de véritables phénomènes surnaturels. Mais leur nouvelle affaire est d’un tout autre calibre : pourquoi la ville de Londres subit-elle une véritable canicule alors qu’on est en plein hiver et que le reste de l’Angleterre ploie sous la neige ? Se pourrait-il que cette fois des forces inexpliquées soient vraiment en jeu ?

Éditions ActuSF, collection Bad Wolf

Publication le 24 février 2020

296 pages

Illustrateur : Dogan Oztel

— Dire que nous pourrions être à Londres, marmonna Anna Cargali en regardant les champs défiler par la fenêtre de leur voiture à vapeur. Le duo de démystificateurs avait reçu deux missives la veille. L’une de Londres, plutôt pressante mais sans la moindre information, l’autre de la part de madame du Meslay, en Bourgogne, qui se plaignait de fantômes perturbant son sommeil depuis à présent un mois. Si elle les avait supportés si longtemps, elle pouvait bien attendre encore un peu, non ? Pourtant, son partenaire avait préféré la campagne française.

Elodie Serrano, in Cuits à point
Lire la suite

[Chronique fantastique] Skintrade, de George R. R. Martin

J’avais beaucoup de mal à décrocher de l’intrigue, et lorsque je devais malgré tout m’arracher à ma liseuse, je me réjouissais intérieurement de pouvoir à nouveau me plonger dans ces « lycanthroperies ».

Acherontia Nyx

Synopsis

Il fut un temps où cette ville était au centre du monde. Un temps où sa puissance se nourrissait du sang et du fer. Mais aujourd’hui elle n’est plus que rouille et elle attend la ruine. C’est un territoire parfait pour Willie Flambeaux et Randi Wade. Lui est agent de recouvrement, elle, détective. Mais lorsqu’une série de meurtres particulièrement atroces ensanglante cette ville qu’ils croyaient si bien connaitre, ce n’est plus dans le labyrinthe des rues qu’ils auront à mener l’enquête, mais dans les recoins les plus sombres de leurs propres passés. Là où se cachent leurs plus grandes peurs.

Il hésita et flaira de nouveau l’air froid de la nuit. On était en automne : le vent venait de la rivière et il flottait un parfum de pluie ; mais cette odeur, cette odeur-là, était toute cuivre, épice et feu, impossible à confondre. Il connaissait l’odeur du sang humain.

George R. R. Martin, in Skintrade
Lire la suite