[Chronique fantasy] Les soeurs Carmine. T1, Le complot des corbeaux, d’Ariel Holzl

Pour un premier roman, l’auteur frappe fort. Peut-être pas assez fort que pour enfoncer la porte du Goncourt (est-ce d’ailleurs vraiment le but?), mais suffisamment que pour atterrir dans la cours des beaux noms de la SFFF française. 

Acherontia

Synopsis

couv51857508Merryvère Carmine est une monte-en-l’air, un oiseau de nuit qui court les toits et cambriole les manoirs pour gagner sa vie. Avec ses sœurs, Tristabelle et Dolorine, la jeune fille tente de survivre à Grisaille, une sinistre cité gothique où les mœurs sont plus que douteuses. On s’y trucide allègrement, surtout à l’heure du thé, et huit familles d’aristocrates aux dons surnaturels conspirent pour le trône.
Après un vol désastreux, voilà que Merry se retrouve mêlée à l’un de ces complots ! Désormais traquées, les Carmines vont devoir redoubler d’efforts pour échapper aux nécromants, vampires, savants fous et autres assassins qui hantent les rues…

Éditions Mnémos, Collection Naos

2017

263 pages

Lire la suite

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d’Olivier Gay

Si vous cherchez une héroïne qui en a dans la culotte sans se la jouer, un ténébreux héros un rien gaffeur sur les bords, de la magie pleine de fraîcheur qui ne réinvente peut-être pas le genre mais qui divertit à coup sûr, alors ce roman est fait pour vous!

Acherontia

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

Chloé, élève en seconde, assiste un jour par hasard à un combat à l’épée entre Thomas, un élève d’une autre classe qu’elle connaît à peine, et une sorte de démon. L’adolescente tente d’intervenir mais est blessée et perd connaissance. A son réveil, la créature est morte et Thomas lui explique qu’il est un mage et que sa mission est de repérer et fermer les failles vers le monde des démons.

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

Playlist Spotify

Acherontia’s chronicles – Le coeur et le sabre

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay
[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

Je tiens d’abord à remercier les éditions Castelmore pour ce service presse. C’est une lecture que j’avais demandé sur la plateforme Netgalley.fr, et cela m’a fait très plaisir d’être sélectionnée pour le lire et le chroniquer!

Pourquoi ai-je demandé cette lecture en particulier? Parce que cela faisait un petit moment que j’entendais parler d’Olivier Gay, que je n’avais encore rien lu venant de lui, et que je me disais qu’il serait grand temps de remédier au problème, tout simplement. Après, il faut avouer que la couverture et le résumé ont beaucoup influencé mon choix… Mais quel lecteur ne se laisserait pas influencer par eux, hein?

Ma mère était devant son chevalet, comme d’habitude lorsqu’elle ne traînait pas sur les sites de rencontre. Elle semblait convaincue qu’elle avait du talent. Moi aussi, je l’avais longtemps cru, je l’avais même encouragée dans sa passion. Mais, depuis que Papa était parti, elle semblait se contenter de vivre de la prestation compensatoire en attendant qu’une éventuelle galerie daigne la transformer en star.
Elle leva vaguement les yeux vers moi puis retourna à sa peinture. Deux diffuseurs d’encens ne suffisaient pas à couvrir l’odeur de la térébenthine.
– Il y a quelques restes dans le frigo, et j’ai fait une salade de pâtes.
Pas de « bonjour », pas de « comment s’est passée ta journée », ni même un « alors, pourquoi rentres-tu si tard? ».
D’habitude, je ne m’en offusquais pas ; ces derniers temps, ma mère n’était que l’ombre d’elle-même. Ce soit, pourtant…

Le coeur et le sabre, d’Olivier Gay

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay
[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

La première chose qui m’a frappé dans ce roman (aïe…), ce sont les deux personnages principaux. Ils ne représentent en rien l’archétype du super-héros, sans être pour autant des antihéros. Ils se situent à la frontière des deux, ce qui les rend au final très humains, et c’est ce qui me plaît chez eux.

Il y a Chloé, qui est une adolescente de taille démesurée, et donc d’un naturel maladroit, ce qui la mène souvent à des situations rocambolesques, voire drôlissimes. Ses problèmes familiaux lui confèrent une profondeur et un background historique intéressants ; son père est parti quelques années plus tôt au bras d’une femme plus âgée que sa mère, et cette dernière se réfugie dans l’alcool et la peinture, ne consacrant plus assez de temps à Chloé. La mère et la fille vont tenter de se rapprocher tout au long du récit, mais il faudra du temps à la mère pour comprendre ce que sa fille attend d’elle et pour l’appliquer. Chloé n’est pas à proprement dit la fille la plus populaire de son lycée, loin s’en faut. Mais à défaut de popularité, elle possède un franc parler tout à fait délectable qui prête le lecteur à sourire à de nombreuses reprises.

Et puis il y a Thomas, cet adolescent qui se la joue ténébreux et qui s’avère être un très gentil garçon, dans le genre mage foireux. Parce que, oui, Thomas est mage, comme vous allez le voir dans la suite…

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

Dans le Paris décrit par Olivier Gay, la magie existe bel et bien. Elle y est même plus puissante qui partout ailleurs. Ce n’est peut-être pas celle du monde de Harry Potter (et encore…), mais plutôt une magie qui joue avec les élémentaux et les forces de la nature.

Dans ce Paris, il y a aussi des failles qui donnent sur d’autres univers et que les mages doivent colmater afin d’éviter une invasion de goules et autres monstres indésirables. C’est le rôle de Thomas, et c’est d’ailleurs dans l’exercice de cette fonction qu’il rencontrera Chloé. Lors d’un combat avec une goule, alors qu’il est en mauvaise posture, Chloé vient à sa rescousse mais manque de mourir par la même occasion. Pour la sauver, Thomas n’a qu’une solution…

Thomas recula de nouveau. Comme tout à l’heure, il agita sa main gauche à hauteur de son visage.
– Air et feu, Feu follet, Viens et Frappe, Danse et Brûle, Feu follet, Air et Feu, Chante et Tue…
Une bille de lumière se forma sans sa main, grandissant alors qu’il psalmodiait.
OK, on venait officiellement d’entrer dans le grand n’importe quoi. Qu’est-ce qu’il essayait de faire? Et c’était quoi, ces paroles pourries? On aurait dit une chanson de RnB.
Je perdais pied – dans tous les sens du terme. Mes bras et mes jambes s’engourdissaient. J’avais beau être musclée, cela faisait presque cinq minutes que je pendouillais ainsi. Mais je n’avais pas envie de descendre pour autant.
Thomas n’eut pas le temps de finir son improbable litanie. L’homme se fendit de nouveau et manqua de le toucher au poignet. Puis il feinta, un mouvement bas et long qui trompa la garde du garçon.

Le coeur et le sabre, d’Olivier Gay

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

… Faire subir à Chloé un rituel qui est normalement interdit pour son rang : celui de l’Adoubement. Chloé devient alors le chevalier servant de Thomas, littéralement. Elle devra le protéger envers et contre tout des monstres qui le menacent tandis qu’il tisse ses rituels. Pour mener à bien sa mission, Chloé se voit « augmentée » de pouvoirs extraordinaires ; mais cela, je vous le laisse découvrir dans le roman… Ce ne serait pas comique, si je vous disais tout!

Qui dit Chevalier dit aussi épée. Ou plutôt sabre, en ce qui nous concerne. Et cela tombe bien, car Chloé est justement une vraie cheffe en matière d’escrime! Elle se débrouille même tellement bien qu’elle est sur le point de se rendre à un tournoi qui pourrait faire d’elle une escrimeuse professionnelle.

C’est d’ailleurs, selon moi, un des gros points forts de ce roman. Je ne sais pas si l’auteur pratique lui-même l’escrime, ou s’il s’est très bien documenté sur ce sport, mais quoi qu’il en soit, les descriptions semblaient très réalistes. On voit qu’Olivier Gay maîtrise bien son sujet, sans toutefois inonder le lecteur sous les termes techniques et les descriptions de combat à rallonges.

Et le mousquetaire, dans tout ça, me direz-vous? Ah ben ça… Je vous laisse le découvrir!

Il se leva, et se planta juste devant moi. Je n’avais pas pu juger de sa taille alors qu’il était assis, mais il arrivait presque à ma hauteur, avec de larges épaules et des mains comme des battoirs. Il avait dû être une vraie force de la nature avant que la vieillesse le rattrape. De nouveau, je cherchai à deviner son âge. Soixante ans? Plus?
– Thomas nous a forcé la main. Il a réalisé un rituel qu’il ne devait faire sous aucun prétexte. Il devait attendre le jour de ses dix-huit ans pour se lier avec un Chevalier et, au lieu de ça…
– Ce n’est pas la première fois que j’entends ce mot, intervins-je. Qu’est-ce que ça veut dire?
Ha! Chacun son tour de se faire interrompre. Mais la plaisanterie n’était pas du goût de Mickael. Il se pinça l’arête du nez avant de reprendre, la voix glaciale :
– Un Chevalier est un homme dévoué à notre cause, qui se retrouve doté de capacités extraordinaires pour nous protéger. Nous, les Mages.
– Mais…
– Ce n’est pas un rôle pour une femme. Depuis quatre mille ans, tous les Chevaliers sont des hommes. Et nous allons devoir supporter les conséquences de son erreur ridicule.

Le coeur et le sabre, d’Olivier Gay

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

Le seul réel bémol que je peux émettre concernant ce roman, ce sont les méchants de l’histoire, les fameuses goules. Qui sont-ils/elles? D’où viennent-ils/elles? D’un univers parallèle certes, mais on ne sait pas grand-chose de cet univers, et c’est bien dommage. Peut-être est-ce réservé au tome suivant? Mais moi, j’aurais bien aimé un petit mot d’explication les concernant. Déjà, pourquoi les appelle-t-on « goules »?

Il y a bien un élément d’explication quant au fait qu’elles essaient constamment d’envahir l’univers de Chloé et Thomas, mais je le trouve un peu léger, j’aurais vraiment apprécié d’en savoir plus, ou au moins savoir que de plus amples informations me seront fournies au prochain numéro…

– Il paraît que tu connais de nombreux rituels, observa l’homme en avançant d’un pas, testant la lame de son adversaire.
– Il paraît.
– Tu penses que cela va m’arrêter?
– En tout cas, ça t’a fait réfléchir. Tu ne devais pas me percer le coeur?
L’homme eut un rire froid. De nouveau, il avança. De nouveau, les lames s’entrechoquèrent. De nouveau, Thomas prit de la distance. Je constatai avec surprise qu’ils étaient plutôt doués. Malgré leur position peu orthodoxe, ils se déplaçaient avec la souplesse d’escrimeurs-nés. Oui, ils étaient bons – mais pas exceptionnels. Même d’aussi haut, je pouvais voir des trous béants dans leur garde. Mon prof les aurait traités de tous les noms.
Fascinée, je contemplai ce ballet incompréhensible sans intervenir, sans prononcer le moindre mot. J’en oubliai même mes mains douloureuses à force de serrer cette maudite corde. Tout cela n’avait aucun sens.

Le coeur et le sabre, d’Olivier Gay

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay
[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

J’ai vraiment adoré tout ce qui était lié à la magie dans ce roman. Ce n’est peut-être pas ce qui s’est fait de plus original, cela ne réinvente clairement pas le fantastique moderne, mais j’ai aimé la fraîcheur du concept La façon dont celui-ci est traité, aussi, avec beaucoup de simplicité et de candeur. Dieu merci, on est lui de la bit-lit pour grands ados aux hormones bouillonnantes, où les scènes de fesses crues et vulgaires sont plus présentes que les éléments fantastiques censés pourtant abonder. Certes, il y a bien un peu de romance, mais on est beaucoup plus proche des premiers émois adolescents que de la littérature érotico-pornographique.

Le personnage de Chloé est ce qui m’a le plus convaincue dans ce roman. Je l’ai appréciée pour ses qualités autant que pour ses défauts. Ses réparties étaient drôles, sa maladresse était attendrissante, et je ne doute pas que bon nombre d’adolescentes pourront s’identifier à elle, que ce soit dans son manque de popularité à l’école ou dans ses difficultés familiales.

L’écriture d’Olivier Gay est fluide et agréable à lire. Quelques cliffhangers viennent ponctuer et rythmer le récit, lui conférant un côté addictif très plaisant. Je dois bien avouer que j’avais hâte de retrouver ma lecture chaque jour et de tourner les pages pour voir ce qui allait s’y passer. Certes, le combat final est peut-être un tantinet trop « easy », on se serait cru dans une grosse production hollywoodienne où les héros réussissent à tuer tous les méchants d’un coup de cuillère à pot. Heureusement, la toute fin vient tout sauver, avec l’arrivée d’un personnage aux pouvoirs un peu particuliers, ainsi que de révélations finales qui laissent pantois et donnent envie de se réjouir du tome suivant.[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay
[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

N’hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s’amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay
[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

Lianne (De livres en livres)

Althea (Althea’s books)

Agathe Lou Lp (Les lectures d’Agathe)

Lady Chantilly (Lady Chantilly bouquine)

Chems (Chems book)

Maud Bonnefond (Des livres / une fille)

[Chronique jeunesse] La magie de Paris. T1, Le coeur et le sabre, d'Olivier Gay

Lu dans le cadre des challenges…

Littérature de l’imaginaire 2017

Défi lecture 2017

n°22 – Un livre dans lequel il pleut

Challenge Si j’étais un livre #3

…Je serais le premier tome d’une saga

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

Ce second tome est à mon sens égal au premier tome en matière de qualité. L'écriture est belle et fluide, les personnages sont attachants (sauf Shimi, qui me les brise de long en large). L'intrigue est très bien ficelée et très dense, avec de nombreux éléments qui s'entrecoupent et viennent s'emboîter comme les pièces d'un puzzle.

Acherontia

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

Les extraordinaires talents de Mirei en font maintenant la magicienne la plus puissante qui soit. Pour certains, elle est un miracle vivant ; pour d’autres, une abomination et l’incarnation du Mal… et ils ont fait vœu de détruire tous ceux qui la soutiennent. Les sorcières des deux camps s’engagent dans une guerre sanglante, sans merci, et pour la gagner elles recourent sans hésiter à la magie, la traîtrise, le meurtre. Mais il se pourrait que ces adversaires s’affrontent pour rien. Car le pouvoir que redoutent les sorcières rebelles, cette magie ultime qui n’appartient qu’à Mirei, ce don, est aussi son arrêt de mort.

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

Ce diptyque m'a été offert par ma mère à Noël il y a deux ans, un cadeau qui m'a fait fort plaisir et qui continue à enjoliver mes étagères. J'ai lu le premier tome, Guerrière, très peu de temps après l'avoir reçu, et j'avais bien apprécié cette lecture, à l'époque. Puis d'autres lectures sont venues se greffer par-dessus, ma PAL a pris des proportions déraisonnables, et vous savez comme c'est, n'est-ce pas…

Heureusement, cette année, j'ai décidé de remédier au "problème" en vidant ma PAL grâce à des challenges. Et en ce mois de février, je participe au challenge spécial fin de sagas. Plus je termine de sagas entamées, plus je gagne de points. Voici donc une merveilleuse occasion de sortir le second et dernier tome de ma PAL!

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

Si vous n'avez pas lu le premier tome, cette chronique risque de vous dévoiler des éléments importants de l'histoire… Si tel est votre cas, n'hésitez pas à vous reporter à la chronique du premier tome, dont le lien figure à la fin du présent article. Merci!

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

Bien sûr, quand je parle d'avis partagés, je ne parle pas d'avis concernant ce livre… mais plutôt des avis concernant la réunion de la sorcière et de son double. Si vous avez lu récemment le premier tome de la série, vous vous souvenez sans doute que Miryo, la soeur sorcière, et Mirage, la soeur Guerrière, ont été réunies en une seule et même personne, Mirei. Cette dernière possède aussi bien les pouvoirs de sorcières de Miryo que les talents de Chasseuse de Mirage (encore que Mirei soit un peu plus lente). C'était la première que cela arrivait dans l'histoire des sorcière, car personne ne savait qu'une telle réunification était possible. Traditionnellement, le double guerrier, supposé ne pas avoir d'âme, devait être tué par la sorcière afin que celle-ci puisse contrôler sa magie. Une telle unification de la sorcière et de son double remet beaucoup de traditions en question.

Vous imaginez donc aisément que cette découverte divise la communauté des sorcières. Comme dans bon nombre de religions, il y a les traditionalistes, qui refusent tout net de modifier leurs rituels ancestraux, et il y a les progressistes, qui y voient un miracle offert par la Déesse et qui n'hésitent pas à remettre en question les traditions.

La Chute de l'Étoile, le grand QG des sorcières, se voit dès lors divisée et en proie à des difficultés aussi bien théosophiques que politiques. Alors que la cheffe de la Chute de l'Étoile, Satomi, essaie de comprendre comment les sorcières peuvent tirer parti de la découverte, une des dirigeantes, Shimi, décide que réunir une sorcière et son double constitue un acte abominable. Elle quitte la Chute de l'Étoile et crée un petit groupe de sorcières dissidentes, dont le nombre d'adeptes croit dangereusement au fil des jours.

Je suis partie, et je ne reviendrai pas. Je refuse de rester en compagnie de cette abomination. Le double nous est ôté pour une bonne raison, et le faire revenir est la pire des hérésies. Il doit être détruit. L'affirmation selon laquelle il serait la Guerrière et le néant n'est pas un argument en sa faveur – au contraire, c'est précisément pourquoi nous devons nous en débarrasser. Il est la destruction de la vie, la destruction de la magie, l'antithèse de tout ce qui existe ici-bas et, si nous accueillons favorablement son retour, nous aurons commis un péché terrible. Il ne suffit pas que ce monstre s'en aille. Nous devons le détruire, éradiquer cette horreur de notre monde.

Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

Les affaires se corsent lorsque l'on découvre que certaines sorcières étudiant à la Chute de l'Étoile possèdent des doubles dans différentes écoles de Chasseurs. Ces doubles doivent être récupérés avant que Shimi ne s'en empare. Certes, elle ne pourra pas les tuer, car seule une sorcière peut tuer son propre double. Mais en les enlevant et en les cachant, elle peut ralentir le processus visant à réunir les sorcières et leurs doubles. Pire encore, elle est tout à fait capable de manoeuvrer pour que les sorcières tuent elles-mêmes leur double, soit par manipulation psychologique, soit grâce à d'obscures manigances.

Mirei va devoir partir à la recherche des sosies, les faire sortir des différentes écoles de Chasseurs, et les faire revenir à la Chute de l'Étoile, où ils seront en sécurité et pourront s'entraîner avec leur double sorcière. Mais c'est sans compter sur l'endoctrinement imposé par les écoles de Chasseurs elles-mêmes, qui apprennent à leurs élèves à détester les sorcières. Si Mirage était très admirée pour ses incroyables talents de Chasseuse, Mirei est beaucoup moins populaire auprès des sosies à cause de sa partie sorcière. Les adolescentes sont particulièrement rebelles, et ne sont absolument pas prêtes à accepter leur double sorcière. La partie s'annonce compliquée…

– Sale sorcière! cracha cette dernière.
Elle avait aperçu Amas et Indera et semblait avoir reconnu en elles des apprenties Chasseuses, bien qu'elle ne fût pas du Feu d'Argent. Elles avaient ôté leur foulard durant le temps passé dans la cachette, et leurs cheveux courts étaient visibles dans la pâle clarté de la lune qui se levait. Toutes deux avaient mis pied à terre et observaient la scène avec étonnement.
– Ne lui faites pas confiance! C'est une sorcière! Elle va nous emmener pour nous tuer…
– Je te l'ai déjà dit, je suis celle qui ne veux pas te tuer, répliqua Mirei en resserrant sa prise sur les poignets de la fille. Est-ce que tu vas te taire, maintenant, ou faudra-t-il que je t'endorme encore avec un sort?

Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

Mais bien entendu, il est de bon ton de compliquer encore un peu les choses…

Éclipse, le coéquipier de Mirage lorsqu'elle était Chasseuse, et qui l'a beaucoup aidée tout au long du premier tome, a disparu. Il n'a plus donné de ses nouvelles depuis fort longtemps, et Mirei est inquiète. Malheureusement, elle doit d'abord ramener les doubles à la Chute de l'Étoile, car le temps presse et que Shimi se fait de plus en plus dangereuse. Elle se voit contrainte de s'occuper du problème d'Éclipse plus tard. Et peut-être qu'à ce moment-là, il sera trop tard…

Éclipse va devoir se débrouiller seul, mais quel prix lui faudra-t-il payer pour se libérer? Et si ce prix avait un impact sur l'intrigue? Si ce prix plaçait une épée de Damoclès au-dessus de sa tête et de celle de Mirei?

Éclipse se rendit compte qu'une fois de plus, il se tordait les mains dans ses fers pour essayer de les libérer. Il ne cessait de le faire, quand bien même l'expérience lui avait démontré que c'était une perte de temps. On l'avait très bien menotté, et même le sang à ses poignets écorchés ne lui permettait pas de glisser les mains hors de leur étau métallique. Par ailleurs, même s'il avait réussi à se libérer de ses entraves, il demeurait dans une pièce sans fenêtre, derrière une porte verrouillée et trop solide pour être enfoncée, porte qui était munie d'un judas grillagé par lequel ses geôlières regardaient systématiquement avant d'entrer. S'il ne leur montrait pas ses mains, elles n'ouvraient pas. Il avait ainsi manqué quelques repas, ce qui expliquait son incertitude quant au nombre de jours passés ici. Et la sorcière qui chantait le sort ne pénétrait jamais dans sa cellule. Elle se contentait de l'observer par le judas, et repartait dès qu'elle en avait fini.

Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

La grande majorité du roman est emprunt de beaucoup de suspens et d'intrigue. Le lecteur est au coeur d'une atmosphère orageuse, mêlant complots, trahisons, attaques déguisées, ruses, tensions internes et menaces externes. C'est une guerre larvée qui, jusqu'au trois quarts du roman, menace d'exploser à tout moment. Les dirigeantes de la Chute de l'Étoile ne savent plus sur qui elles peuvent réellement compter. Quelqu'un peut très bien donner l'impression d'adhérer à leur cause, et être en fait un pion de Shimi. Satomi, la cheffe suprême, ne sait même plus si elle peut avoir confiance en ses primes et, de ce fait, se sent bien seule au monde.

D'anciennes alliées sorcières reviennent, mais peut-on se fier sur elles? Et les Cousines qui servent les sorcières depuis la nuit des temps, ne sont-elle pas elles aussi occupées à fomenter leur propre révolution?

– J'ai peur d'une révolution, dit-elle d'une voix calme, empreinte de gravité. Je redoute qu'une guerre nous déchire et provoque de nombreuses morts. Il y a celles qui suivraient volontiers Shimi. Si elles l'emportent, alors les doubles continueront de mourir, comme ça a été le cas depuis le commencement. Ce sont des morts qui ne comptent peut-être pas pour les autres, mais elles sont bien réelles pour moi. Je ne veux pas que les arguments de Shimi prévalent. Mais je ne sais pas jusqu'où nous devrons aller pour l'arrêter. Et je ne sais pas si je dois accepter la mort de sorcières comme prix pour parvenir à ce résultat. Et, si cela se produit, combien. Pour le moment, je ne projette la mort de personne. Mais si tu veux la vérité (Satomi éprouva une terrible envie de rire, mais pas parce qu'elle trouvait la chose amusante), j'ignore ce que je ferai demain.

Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

Ce second tome est à mon sens égal au premier tome en matière de qualité. L'écriture est belle et fluide, les personnages sont attachants (sauf Shimi, qui me les brise de long en large). L'intrigue est très bien ficelée et très dense, avec de nombreux éléments qui s'entrecoupent et viennent s'emboîter comme les pièces d'un puzzle.

L'univers développé par Marie Brennan est très complexe (d'ailleurs, j'ai été ravie de retrouver un glossaire en fin de roman, ce fut très utile) et très riche. Les concepts déployés dans le roman sont vraiment intéressant, surtout en ce qui concerne ce culte de la Déesse et de ses cinq facettes, que j'ai trouvé original.

Évidemment, mes poils se sont hérissés de colère face à la bêtise crasse du conservatisme religieux pur et dur. C'est voulu par l'auteur, bien entendu, et cela prouve qu'elle a du talent. C'est une belle thématique résolument moderne qu'elle nous présente magistralement sous la forme d'une allégorie fantasy très réussie.

La seule chose sur laquelle je me dois de mettre un bémol, c'est la finale. Je ne peux évidemment pas tout raconter, mais en gros… ! Attention, spoil !

[Il y a une bataille et on se demande comment le "bon clan" va s'en sortir tant une issue positive semble improbable. Et puis là, l'auteur fait une grande ellipse que j'ai trouvé très maladroite, et saute directement à l'épilogue. Je me suis retrouvée toute bête, à me dire "Mais… Mais… Et la bataille, elle se termine comment?!" Bon, ça peut arriver d'avoir du mal à écrire une scène de bataille, mais laisser le lecteur sur sa faim, c'est un peu gros tout de même…]

Du coup, je voulais mettre une meilleure note que pour le premier tome, mais non, ce sera un 16 aussi.

[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan
[Chronique fantasy] Les deux soeurs. Tome 2, Sorcière, de Marie Brennan

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

Throwback Thursday #7

Throwback Thursday #7

Le Throwback Thursday a été initié par BettieRose books sur son blog. Chaque jeudi, un nouveau thème est proposé. À moi de trouver un livre qui colle à ce thème et de vous en parler un peu.

Et cette semaine, le thème est…

Relecture

… ou si je devais relire un livre!

Throwback Thursday #7
Throwback Thursday #7

La trilogie des magiciens, de Katherine Kurtz

Tout commence lors d'une partie de chasse, quand Brion Haldane, le roi de Gwynedd, meurt d'une crise cardiaque, provoquée par une puissante magicienne derynie. Kelson, encore adolescent, succède à son père. Alaric Morgan, l'un des rares Derynis de Gwynedd qui ose afficher ses origines et ses pouvoirs, sait comment transmettre à Kelson les pouvoirs magiques inhérents à la charge royale dans la dynastie des Haldanes. Kelson en aura grand besoin: révoltes localisées, complots de certains nobles, emprise croissante de la hiérarchie religieuse… Mais au Conseil de Régence, Jehana, la veuve de Brion veut faire condamner Morgan comme traître et hérétique, afin que son fils ne perde pas son âme en étant corrompu par la magie derynie… Situé dans un Moyen Age alternatif, le monde est l'enjeu d'une lutte entre les humains et les Derynis race d'apparence humaine aux pouvoirs psi innés.

Throwback Thursday #7

J'ai lu cette trilogie très peu de temps après sa sortie en 2005. Attendez… Quoi!? C'était il y a douze ans?!? Déjà! Mon dieu que le temps passe vite…

Donc, oui, j'étais ado en ce temps-là, je devais avoir quelque chose comme 18 ans (et là, il faut m'imaginer vous le dire du fin fond de mon fauteuil roulant, les genoux couverts d'un hideux plaid à carreaux et une vieille canne en bois dans une main aussi tremblotante qu'un Christmas pudding…)

Bref, vous vous imaginez bien que j'ai assez peu de souvenirs de l'intrigue de ces romans. La seule chose dont je me souvienne vraiment, c'est que ça parlait de magiciens, d'intrigues politiques (assez fréquent, en fantasy), que j'avais adoré le personnage d'Alaric Morgan et que l'histoire m'avait énormément emballée.

Et ça tombe bien, ce Throwback Thursday, puisque cette année, j'ai justement décidé de me lancer dans cette relecture. Un peu par hasard, d'ailleurs, mais ne dit-on pas que le hasard fait bien les choses? Fin de l'année dernière, j'ai établi une sélection de romans pour le challenge ABC de l'imaginaire 2017, sur Livraddict, et j'ai eu envie de prendre un roman de Katherine Kurtz pour la lettre K. À la base, je voulais mettre dans ma liste un roman que je n'avais encore jamais lu d'elle, mais "pas de chance", c'est le premier tome de la Trilogie des magiciens que j'ai sélectionné. Au début, j'avais dans l'idée de changer, et puis finalement, je me suis dit qu'une petite relecture, suivie d'une chronique sur le blog, ne seraient pas de trop.

Vous en saurez donc plus concernant cette trilogie dans le courant de l'année ^^

Throwback Thursday #7

Et vous, quel livre auriez-vous envie de relire?

Un excellent jeudi à toutes et à tous!

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Difficile de résumer ce roman, tant il a tendance à partir dans toutes les directions. Pourtant, en un seul mot, je pourrais peut-être le faire : génial!

Acherontia

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Santa Mondega, une ville d'Amérique du Sud oubliée du reste du monde, où sommeillent de terribles secrets.
Un serial killer qui assassine ceux qui ont eu la malchance de lire un énigmatique livre sans nom. La seule victime encore vivante du tueur, qui, après cinq ans de coma, se réveille, amnésique. Deux flics très spéciaux, des barons du crime, des moines férus d'arts martiaux, une pierre précieuse à la valeur inestimable, un massacre dans un monastère isolé, quelques clins d'oeil à Seven et à The Ring, et voilà le thriller le plus rock'n'roll et le plus jubilatoire de l'année ! Diffusé anonymement sur Internet en 2007, cet ouvrage aussi original que réjouissant est vite devenu culte.
II a ensuite été publié en Angleterre puis aux Etats-Unis, où il connaît un succès fulgurant.

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Bourré de références pop, construit de telle sorte qu'on ne puisse pas arrêter de tourner les pages, ce livre a tout pour lui : de l'humour, de l'amour, de la vengeance, du sexe, de la violence et du bourbon. Anonyme, sers-nous-en un autre, et vite!

The Telegraph (quatrième de couverture de l'édition française publiée chez Sonatine)

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

…Cet article de blog est politiquement incorrect!

Veuillez noter que cet état de fait est purement indépendant de ma volonté, et qu'il constitue une exception sur ce blog d'habitude si décent et soucieux de l'étiquette. Veuillez noter également que je dégage toute responsabilité quant aux injures et à la violence contenues dans les extraits, qui sont purement du fait de cet auteur Anonyme, et non du mien. Esprits chatouilleux s'abstenir, donc…

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Je ne suis pas très fière de le dire, mais ce livre végète littéralement dans ma PAL depuis plusieurs été. Oui, je dis été car c'est la saison durant laquelle il fut acheté. Au mois d'août, précisément, en occasion lors de la Nuit du livre de Redu (c'est en Belgique, pour ceux qui ne connaissent pas l'évènement). En revanche, vous dire en quelle année cet achat fut fait, je pense que ma mémoire ne vous permettra pas de vous fournir l'information…

Pourquoi l'ai-je acheté à l'époque? Ma foi, parce que j'en ai beaucoup entendu parler, de un. Et de deux, parce que le prix demandé était dérisoire par rapport au prix du livre neuf. Hé oui, c'est un élément important à prendre en considération, d'autant plus que l'objet se trouvait être particulièrement bien conservé. Je ne sais quel fluide d'embaumement son précédent possesseur a utilisé, mais cela fut efficace, de toute évidence.

Pourquoi ne pas l'avoir lu plus tôt? Je pense que l'objet s'est un peu perdu dans la jungle de ma PAL… comme c'est d'ailleurs souvent le cas pour beaucoup de livres, et pour beaucoup de blogueurs, si je ne m'abuse.

Pourquoi le ressortir maintenant, alors que tout espoir de lecture semblait perdu? Parce que j'ai eu la délicieuse chance de m'associer à Gilsayan pour le challenge "Pioche dans ma PAL", et que son choix s'est par chance porté sur ce titre… Et puis, de toute façon, j'avais prévu de le lire pour mon Challenge ABC de l'imaginaire de cette année. Donc cela tombait fort bien ^^

Vous désespériez de trouver un équivalent littéraire aux films de Quentin Tarantino, de John Carpenter, de Robert Rodriguez? Lisez le Livre sans nom. À vos risques et périls.

Quatrième de couverture de l'édition française publiée chez Sonatine

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Ha! Je vous sens curieux d'en savoir plus sur ce livre, tiens! On y parle d'un livre sans nom, l'auteur est anonyme, ça fait beaucoup de mystères, tout ça… Hé oui, figurez-vous que c'est aussi cela qui a favorisé le succès de ce roman, et qui a fait parler bien des langues.

Pour la petite histoire, ce roman a été publié en juin 2007 sur internet, sur le site lulu.com, de façon tout à fait anonyme. Comment en est-on arrivé à l'éditer en format papier, je ne connaît malheureusement pas le fin mot de l'histoire, et je ne peux donc pas répondre à cette question. Toujours est-il qu'à l'heure actuelle encore, l'auteur n'a toujours pas donné son nom. Même les éditions Sonatine, qui ont publié la traduction française du roman initialement publié à Londres par Michael O'Mara Books, ne savent pas réellement qui il est.

Bien sûr, les rumeurs vont bon train ; les lecteurs curieux ont même attribué la paternité du roman à certaines célébrités. Quentin Tarantino a fait très logiquement partie du nombre. En effet, on ne peut pas nier que le roman possède un côté Kill Bill assez marqué. Le roman se situe même totalement dans la veine du film From dusk till dawn, dont Tarantino a réalisé le scénario. Ceci dit, les éditions Sonatine ont plutôt l'air de penser qu'il s'agit d'un parfait inconnu. Mais je crois que nous n'aurons jamais vraiment la réponse. Et si vous comptez fouiller du côté des réseaux sociaux, il paraît que l'auteur possède une page Facebook… au nom de Bourbon Kid!

Si vous avez envie de creuser plus le sujet, je vous propose cette petite interview de l'auteur himself ^^

Plus on avance dans le livre, et plus une angoisse nous étreint : y aura-t-il assez de survivants dans l'histoire pour qu'on ait le plaisir de lire une suite?

The Booklist (quatrième de couverture de l'édition française publiée chez Sonatine)

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

La première fois que j'ai lu le synopsis de ce roman, j'ai plutôt halluciné. "Mais qu'est-ce que c'est que ce roman qui mélange autant d'éléments n'ayant rien en commun", me suis-je dit, tout en pouffant de rire. C'est surtout les "moines férus d'arts martiaux" qui m'a fait tiquer… Non pas parce que je me suis justement cassé le pied trois mois plus tôt à mon cours de Taekwondo, mais plutôt parce que cela clochait dans la liste des thèmes abordés. En cela, je paraphraserai la seule et unique philosophe issue de la téléréalité : "Des arts martiaux dans un western? Non, mais Allô, quoi!!"

Alors, laissez-moi vous expliquer… Une des grandes forces de ce roman, c'est de partir dans toutes les directions tout en gardant un fil conducteur et une unité certaine. Et ce fil conducteur, c'est ce côté western, justement.

On retrouve dans le récit les éléments typiques du genre, mais en version modernisée. Exit la période "Guerre de Sécession", les roulottes, les femmes avec des chapeaux ridicules, les indiens emplumés, les hennissements des cataclopes, le french cancan, et tout ça tout ça. Le récit est bien ancré dans notre petit monde moderne. Les roulottes et les cataclopes sont devenus des cadillacs jaunes, les chapeaux ridicules des déguisements d'Elvis, les indiens plein de plumes des vampires de la plus basse espèce, et le french cancan… euh… bah, laissez tomber.

Ceci dit… on retrouve le thème de la petite ville paumée au milieu d'un paysage désertique. Ce n'est peut-être pas une ville du Far West, mais c'est tout comme. Oui, enfin… Santa Mondega est située en Amérique du Sud, mais vous savez, le sud, l'ouest, c'est comme WC/toilettes et GB/Carrefour, n'est-ce pas… Ceci dit, ce bled est très représentatif des termes "paumé" et "désertique". On verrait presque des tumbleweed traverser les rues, poussés par le vent sentant le souffre.

Et bien sûr, en guise du bon vieux saloon cracra, l'auteur nous balance le Tapioca, petit bar miteux que seuls les habitués peuvent fréquenter. Pourquoi est-il ouvert aux seuls autochtones? Parce que dès qu'un étranger débarque, c'est la bagarre assurée. Et Sanchez, le tenancier du bar, déteste avoir à ramasser les morceaux…

Les moines étaient sortis sans un mot. "Bon débarras", pensa Sanchez. Nettoyer le plancher du Tapioca recouvert de sang était l'une des tâches qu'il aimait le moins. Et à présent, à cause de ces deux inconnus qu'il aurait dû envoyer paître dès leur arrivée, il allait devoir s'y coller.
Il alla dans la cuisine au fond du bar pour y prendre une serpillière et un seau d'eau et revint juste à temps pour voir un homme entrer au Tapioca. Un autre inconnu. Grand. Bien bâti. Habillé bizarrement, remarqua-t-il. Comme les deux autres clowns. C'était vraiment une journée de merde que s'annonçait. Sanchez en avait déjà assez, et on n'en était qu'au début de l'après-midi. Il avait un type raide mort par terre, la cervelle éparpillée aux quatre coins de la salle, et un autre mec avec une balle dans la jambe. Il faudrait appeler la police, mais peut-être pas tout de suite.

Le livre sans nom, de Anonyme

Il y a aussi ceux qui jouent au caïd, avec leurs longs manteaux et leurs Stetson pleins de poussière. Et puis il y a ceux qui jouent au shérif, version moderne. Bien entendu, l'on retrouve de nombreuses scènes de Bang!, de Pan!, de Bim! et de Piouh piouh! (ah non, ça c'est dans Star Wars, zut!)… Depuis le temps que ce blog existe, vous savez peut-être que je n'aime pas, mais alors VRAIMENT pas les scènes de baston à coup de flingue. Même au cinéma, et même si c'est Bruce Willis en petit débardeur sexy qui tient ledit flingue, ces scènes de mitraillage m'embêtent toujours au plus haut point. Allons savoir pourquoi. Moi-même, je n'ai jamais trouvé de raison valable à cet état de fait.

Quoi qu'il en soit, assez curieusement, cela ne m'a pas du tout gênée dans ce livre. Il est vrai que les combats sont variés et ne se font pas toujours à grand renfort de balles et d'explosifs. L'auteur fait appel à de nombreuses autres techniques, telles que le combat au couteau, le catch, ou les arts martiaux justement. Cette variété, doublée du fait que ces scènes de combat sont plus comiques qu'autre chose, contribue à mon appréciation. Il y a juste ce qu'il faut d'action, ce n'est pas répétitif, cela fait sourire, c'est donc juste parfait pour mes appétits limités en matière de western. Honnêtement, j'avais plus le sentiment de voir une scène de Kill Bill plutôt que des Sept mercenaires. Et comme j'ai adoré Kill Bill, ça tombe bien!

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Je sais que cela ne figure pas dans le résumé, mais vous vous en rendrez compte très vite à la lecture du roman, ce livre n'est pas juste un bouquin d'action. Que nenni! Il comporte également de nombreux éléments fantastiques. Et c'est là que ça devient intéressant pour moi, puisque le fantastique, c'est mon élément vital.

Très tôt dans l'histoire, vous entendrez parler d'une pierre bleue un peu spéciale, L'oeil de la lune. Je ne vous dirai évidemment pas ses propriétés, sinon je risque de vous spoiler une bonne partie de l'intrigue. Mais c'est un élément capital, car elle constitue selon moi le principal fil conducteur de l'histoire. Volée au monastère d'Hubal, nos deux moines "karaté kid" sont chargés de la retrouver à Santa Mondega. Manque de bol, il se trouve que les deux clowns sont mal préparés pour la mission. Ce sont des moines, après tout… imaginez-les, ils n'ont jamais touché à l'alcool, n'ont jamais utilisé de l'argent de leur vie, n'ont jamais vu une bagarre de café, ne peuvent ni voler, ni mentir, ni… sans enfreindre leur serment sacré. Bref, deux loustics comme eux sont bien mal rodés à la vie de cowboy.

Et puis bon, ils ne doivent pas mener leurs investigations dans n'importe quelle ville, c'est Santa Mondega, quoi… Une ville violente et corrompue, dirigée par une impitoyable mafia locale, et peut-être même quelque chose d'encore plus terrifiant que la mafia…

– Dis-moi, petit con, ça te dirait que je t'en mette une autre devant tous ces gens?
– Non.
– Alors ferme ta gueule et laisse-moi finir.
– Désolé.
– Tu m'étonnes que t'es désolé, putain. Maintenant écoutez bien, tous les deux. Dieu m'emploie au même titre qu'Il emploie Ses prêtres ou Ses exorcistes. Mais je suis le seul à faire ce que je fais. Je suis unique en mon genre." Il se pencha légèrement afin de s'assurer que toute l'attention des deux moines lui était acquise. "Notre Seigneur Tout-Puissant m'a chargé de débarrasser le monde des créatures du mal. Et Santa Mondega, mes bien chers frères, est la capitale mondiale des créatures du mal."

Le livre sans nom, de Anonyme

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Enfin, quand je dis "juste un peu d'humour"… C'est juste pour continuer à effeuiller la pâquerette au fil de mes titres. Parce que de l'humour, ce roman en est truffé. Je ne sais pas si tel était le but au départ, mais au final, c'est plutôt très réussi. Je vous parlais des deux moines un peu plus haut, et déjà, vous vous doutiez que leurs aventures ne risquaient pas d'être tristes. Mais c'est sans compter sur le terrible sosie d'Elvis, tueur à gage de son état, ainsi qu'une jolie panoplie de personnages complètement loufoques. Ils sont censés être sérieux, au départ, mais très vite, leurs tribulations prêtent à sourire. Le texte tout entier est empreint de dérision, avec un émaillage de railleries et d'humour noir du plus bel effet.

Je pense aussi que la plupart des scènes comportent une telle démesure que le lecteur finit par se gausser d'une situation au départ dramatique. Exactement comme dans Kill Bill, finalement. C'est cette surenchère de gore et de tragique qui confère au récit son originalité et son côté comique.

Et que dire de la finale, où tout le monde est déguisé pour la Fête de la lune, avec des costumes d'emprunt tous plus ridicules l'un que l'autre. Il faut dire aussi que le roman possède un côté très visuel. Lorsqu'on est plongé dans sa lecture, les mots se transforment aisément en images, et très vite, c'est comme si l'on regardait un film de série B ou un comics. Pour être honnête, c'est cette facette-là du roman que j'ai préféré. Sans parler des références hilarantes à la pop culture…

"Vous êtes censés être déguisés en quoi? demanda Sanchez.
– On est les rangers solitaires, répondit Miguel, prenant le pas sur Carlito de manière inhabituelle.
– Les Rangers solitaires? répéta Mukka d'un ton moqueur. C'est une blague, c'est ça?
– Non, pourquoi? Miguel semblait légèrement troublé.
– Peut-être parce que le principal trait du Ranger solitaire, c'est d'être seul, justement, répondit Mukka. D'où le surnom "Ranger solitaire"."
Miguel paraissait à présent tout à fait perdu. Carlito, de son côté, semblait se désintéresser totalement de la conversation.
"Écoute, ducon, finit par lancer Miguel. Dans la série télé, il avait toujours son fidèle Tonto à ses côtés, donc il était pas tout à fait "solitaire", pas vrai?
– Mais Tonto était pas un "ranger", pas vrai? C'était un "indien" corrigea Mukka. S'ensuivit un long silence.
– Ah, d'accord! dit Miguel, saisissant enfin où Mukka voulait en venir. Ouais, c'est vrai. T'as raison, en fait."

Le livre sans nom, de Anonyme

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Clairement, si vous cherchez du romantisme entre ces pages, passez votre chemin. Le langage est cru, les personnages n'ont aucune moralité, la ville est pourrie jusqu'à la moelle par le vice, et j'en passe. Même les couples qui pourraient paraître "mignons" se révèlent ne pas l'être du tout. Amis du sentimentalisme s'abstenir, donc… Moi, personnellement, cela m'a très bien convenu. Car s'il est une chose que je n'aime pas dans les romans, à l'instar des scènes où ça flingue dans tous les sens, ce sont les scènes romantiques où ça embrasse à tout va.

Et dire que mes parents espéraient une petite fille romantique et en dentelles… Bah! Elle est bien bonne, celle-là! 😉

"AOUH!… PUTAIN!… Mais merde!… Espèce de putain d'abruti! Putain de merde, vous m'avez planté! BORDEL DE MERDE! Espèce de… espèce de vieil enculé!
– Ça fait mal? demanda Kacy, et ce ne fut franchement pas l'une de ses plus brillantes remarques.
– BIEN SÛR QUE CA FAIT MAL, PUTAIN! JE VIENS DE ME FAIRE POIGNARDER, BORDEL!"
Dante agrippait son bras, tentant désespérément de juguler l'hémorragie, dont le débit était fort impressionnant. Cromwell avait tiré de sa poche un mouchoir en papier avec lequel il essuyait la lame de son couteau.
"Sentez-vous la blessure guérir d'elle-même, Dante? demanda-t-il posément.
– Vous vous foutez de ma gueule? Vous avez failli me couper le bras en deux. Bien sûr que c'est pas en train de guérir tout seul. Ça va prendre des putains de semaines à guérir. Il va sûrement falloir me faire des points de suture. Putain, Cromwell, mais qu'est-ce qui vous est passé par la tête? Je pensais que vous alliez juste me faire une petite entaille, pas me découper le bras, bordel de merde!

Le livre sans nom, de Anonyme

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

Difficile de résumer ce roman, tant il a tendance à partir dans toutes les directions. Pourtant, en un seul mot, je pourrais peut-être le faire : génial!

L'intrigue est super bien ficelée, l'auteur déploie d'excellentes idées et parvient à maintenir l'histoire sur les rails grâce à un fil conducteur, celui de la recherche de la pierre perdue. Le style d'écriture n'est pas spécialement fouillé. Mr Anonymous emprunte même beaucoup de vocabulaire au parler populaire, voire vulgaire. Mais cela cadre si bien avec l'histoire et les personnages que ce n'est absolument pas dérangeant. Donc, pour ceux qui ne sont pas puritains à l'extrême, je vous conseille de foncer sur cette lecture.

Et… Oh! Je ne vous ai pas parlé du fameux Livre sans nom… Ah, c'était le clou de l'histoire, pourtant. Eh bien tant pis, je vais vous laisser lire ça par vous-même. N'est-ce pas, que je suis cruelle? Héhé…

Allez, je suis bonne joueuse, je vais quand même vous donner un indice avec cette citation… Pas sur le livre sans nom, mais sur la façon de découvrir le méchant de l'histoire avant la fin ^^

– Aujourd'hui, ce sera les films d'horreur, dit Jensen dans un sourire. Copycat ou Ring?
– Ring, sans hésiter, répondit aussitôt Somers. Copycat n'est rien d'autre qu'un film de série B : n'importe quel cinéphile digne de ce nom est capable de deviner l'identité du tueur en série dès la première scène.
– C'est vrai? Jensen semblait surpris. Je ne m'en souviens plus.
– Ben tiens. William McNamara, qui commençait à l'époque à avoir le vent en poupe, était perdu dans la première scène au milieu d'une foule de figurants. Je me souviens encore de l'avoir vu et de m'être dit : qu'est-ce qu'un acteur qui a joué plusieurs rôles principaux peut bien faire assis au milieu d'un tas de figurants, à moins qu'il ne s'agisse du tueur en série dont on découvrira plus tard l'identité? J'avais bien évidemment raison, mais je dois admettre que cela ne m'a pas vraiment gâché le reste du film : le réalisateur s'en est très bien chargé tout seul.

Le livre sans nom, de Anonyme

[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom
[Chronique fantastique] Bourbon Kid. Tome 1, Le livre sans nom

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

S'il m'a fallu un petit temps d'adaptation à l'univers de Chalion, l'histoire m'a totalement submergée jusqu'à la fin! Je me suis laissée embarquer sur cette rivière tumultueuse, un flot incessant d'intrigues de cour, de complots, de trahisons, de possession démoniaque, de rites de mort, de ménageries exotiques, de révélations, de… oulà, j'en ai encore le coeur qui palpite!

Acherontia

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

A la veille du Jour de la Fille – la grande fête en honneur de la Dame Printemps, l’une des cinq grandes déités – un homme au corps et à l’esprit brisés avance lentement sur la route de Valenda. Ancien soldat et courtisan, Cazaril a survécu à l’indignité et à d’horribles tortures comme esclave à bord d’une galère ennemie. Aujourd’hui libre, tout ce qu’il cherche, c’est un travail subalterne dans les cuisines de la Douairière Provincara, dans la noble maison où il servit comme page durant sa jeunesse. Mais les dieux ont d’autres plans pour cet homme humble. Accueilli chaleureusement, vêtu et nourri, il est nommé, à sa grande surprise, secrétaire personnel et tuteur de la Royesse Iselle – la sœur, belle et obstinée, du garçon impétueux destiné à devenir le prochain seigneur du pays. Mais ce poste placera Cazaril à l’endroit qu’il craint plus encore que la mer : la cour royale de Cardegoss, où règnent l’intrigue et la trahison. A Cardegoss, les puissants ennemis qui avaient jeté Cazaril aux fers d’une rame roknari occupent à présent les positions les plus élevées du royaume, juste en dessous du Roya. Pourtant quelque chose de plus sinistre encore que leurs plans machiavéliques pend comme une épée au dessus de la famille royale : une malédiction sanguine qui touche non seulement ceux qui règnent mais également leur entourage. Le futur d’Iselle et de la Maison de Chalion semble compromis. La seule solution pour Cazaril est d’avoir recours à la plus noire des magies, mais pour cela, il devra sacrifier sa vie.

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

… Ou comment j'en suis venue à choisir ce roman-là, et pas un autre.

 

Ce roman est le cinquième lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour décembre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Bragelonne pour ce partenariat et la découverte de ce livre.

Fin d'année oblige, les éditions Bragelonne proposaient, dans leur catalogue de décembre 2016, de très belles intégrales, dont celle-ci. Toutes me tentaient, mais j'ai finalement jeté mon dévolu sur Chalion parce que les critiques que j'en avais vu sur Livraddict étaient très positives, mais aussi parce que le résumé me plaisait et m'intriguait.

Je vais donc vous présenter séparément les trois romans figurant dans cette intégrale, puis j'écrirai une page récapitulative de saga, comme je le fais habituellement.

 

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

… où addictivité, fluidité et rythme se superposent.

 

Dire que j'ai eu du mal, au début, à m'y retrouver dans l'univers proposé par l'auteur est un euphémisme… Lois McMaster Bujold semble partir du principe qu'il n'est nul besoin d'explications, et que le lecteur est tout à fait capable de tirer ses conclusions tout seul. Certes. C'est bien de ne pas prendre le lecteur pour un imbécile, j'apprécie l'initiative. Mais le contraire est tout aussi déroutant. Tant de termes bizarres, tant de concepts inconnus, tant de lieux non répertoriés sur une carte… Eh oui, la sacro-sainte carte typique des romans fantasy manquait. Dommage, cela aurait été grandement utile… J'ai rebondi d'un néologisme à l'autre comme sur des écueils dépassant d'un fleuve déchaîné. Roya, royina, royesse, royse, march, castillar, ser,… En l'absence de tout glossaire, il m'a fallut le temps pour capter qu'il s'agissait de termes de noblesse. Pour vous (et c'est bien parce que c'est vous! ^^), je vais dresser ici un petit lexique qui trouvera, je crois, grâce à vos yeux de lecteurs novices…

Le roya et la royina sont donc le roi et la reine d'un pays, la royesse et le royse sont respectivement la princesse et le prince. Quant aux autres, ils représentent d'autres titres de moindre importance, tels que ducs, barons, comtes, etc. Je n'ai jamais vraiment compris dans quel ordre cela fonctionnait, mais peu m'importait, du moment que je savais distinguer la royauté des "simples" nobles.

Une fois passée cette "épreuve d'entrée", tout se fait beaucoup plus fluide. On se familiarise progressivement avec la religion du coin, bien différente de tout ce que nous connaissons. Et c'est chose importante, car ce système de croyance est au coeur des trois romans qui composent le cycle de Chalion.

Mais je vous rassure, l'écriture de l'auteur est très sympathique, et malgré les quelques difficultés initiales, on s'attache très vite au personnage principal, Cazaril, dont nous parlerons plus loin. Plus l'histoire va bon train, plus le récit se fait addictif. Il faut dire que le rythme et la fluidité de la plume y sont pour beaucoup. Cela se lit tout seul, comme on dit. Puis on se laisse totalement emporter par l'intrigue. Une fois les personnages arrivés à la cour de Cardegoss, les évènements s'enchaînent et ne se ressemblent pas. À ce moment-là, il est déjà trop tard pour vous, cher lecteur! La grande mécanique du cycle de Chalion s'est emparée de vous pour ne plus vous lâcher. Je vous conseille de préparer beaucoup de café (ou de thé si vous êtes comme moi), car vous ne verrez plus la différence entre le jour et la nuit, absorbé que vous serez par le rapide défilé des mots sous vos yeux.

La dizaine d'années écoulées depuis la dernière fois que Cazaril l'avait vu n'avait pas été tendre. Orico n'avait jamais été bel homme, même dans la vigueur de sa jeunesse. Il était d'une taille légèrement inférieure à la moyenne, avec un nez court et brisé lors d'un malheureux accident de cheval, du temps de son adolescence, et qui semblait maintenant planté au milieu de son visage comme un champignon écrasé. Il avait naguère les cheveux auburn et bouclés. Ils étaient maintenant d'un brun grisâtre, toujours bouclés mais nettement plus fins. Ses cheveux étaient d'ailleurs la seule chose en lui à s'être affinée ; son corps, dans l'ensemble, avait épaissi. Il avait le visage pâle et bouffi, avec des paupières gonflées. Il murmurait à l'intention de son chat tacheté qui frotta sa tête contre sa tunique, répandant d'autres poils, puis lécha vigoureusement le brocart avec une langue de la taille d'une éponge, visant une large tache de sauce qui s'étalait sur le ventre impressionnant du roya.

Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

… un antihéros intelligent d'esprit et de coeur, rien que ça!

 

Au coeur de ce récit oscillant entre aventures humaines et possession démoniaque, les personnages sont d'une importance capitale. Certains sont d'affreuses crapules sournoises prêtes à tout pour satisfaire à leur soif de pouvoir (on en connaît d'autres à l'heure actuelle, pas vrai?) ; d'autres sont comme des taches de soleil dans un sous-bois ombragé.

Je ne vous parlerai ici que des principaux, et les meilleurs d'entre eux, cela va de soi…

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

Cazaril… Ah! Cazaril! Que ne donnerais-je pour vivre d'autres aventures en sa compagnie!

Oui, enfin… Ne vous méprenez pas, n'est-ce pas… C'est juste que j'ai une affection toute particulière pour les personnages fragiles et maladroits qui finissent pas accomplir mille prouesses. Cruellement torturé et mis en esclavage pendant des années, il revient sur les terres qu'il a connues jadis, avec l'espoir de reprendre du service auprès de la provincara dy Valenda (une sorte de duchesse, ai-je supposé. Et bien sûr, c'est elle la patronne de la ville de Valenda. Vous voyez le topo…) Il revient au pays très affaibli, dépouillé de ses anciennes possessions et tourmenté par de douloureuses cicatrices.

Au-delà de ces désagréments physiques et matériels, Cazaril se présente comme un homme d'environ 35 ans, terriblement gauche, maladroit, peu à l'aise avec son corps, et affublé d'une terrible timidité envers les femmes qu'il trouve à son goût. À ce sens, on pourrait le qualifier d'antihéros. Sauf que notre ami Caz est un honnête homme, loyal, droit, et doté d'un esprit affûté. D'une rare intelligence, il connaît fort bien la politique du pays, tout comme sa géographie et les langues qui y sont parlées. Il maîtrise l'art de la guerre et s'y connaît en stratégie militaire. Et ce n'est pas tout… notre bonhomme saura se montrer courageux au-delà de toute espérance dans les moments les plus délicats.

Chassé de sa chambre par son atmosphère confinée lors d'une journée chaude et brumeuse succédant à des averses nocturnes d'une rare intensité, Cazaril s'aventura dans le jardin à la recherche d'un perchoir plus confortable. Le livre qu'il tenait sous son bras était l'un des rares qu'il n'ait pas déjà lus dans la maigre bibliothèque du château – non que "Les cinq chemins de l'âme : les véritables méthodes de la théologie quintarienne" d'Ordol le passionne plus que de raison. Peut-être ses pages, voletant librement sur ses genoux, donneraient-elles à sa sieste une apparence plus érudite pour les passants. Il contourna la tonnelle de roses et se figea en découvrant que la royina, accompagnée d'une de ses dames munie d'un métier à broder occupait le banc qu'il convoitait. Lorsque les deux femmes levèrent la tête, il esquiva quelques abeilles en délire et s'excusa d'une révérence pour cette intrusion involontaire.

Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

Courageux et valeureux, disais-je? Oui, je sais, ça ne se remarque guère dans ce dernier extrait… Mais c'est ce que j'ai aimé avec ce personnage. Il est d'apparence très simple, presque fruste. Il ne cherche ni l'argent, ni le pouvoir, et encore moins les ennuis. C'est donc avec une extrême humilité qu'il résout chaque conflit, donnant de sa personne avec passion et loyauté, sans jamais rien demander en retour, sinon du calme et de la sérénité.

Et, cerise sur le gâteau, il sait faire de l'humour quand l'occasion s'y prête, comme dans ce passage où il explique sa chute de cheval…

– Tout est la faute de mon noble destrier, Madame : attaqué, croyait-il, par un cerf hippophage. Il a fait un pas de côté, et pas moi.

Cazaril, dans "Le fléau de Chalion", de Lois McMaster Bujold

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

De nombreux autres personnages méritent que l'on s'y attarde. À commencer par Iselle, la jeune royesse dont Cazaril supervise l'enseignement. Son caractère bien trempé, son sourire, sa fougue et sa bonté sont autant de sources de ravissement pour le lecteur. Elle est toujours suivie d'une demoiselle de compagnie, dame Betriz, que j'affectionne particulièrement pour son intelligence, son caractère et son courage.

Un autre personnage que je suis venue à apprécier avec le temps, c'est Umegat, le valet qui s'occupe de la ménagerie d'Orico. Vous verrez qu'il vous réserve bien des surprises… Vous rencontrerez aussi le Ser dy Palliar, qui sauvera la situation à maintes reprises.

Il y a les personnages sur qui l'on se pose des questions, sans réellement savoir si on les apprécie ou pas, à l'instar de la royina douairière Ista, la royina Sara et le roya Orico.

Puis il y a les personnages que l'on aime détester… Martou et Dondo dy Jironal étant en tête de liste, bien entendu. Mais je vous laisse les découvrir en temps et en heure ^^

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

Je vous parlais plus haut de nouveaux concepts, notamment au niveau de la religion, qui est très différente de ce celles que nous connaissons. Pour faire bref, dans la religion quintarienne telle qu'employée en Chalion, il existe cinq dieux : le Père, la Mère, le Fils, la Fille, et le Bâtard. Chacun représente une saison, à l'exception du Bâtard, et chacun a une ou plusieurs couleurs qui lui sont propres.

Le temple de Cardegoss avait assez de ressources pour commander les plus beaux des animaux sacrés, sélectionnés pour leurs couleurs et leur sexe. L'acolyte de la Fille, vêtue de robes bleues, portait un superbe geai bleu femelle à crête, né au cours du printemps. La représentante de la Mère, vêtue de vert, tenait sur son bras un énorme oiseau vert, proche parent, songea Cazaril, de celui que gardait Umegat dans la ménagerie du roya. L'acolyte du Fils aux robes rouge orangé menait un splendide jeune renard dont la fourrure dorée semblait luire comme des flammes dans les ombres de la chambre voûtée remplie d'échos. L'acolyte du Père, en gris, fut précédé d'un loup gris, robuste et plein d'une immense dignité. Cazaril s'attendait à voir l'acolyte du Bâtard, vêtue de robes blanches, porter l'un des corbeaux sacrés de Fonsa, au lieu de quoi elle tenait dans ses bras un couple de rats blancs dodus au regard curieux.

Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

Bien sûr, cette conception de la déité s'accompagne de rites très différents des nôtres. Les rites funéraires, par exemple, dont il sera souvent question dans les trois romans du cycle. L'âme d'un défunt est, la plupart du temps, réclamée par un des cinq dieux. Pour savoir à quel dieu va le défunt, des animaux sacrés, chacun rattachés à un dieu, sont présentés devant le corps. Celui qui présente le comportement le moins indifférent montre que son dieu accepte l'âme du décédé. Parfois, aucun animal ne fait mine de s'intéresser au corps, ce qui signifie que l'âme n'est pas reprise par les dieux. Elle est donc condamnée à errer jusqu'à sa dissolution complète. 

Il existe aussi des démons. Certains prennent possession de corps morts qu'ils trouvent à leur disposition, et doivent être exorcisés à l'aide d'un rituel spécifique. D'autres se mettent à posséder des personnes bien vivantes. Il est alors très difficile de les déloger.

On peut aussi invoquer ces démons, et ce pour une raison bien spécifique : tuer quelqu'un à l'aide d'un sort de mort. Le seul problème, c'est que le lanceur de sort est tué au même titre que la personne cible. C'est sur cette dernière problématique que s'axe ce premier roman du cycle. Vous pourrez y découvrir un rituel raté, des bizarreries médicales, et un homme capable de mourir trois fois. Mais chhhhht! Je ne vous ai rien dit 😉

Il se battit avec le rat pour le tirer du sac; approcha le couteau de sa gorge et murmura :
– Retourne à ton seigneur avec ma prière.
D'un coup vif et rapide, il fit couler son sang ; le liquide sombre et tiède se déversa sur sa main. Il déposa la petite dépouille à ses genoux.
Il tendit le bras vers son corbeau ; l'oiseau bondit dessus et se pencha pour laper le sang de rat sur ses doigts. La langue noire ainsi surgie surprit Cazaril au point qu'il sursauta et faillit perdre à nouveau l'oiseau. Il coinça le corbeau sous son bras et l'embrassa sur la tête.
– Pardonne-moi. Je suis dans le besoin. Peut-être que le Bâtard te nourrira du pain des dieux, et que tu pourras te percher son Son épaule, quand tu Le rejoindras. Vole vers ton maître avec ma prière.
D'un coup sec, il brisa la nuque du corbeau. L'oiseau battit brièvement des ailes, puis s'immobilisa entre ses mains.

Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

Outre la religion, les démons, les saints, les miracles et toutes les curiosités liées aux dieux, l'on trouve bien entendu des intrigues politiques. Elles sont bien ficelées, elles sont haletantes, elles sont passionnantes, et elles nous emmènent de la cour de Cardegoss jusqu'aux confins de Chalion.

Franchement, j'ai adoré! Et cette façon qu'a Cazaril de déjouer les pièges les plus tordus, c'est juste… jouissif! Je ne trouve pas d'autres mots…

Sur cette note aussi peu concluante que satisfaisante, ils furent contraints d'en rester là, mais Cazaril fut heureux de savoir qu'Iselle et Betriz devenaient plus attentives aux dangers subtils de la vie de cour. Toute cette gaieté éblouissait et séduisait, festin pour les yeux qui pouvait laisser la raison aussi vacillante et ivre que le corps. Pour quelques dames et courtisans, supposait Cazaril, c'était bel et bien le jeu innocent et joyeux – encore que coûteux – dont il avait les apparences. Pour d'autres, c'était un ballet d'ostentations, de messages cryptés, de bottes et de parades aussi sérieuses que des duels, à défaut de causer une mort aussi instantanée. Pour rester debout, il fallait distinguer les joueurs de ceux dont on se jouait. Dondo dy Jironal était lui-même un joueur important, et cependant… Si tous ses mouvements n'étaient pas dictés par son frère aîné, on pouvait affirmer sans trop de risques qu'ils étaient permis par lui.
Non. Pas sans trop de risques. Simplement sans se tromper.

Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

S'il m'a fallu un petit temps d'adaptation à l'univers de Chalion, l'histoire m'a totalement submergée jusqu'à la fin! Je me suis laissée embarquer sur cette rivière tumultueuse, un flot incessant d'intrigues de cour, de complots, de trahisons, de possession démoniaque, de rites de mort, de ménageries exotiques, de révélations, de… oulà, j'en ai encore le coeur qui palpite!

Je me suis profondément entichée de cet univers riche et complexe, de ces personnages tellement humains, tellement humbles, avec leurs qualités et leurs défauts… J'ai adoré le personnage de Cazaril, à tel point que j'ai eu du mal à continuer la trilogie quand j'ai vu qu'il n'était question de lui nulle part dans les tomes suivants. Pour une fois qu'on ne nous présente pas un héros masculin sous la forme d'un géant plein de muscles et dotés de super pouvoirs aussi mirobolants que risibles…

Quant au style d'écriture, il est fluide, rythmé, captivant. L'auteur possède une imagination débordante, foisonnante de super idées, aussi ne puis-je que vous donner ce conseil : jetez-vous dessus!

Enfin, pas trop fort quand même… Je ne voudrais pas être responsable d'accidents en chaîne!

[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold
[Chronique fantasy] Le fléau de Chalion, de Lois McMaster Bujold

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Quelle finale magistrale pour cette série de Troie, qui aura été mon grand coup de cœur de 2016! La conclusion du récit est peut-être moins épique que celle du premier tome, où la bataille a fait rage jusqu'à la toute fin, mais elle est encore plus vibrante et riche en émotions, plus poignante sur le plan humain. Car de cette guerre de Troie, nul n'en ressortira indemne.

Acherontia

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Les ténèbres tombent sur la Grande Verte, et le Monde Ancien est cruellement déchiré.
Sur les champs de batailles autour de Troie, la cité d'or, se réunissent les armées fidèles au roi mycénien, Agamemnon. Parmi ces troupes se trouve Ulysse, le fameux conteur, devenu leur allié malgré lui. Il sait que rien n'arrêtera Agamemnon pour s'emparer du trésor que renferme la cité,et qu'il devra bientôt affronter ses anciens amis en un combat à mort.
Malade et amer, le roi de Troie attend. Ses espoirs reposent sur deux héros: Hector, son fils préféré, le plus puissant guerrier de son époque, et le redoutable Hélicon, détermine à venger la mort de son épouse aux mains des mycéniens.
La guerre a été déclarée. Même si ces ennemis, qui sont aussi des parents, laissent libre cours à leur soif de violence, ils savent que certains d'entre eux, hommes ou femmes, deviendront des héros, dont les exploits vivront à tout jamais dans un récit transmis à travers les âges…

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Si vous n'avez lu ni le premier, ni le second tome, cette chronique risque de vous dévoiler des éléments importants de l'histoire… Si tel est votre cas, n'hésitez pas à vous reporter à la chronique du premier tome, dont le lien figure à la fin du présent article. Merci!

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… Ou comment j'en suis venue à choisir ce roman-là, et pas un autre.

 

Ce roman est le premier lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour décembre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Milady pour ce partenariat et la découverte de ce livre.

Dans le second tome, l'on sentait progressivement la tension monter entre les différents camps. Les mycéniens et les troyens se montent les uns contre les autres, certains héros changent de camp de façon inopinée, tout est sujet à attiser les braises de la haine… Il ne manque plus que le grand final, l'explosion de toutes les tensions et le dénouement de l'intrigue si finement écrite par David Gemmell. Je ne pouvais VRAIMENT pas rater ce troisième tome!

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… ou l'infamie des Mycéniens et de leurs alliés.

L'ignominie d'Agamemnon, roi de Mycènes, n'est plus un mystère pour nous lecteurs, et encore moins pour les protagonistes de l'histoire. Disons surtout que, dans ce dernier opus, Agamemnon ne s'améliore pas, que du contraire. À présent que Troie est toute proche, presque à sa portée, et qu'il ne manque plus que la bataille finale pour assouvir sa soif de pouvoir et de richesses, il semble consumé par la haine et la cruauté, à l'instar d'un Gollum sentant son précieux se rapprocher.

Jusqu'où ira-t-il dans ses réserves de perversion pour atteindre son objectif? Les autres rois resteront-ils à ses côtés assez longtemps pour satisfaire à ses ambitions et avoir leur part du butin?

L'heure n'est plus aux complots et aux trahisons, mais bien à la bataille, à la force brute, aux stratégies militaires. Les Mycéniens et leurs alliés sont supérieurs en nombre, mais leurs adversaires troyens sont redoutables et endurants. La question fondamentale, à ce point de la guerre, est de savoir qui s'en sortira le moins exsangue…

La lueur rouge à l'est commençait de s'estomper, cachée par la brume qui s'était soudain répandue sur le rivage. La lune disparut derrière un écran de nuages. Nue, la petite fille fut traînée jusqu'à l'autel sacrificiel. Agamemnon vint assister à la cérémonie. Si l'officiant était assez doué, la gamine serait ouverte en deux et son coeur arraché pendant qu'elle vivait encore. Puis le prêtre lirait dans ses entrailles pour y détecter des présages de victoire.
Les soldats s'étaient rassemblés en silence et attendaient que le sang jaillisse. Pendant que deux d'entre eux maintenaient l'enfant, Athéos produisit un long couteau incurvé et invoqua Poséidon. Les milliers de soldats reprirent l'incantation, leurs voix grondant comme le tonnerre.
Athéos se tourna vers l'autel et leva le couteau.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… ou l'art grec de la tragédie pour les nuls.

 

Sans trop vous en dévoiler, de tous les personnages de cette saga, Hector est le personnage que je plains le plus. Hector est beau et fort, il est considéré comme un héros, comme le coeur même de Troie. Il est adulé par les foules, est le fils préféré de son père, et est l'époux de la somptueuse Andromaque. Alors oui, au fond, pourquoi serait-il à plaindre? Eh bien, parce que, souvent, sous le beau vernis de gloire se cachent bien des ombres…

Il est fort, certes, mais il est contraint de guerroyer dans les conditions les plus extrêmes alors même qu'il est de nature pacifique. Il est l'idole des troyen, mais cela signifie une grande pression sur les épaules, des responsabilités monstrueuses à gérer. Quant à ses amours, lui qui, rapidement, tombe profondément amoureux d'Andromaque, il s'aperçoit rapidement que ses sentiments ne sont pas partagés. Pire même, sa stérilité le contraint à élever l'enfant d'Andromaque et d'Hélicon comme son propre fils.

Dans le premier tome, il était présenté comme un demi-dieu, et nul ne doutait de sa force herculéenne, voire de son immortalité. Mais au fil de l'histoire, Hector se montre de plus en plus vulnérable, rongé par la jalousie qu'il voue à Hélicon, son meilleur ami, ses responsabilités de guerrier et les tragédies qui entourent la guerre de Troie. C'est dans cet épisode final que se joue son destin. Et je vous le dis, amis lecteurs, le géant troyen ne démérite pas une seule seconde!

Hector avait passé toute sa jeunesse à essayer de ne pas ressembler à son père. Il traitait les hommes avec respect et honneur, et les femmes avec délicatesse et courtoisie. Quand Andromaque lui avait dit qu'elle attendait l'enfant d'Hélicon, il l'avait accepté, sachant qu'il ne pourrait pas lui donner de fils. Mais alors, il ne la connaissait pas, ils s'étaient à peine rencontrés. Au cours des années, il était tombé profondément amoureux d'elle, alors qu'elle le considérait comme un frère, un excellent ami. Il ne lui avait jamais montré à quel point cela le blessait, jusqu'à aujourd'hui, quand elle avait joyeusement parlé de faire venir Dex, l'enfant d'Hélicon, dans leur demeure. Et voilà qu'elle allait prendre la mer avec son amant pour un long voyage, et ils seraient constamment ensemble.
Jamais de sa vie il n'avait ressenti le besoin de retourner à la guerre, de combattre, et même de tuer. À cet instant, la guerre et la mort lui semblaient merveilleusement simple. C'était la vie qui était trop compliquée.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

D'autres personnages sont durement éprouvés par le destin. Banoclès, notamment, qui perd quelqu'un qui lui est cher, Hélène, Pâris et leurs enfants, Déiphobos, Priam, Ulysse et bien d'autres. La guerre de Troie n'épargnera personne. Il n'y aura pas de happy end, ou s'il y en a une, elle sera gagnée de haute lutte et ne viendra que sur le tard. C'est ce qui rend ce troisième tome particulièrement attachant, épique et réaliste. Une happy end aurait été trop facile. L'histoire de Troie n'est pas un conte de fée, après tout. Peu de ces héros et de leurs ennemis vivront heureux jusqu'à la fin pour avoir beaucoup d'enfants. Aussi, si vous cherchez de l'amour, de la joie, de la bonne humeur, ce n'est pas ce roman qui fera votre bonheur. Mais si vous cherchez des héros qui meurent la main sur le coeur, alors lisez ces pages 😉

Hector frappa, et Achille contra le coup. Soudain, Achille lança une attaque féroce, sa lame bougeant avec une rapidité extraordinaire. Hector Bloqua, puis pivota sur un talon et frappa Achille au visage avec le dos de son poing. Achille tituba, se ressaisit et leva rapidement sa lame pour parer un coup mortel dirigé vers son cou. Il riposta si vite qu'Hector se jeta sur le sol, roula et se remit debout en un clin d'oeil. Ils recommencèrent à tourner.
Ulysse regardait, captivé, le duel se dérouler. Chaque combattant était doté d'équilibre et de vitesse. Les deux avaient peaufiné leurs talents lors de milliers de batailles. Achille était plus jeune, mais il avait passé toute sa courte vie à chercher les combats. Hector combattait et tuait seulement quand il y était contraint. Les deux hommes combattaient maintenant froidement, avec patience. Tous deux savaient que la moindre erreur de jugement pourrait signifier leur perte. Chacun cherchait les faiblesses de l'autre, et essayait de déchiffrer le sens de ses mouvements.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… où les îles grandissent autant que la jalousie et les impossibles amours.

 

La jalousie d'Hector vis-à-vis de Hélicon est sommes toutes assez justifiée. Conscient que sa femme voue de tendres sentiments à son meilleur ami, il est dès lors sur la défensive. Et lorsque Priam annonce que Cassandre doit partir vers l'île de Théra à bord du Xanthos, accompagnée par Hélicon et Andromaque. C'est pour lui la goutte qui fait déborder le vase.

Andromaque, tiraillée entre ses deux amours, est heureuse de prendre la mer en compagnie de Hélicon et de pouvoir goûter à sa présence permanente. Mais elle souhaite à la fois rester fidèle à Hector, qu'elle aime comme un frère. Si, au début, elle parvient à rester à bonne distance de Hélicon, elle s'aperçoit vite que les choses s'annoncent compliquées. Parviendra-t-elle à tenir sa promesse envers son mari?

Quant à l'île de Théra, Andromaque y constate quelques changements. Outre la mauvaise santé de la grande prêtresse, l'îlot qui se situait à l'entrée de la baie menant à Théra semble sortir progressivement des flots. L'île de la tentation serait-elle en train de devenir l'île de la perdition?

– Que veux-tu que je te dise, Hélicon? Que je les hais? Ce n'est pas le cas. La haine est la mère de tous les maux. La haine est ce qui engendre des hommes comme Agamemnon, et comme toi, des hommes qui concourent pour savoir qui commettra les atrocités les plus épouvantables. Et maintenant, lâche-moi le bras!
Mais il ne la lâcha pas. Elle essaya de se dégager, puis lança sa main libre vers lui, prête à frapper. Instinctivement, il la serra contre lui, les bras autour de sa taille. Il sentit le parfum de ses cheveux et la chaleur de son corps contre le sien. Le front de la jeune femme percuta sa joue et il lui saisit les cheveux pour l'empêcher de le frapper de nouveau.
Puis, avant de comprendre ce qu'il faisait, il l'embrassa. Ses lèvres avaient le goût du vin, et son esprit s'embruma.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… où la bataille fait rage aussi bien à terre que sur la mer.

 

Ce que j'aime, chez Gemmell, ce sont les scènes d'action et de bataille. Elles sont décrites avec tellement de justesse que c'en est incroyable. Et je dirai même mieux… elles sont inimitables. Lui seul a le don de rendre une scène de bataille limpide comme de l'eau de roche, sans que les actions ne deviennent brouillonne. On sait toujours qui parle, qui fait quoi, qui reçoit tel coup. Avec Gemmell, impossible de s'emmêler les pinceaux, comme cela peut être le cas avec d'autres auteurs. Les scènes sont décrites avec beaucoup de détails, mais des détails utiles, sans aucune fioriture qui viendraient plomber le tableau. Il en ressort un style graphique et poétique que j'apprécie beaucoup, moi qui ne suis pourtant guère friande de l'action brute.

Et ce que j'apprécie doublement, dans cette série, c'est que les batailles se déroulent aussi bien sur la terre ferme que sur la mer. Hélicon et son navire incendiaire sont juste incroyables. Même si leur oeuvre de mort est discutable, leur stratégie rusée laisse le lecteur baba.

– Alors, quand les attaquerons-nous, Bienheureux? Plus tôt nos navires pourront sortir au large et plus tôt nous pourrons commencer à combattre et à frapper l'ennemi dans la baie d'Héraclès.
– Nous n'attaquerons pas, dit Hélicon. Nous attendrons que les Mycéniens nous attaquent.
Chromis grogna.
– Comment pouvons-nous être sûrs qu'ils le feront? Pour le moment, ils sont satisfaits de nous garder prisonniers dans la baie, comme… comme des crabes dans un panier.
– Tu as fait remarquer toi-même que bien des choses avaient changé avec l'arrivée du Xanthos. (Il regarda les capitaines troyens.) Nous devons être patients. Les Mycéniens sont un peuple impétueux et agressif. Nous devons utiliser cela contre eux. Et mon plan ne consiste pas seulement à nous échapper vers le large. J'ai prévu de détruire leur flotte entière.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Quant aux combats sur la terre ferme, c'est du grand Gemmell, comme d'habitude. Calliadès et Banoclès y ont bien sûr une place de choix, au même titre qu'Hector et ses valeureux cavaliers du Cheval de Troie, ou les Aigles de Priam.

Le légendaire Cheval de Troie (pas les cavaliers, mais celui qu'on connaît tous, qui est en bois et tout creux, hein…) est bien sûr présent à un moment du récit, mais… Non, je ne vous dis rien, vous DEVEZ découvrir cela par vous même!

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… mais heureusement, la quiétude a tout de même ses limites!

 

Il est des fois où le combat semble s'enliser, notamment lors du long siège de la ville. Mais Gemmell… ben, c'est Gemmell, quoi! Il parvient à rendre passionnantes des scènes où l'attente est reine et où l'angoisse domine. Tout est merveilleusement bien pensé, bien amené et bien décrit. Il n'y a aucune longueur dans ce petit bijou littéraire, car si l'auteur choisit de nous parler du quotidien des personnages, c'est parce que leur train-train a une incidence sur l'histoire. Il ponctue même souvent cette attente par de brefs combats, des tentatives d'incursions ennemies, des stratégies, des complots. Il approfondit le tableau qu'il dresse de certains personnages, tels Priam.

Andromaque n'avait pas envie de rester toute la journée au palais, dans une atmosphère d'angoisse permanente, et elle préférait s'occuper avec les blessés et les mourants, les nourrir, leur parler et parfois leur tenir la main jusqu'à leur dernier souffle.
En réalité, pensa-t-elle, personne n'avait suffisamment d'occupations. Le train-train quotidien de la cité avait été brisé par le manque de fournitures et l'épuisement provoqué par le rationnement de l'eau et de la nourriture, et la chaleur. La plupart des gens, quand ils ne faisaient pas la queue pour de la nourriture, restaient chez eux. L'inactivité faisait naître des commérages et alimentait les peurs des gens. Ses servantes Penthésilée et Anio avaient trop de temps libre, et elles le passaient à discuter des problèmes de la cité avec les autres serviteurs royaux.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Quelle finale magistrale pour cette série de Troie, qui aura été mon grand coup de coeur de 2016! La conclusion du récit est peut-être moins épique que celle du premier tome, où la bataille a fait rage jusqu'à la toute fin, mais elle est encore plus vibrante et riche en émotions, plus poignante sur le plan humain. Car de cette guerre de Troie, nul n'en ressortira indemne.

Certains s'en tirent mieux que d'autres, mais quels personnages, et de quelle façon? Cela, je vous le laisse découvrir. Je peux toutefois vous dire que les talents de conteur de David Gemmell ne sont plus à prouver. Il sait si bien distiller le suspense, mêler la profondeur des relations humaines à la froideur du combat, ponctuer ses actions de descriptions légères, comme des touches de peintures sur un tableau impressionniste… Et impressionnant, ce tableau, surtout! Quelle fresque antique et mythique il nous livre là! Le seul mot qui me vient à la bouche pour qualifier cette saga, c'est épique. Épique comme les scènes de combat, épique comme la plume de l'auteur.

Si je devais conseiller une première trilogie à quelqu'un qui n'a jamais lu de fantasy, sans doute choisirais-je celle-ci…

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

On se sent happé par cette histoire d'artefact maléfique, si bien qu'il est difficile de lâcher le roman une fois l'intrigue principale démarrée. Et cette menace latente en fin de roman, cette vision d'horreur finale qui introduit la trilogie suivante, nous mettant l'eau à la bouche, c'est juste… tellement frustrant! Si j'avais eu la suite sous la main, je l'aurais lue dans la foulée!

Acherontia

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

Abandonné en pleine nature sur un continent à l'autre bout du monde, avec pour seules armes son intelligence et sa détermination.

Kaspar, l'ancien duc d'Olasko,doit se battre au jour le jour pour assurer sa survie. Rusé, astucieux et doté d'une volonté de fer, il se lance dans cette odyssée avec un seul but en tête: rentrer chez lui et se venger de Serwin Fauconnier, l'homme qui l'a destitué.

Mais Kaspar ne sait pas encore qu'il y a bien plus en jeu que sa seule existence. Il n'est qu'un pion dans une partie terrifiante qui oppose Ser et le conclave des ombres aux agents des forces obscures. Ces derniers menacent non seulement Olasko, la terre natale de Kaspar, mais aussi Midkemia dans son ensemble. La guerre de la Faille et celles des Serpents sembleraient presque triviales au regard du conflit qui s'annonce…

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

Si vous n'avez lu ni le premier, ni le second tome, cette chronique risque de vous dévoiler des éléments importants de l'histoire… Si tel est votre cas, n'hésitez pas à vous reporter à la chronique du premier tome, dont le lien figure à la fin du présent article. Merci!

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… Ou comment j'en suis venue à choisir ce roman-là, et pas un autre.

 

Ce roman est mon troisième roman lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour novembre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Milady pour ce partenariat et la découverte de ce livre.

Après un second tome palpitant, j'avais un peu l'impression que l'histoire m'avait déjà livré tous ses secrets, et je voyais mal ce qui pourrait encore se produire dans le troisième et dernier tome du Conclave des ombres. Eh bien, je me suis pour le moins trompée, car il y a encore beaucoup à dire, et pas du tout de la façon dont je le pensais!

 

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… ou la loi du Talion selon Ser.

 

Si vous vous souvenez bien du second tome, l'histoire se concluait sur une victoire totale de Ser face au tyran Kaspar, duc d'Olasko, et à l'infâme magicien Leso Varen. Dès lors, je me suis demandée ce qu'un troisième tome pourrait apporter. Allait-on enfin connaître les plans exacts de Leso Varen? Mais comme ce dernier semble mort et enterré, est-ce vraiment important? Va-t-on nous parler de ce que Ser compte faire de sa vie une fois sa vengeance consommée? Je supposais qu'il n'y aurait là rien d'épique, aussi étais-je passablement dubitative…

En fait, le troisième et dernier tome s'ouvre sur le bannissement de Kaspar d'Olasko, emmené sur une île inconnue par un magicien du Conclave des ombres. L'affaire semble mal entamée pour le duc, qui est rapidement fait prisonnier et retenu dans des conditions peu enviables. Puis, dans un soudain rebondissement, il parvient à échapper à ses détenteurs et s'enfuit à travers une étendue désertique et hostile, où il doit lutter pour sa survie.

Cela n'est pas sans rappeler ce qu'il fit subir à Ser au cours du deuxième tome, cet enfermement qui lui imposa dans une citadelle aride, où les vivres se faisaient aussi rares que les rayons du soleil. De toute évidence, Ser a fort bien calculé son coup et avait dans l'idée de rendre à Kaspar la monnaie de sa pièce.

Mais si l'on se doutait déjà du sort réservé à Kaspar, son évasion et les péripéties qui s'ensuivent sont, elles, inattendues. Assez, en tout cas, pour susciter mon intérêt et me plonger rapidement dans l'intrigue.

 

Kaspar gisait à l'agonie.
Protégé du soleil d'après midi par un rocher en surplomb, il savait qu'il ne lui restait plus beaucoup de temps à vivre. Trois jours durant, il avait suivi l'ancienne route. Il avait fini son eau ce matin-là, à l'aube. Souffrant de vertiges et de désorientation, il était descendu en titubant jusqu'à une zone ombragée pour attendre que la chaleur se dissipe.
S'il ne trouvait pas de l'eau d'ici la tombée de la nuit, il ne se réveillerait sans doute pas le lendemain matin. Il avait les lèvres desséchées, et le nez et les joues qui pelaient à cause des coups de soleil. Allongé sur le dos contre des rochers, il s'efforçait d'ignorer les cloques douloureuses qui lui couvraient les épaules. Il était trop fatigué pour laisser la douleur l'ennuyer. En plus, cette douleur signifiait qu'il était toujours en vie.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

Quand l'on suit l'histoire avec les yeux du méchant…

 

Ce qui m'a complètement scotchée, dans ce troisième tome, c'est que l'auteur met complètement de côté son personnage principal, Ser, pour s'intéresser au grand méchant de l'histoire, Kaspar. C'est en effet au travers de ses yeux et de ses mésaventures que l'histoire suit son cours, dessinant une introduction parfaite pour la trilogie suivante. Je dois dire que c'est un exercice extrêmement difficile pour un écrivain, que de laisser en arrière un personnage auquel on s'était attaché, pour mettre en avant celui qu'on est censé faire détester.

Et pour le lecteur aussi, c'est un fameux exercice. Au début, je me sentais un peu déboussolée, d'autant plus que Kaspar n'est, à la base, pas un personnage que l'on a envie d'aimer et auquel on a envie de s'intéresser. Donc, durant les premiers chapitres, je ne pouvais m'empêcher de me demander quand on allait cesser de s'intéresser à son cas et en revenir à Ser ou aux magiciens du Conclave des ombres.

Et puis finalement, assez curieusement, on finit par s'attacher à lui, d'une façon totalement surprenante. Progressivement, des changements s'opèrent en lui, et le rendent de plus en plus digne d'intérêt.

Abattre un arbre était plus difficile que Kaspar l'aurait cru, étant donné qu'il n'avait vu des bûcherons à l’œuvre qu'une seule fois, lorsqu'il était enfant. L'arbre avait bien failli lui tomber dessus, pour le plus grand plaisir de Jorgen, qui avait trouvé ça très drôle, une fois passée la peur.
Kaspar avait coupé toutes les branches, puis débité le tronc en plusieurs rondins. Il en avait attaché un avec de grandes lanières en cuir destinées à être fixées au harnais d'un cheval. Mais l'unique cheval de la famille avait disparu avec le père de Jorgen, Kaspar décida donc de le remplacer pour tirer le rondin jusqu'à la maison, en traversant la prairie humide. Il banda ses muscles et tira de toutes ses forces tandis que le rondin récalcitrant le suivait par à-coups.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… ou presque.

 

Petit à petit, on commence à sentir que Kaspar s'interroge sur ses actes passés, sur ce qui l'a poussé à agir de la sorte. Il sent qu'il a été manipulé par son magicien, Leso Varen, mais il est suffisamment sage pour prendre conscience que son caractère et sa soif de pouvoir y sont aussi pour quelque chose. Souvent, il rêve de son ancienne vie, et constate à son réveil que ce qui ne le gênait nullement quelques mois plutôt lui donne à présent la nausée.

Après sa fuite, il s'invite dans la cabane d'une mère et de son fils. Connaissant le caractère initial de Kaspar, j'ai tout de suite imaginé une catastrophe ; viol de la mère, vente du fils sur le marché aux esclaves, vol, meurtre… Et puis en fait, on se retrouve agréablement surpris par l'attitude de l'ancien duc d'Olasko, qui impose sa présence par nécessité pour sa propre survie, tout en respectant la petite famille. On pourrait même dire qu'il tente de se racheter, d'une certaine façon, en les aidant dans leurs tâches quotidiennes.

Son attitude bienveillante, ainsi que le fait qu'il réfléchisse sur lui-même et sur ses actions passées contribuent à le rendre de plus en plus acceptable en tant que personnage principal aux yeux du lecteur. Je me suis même surprise à m'y attacher peu à peu, surtout lorsque l'histoire a réellement pris son essor.

La troisième nuit, il avait eu un rêve-souvenir particulièrement saisissant de réalisme : il s'agissait d'une conversation avec Leso Varen dans les appartements privés du magicien. Les lieux empestaient le sang et les excréments humains, ainsi que l'odeur bizarre de toutes ces choses inconnues que le magicien tenait à mélanger et à faire brûler dans sa pièce de travail. Kaspar se souvenait bien de cette conversation, car c'était la première fois où Varen lui avait suggéré d'envisager de faire disparaître ceux qui se dressaient entre la couronne de Roldem et lui. Kaspar se rappelait également à quel point l'idée lui avait paru séduisante.
Mais, à son réveil, il avait été pris de haut-le-cœur au souvenir de la puanteur de la pièce. Pourtant, à l'époque où il avait rendu cette visite à Varen, l'odeur ne l'avait pas dérangé le moins du monde, c'est à peine s'il l'avait sentie. Or, ce matin-là, il s'était réveillé en sursaut, haletant, devant la porte de la cabane, et il avait bien failli réveiller Jorgen.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… parce que la nuit, tous les Talnoy sont gris.

 

Aaaah, les Talnoy… Vous vous demandez ce que c'est, avouez! Ne vous en faites pas, vous le découvrirez bien assez tôt! 😉

Comme l'on peut s'en douter, le but premier de Kaspar est de rejoindre son ancien duché pour voir ce qu'il s'y est passé durant son absence – et, au début, en reprendre les rennes, même si par la suite, il se verra contraint de modifier son objectif. Et puis, au détour d'une petite ville, il rencontre un curieux homme qui lui propose une quête, une sorte de mission périlleuse. Il lui promet une généreuse rémunération contre ses services. Par curiosité et par nécessité, Kaspar accepte sa curieuse requête. L'homme lui présente alors la "chose" qu'il se verra contraint d'escorter.

Là, on sent que l'action démarre véritablement. Cette rencontre est l'élément perturbateur qui va lancer un nouveau type d'intrigue, à mille lieux des histoires de cour, des guerres, des prises de pouvoir…

Flynn invita ses compagnons et Kaspar à l'accompagner dans l'autre partie de l'entrepôt, où se trouvait un chariot. Il s'agissait d'un simple véhicule destiné au transport des marchandises, semblable à ceux que Kaspar croisait souvent dans les rues de sa capitale. Au fond se trouvait un objet dissimulé sous une toile cirée. Vu sa taille, Kaspar commença à avoir une petite idée de sa nature. Flynn sauta dans le chariot et rabattit le bord de la toile.
Il s'agissait d'un corps – ce fut du moins l'impression ce que Kaspar en retira. Ou alors c'était juste une armure vide. Quoi qu'il en soit, il n'avait jamais rien vu de pareil.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… qui exigera les interventions les plus improbables qui soient.

 

Car cette chose que Kaspar doit escorter loin, très loin de cette île n'est pas un artefact comme les autres. La silhouette dans le chariot dégage une étrange aura maléfique qui, au mieux, met mal à l'aise ceux qui l'entourent. Et qui, au pire, est capable de tuer d'une horrible manière ceux qui désireraient déserter l'escorte…

Très vite, le voyage se fait pénible, et l'étrange fascination qu'exerce l'artefact sonne pratiquement comme une malédiction. Sauf que de cette malédiction-là, personne n'en a jamais entendu parler, et personne, pas même les prêtres de la région, ne semble en mesure de la dissoudre.

J'ai littéralement adoré cette partie de l'histoire, beaucoup plus sombre, plus prenante. Une fois la malédiction de l'artefact mise sur le tapis, l'ambiance s'est littéralement métamorphosée pour se faire glauque, pressante. Une tension palpable s'est installée, qui m'a complètement dissuadée de lâcher le livre jusqu'au dénouement de l'histoire.

– Est-ce qu'il y a quelqu'un à l'intérieur? demanda-t-il.
– Personne ne le sait, répondit Kenner. On n'arrive pas à retirer le heaume, ni aucune autre partie d'ailleurs.
– Elle a un aspect maléfique, fit remarquer Kaspar, en parlant lentement.
Le heaume avait une forme très simple, comme si on avait découpé un cylindre selon un certain angle, avant d'arrondir les bords, ne laissant qu'une ligne continue des épaules au sommet du crâne, sans angle ni pointe. Il était légèrement pincé sur le devant, si bien que, vu de dessus, il avait vaguement la forme d'une goutte plutôt que d'un rond. De chaque côté du heaume jaillissait une aile, mais ces ailes n'appartenaient à aucune créature connue. Elles avaient la forme de celles d'un grand corbeau, mais elles se recourbaient légèrement en suivant les côtés du heaume et elles étaient pourvues d'une membrane comme une chauve-souris géante. Une seule fente au niveau des yeux permettait à l'occupant, s'il y en avait un, de voir quelque chose.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

Au fur et à mesure que l'on en apprend plus au sujet de l'artefact et de sa curieuse malédiction, on comprend que c'est l'univers tout entier qui est menacé. Des choses étranges se produisent, des créatures cauchemardesques surgissent là où on ne les attend pas, les magiciens eux-mêmes semblent dépassés par la situation.

La menace est de plus en plus grande, l'avenir s'assombrit peu à peu, mais cette fois, l'ennemi ne fait pas partie du monde connu…

Et le livre se termine sur un moment tellement angoissant que… ah non! Aaaarggg!! Au secours!! Je veux la suite, et vite!!!

Heureusement pour moi, et pour vous aussi si vous avez suivi cette trilogie, la suite arrive très bientôt en format poche chez Milady! Cela s'appelle La guerre des ténèbres, une autre trilogie dont le premier tome devrait être disponible d'ici février 2017. Comptez sur moi pour le lire et le chroniquer!

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

J'ai ADORÉ le parti pris de l'auteur, qui a décidé, au dernier tiers de cette saga, de changer radicalement de perspective. Le changement de personnage principal, s'il est déroutant au début, est en fait une vraie source de jouvence pour le récit. En tout cas, il fallait le faire! Ce n'est pas facile de retirer le gentil de l'histoire pour ensuite mettre le grand méchant aux commandes. Le résultat est totalement ahurissant, et à la hauteur de ce qu'on peut attendre d'une trilogie de Feist.

Ensuite, l'histoire en elle-même est juste gé-niale! Cela change des précédentes intrigues de cour, des guerres, des querelles intestines, de la politique houleuse, and so on… On se sent happé par cette histoire d'artefact maléfique, si bien qu'il est difficile de lâcher le roman une fois l'intrigue principale démarrée. Et cette menace latente en fin de roman, cette vision d'horreur finale qui introduit la trilogie suivante, nous mettant l'eau à la bouche, c'est juste… tellement frustrant! Si j'avais eu la suite sous la main, je l'aurais lue dans la foulée!

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
Mes coups de coeur de 2016...

Mes coups de coeur de 2016…

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

[Chronique Fantasy] Troie 2, Le bouclier du tonnerre, de David Gemmell

Un second tome dans la droite lignée du premier, avec un rythme qui ne faiblit pas, encore qu'il y ait moins de grands combats épiques dans ce second opus. On sent que la guerre de Troie se prépare, lentement mais sûrement. Tous les facteurs sont là, tout se met en place progressivement, et chacun choisit – ou se voit imposer – un camp. À présent, chaque victoire compte, chaque alliance peut tout faire basculer. On sent cette tension grandissante, c'est magistralement bien rendu.

Acherontia

Synopsis…

La guerre menace.
Tous les rois de la Grande Verte se rassemblent, chacun dissimulant de sinistres plans de conquête et de pillage.
Dans ce maelström de traîtrise, trois voyageurs vont faire osciller la balance: Piria, une prêtresse fugitive cachant un terrible secret; Calliadès, un guerrier aux idéaux élevés et à l'épée redoutable; et son meilleur ami, Banoclès, qui se taillera une légende dans les combats à venir.
Ensemble, ils voyagent jusqu'à la fabuleuse cité de Troie, où les ténèbres viendront bientôt éclipser pour des siècles les triomphes et les tragédie des mortels ordinaires. Car l'époque glorieuse de l'âge du bronze n'est pas taillée pour les hommes, mais pour les héros !

[Chronique Fantasy] Troie 2, Le bouclier du tonnerre, de David Gemmell

La loi d'attraction universelle…

Ce roman est mon premier roman lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour novembre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Milady pour ce partenariat et la découverte de ce premier tome.

Le premier tome de cette saga fantasy basée sur la Grèce antique m'avait déjà fait forte impression, et c'est avec grand plaisir que je la continue avec ce second tome.

Attention, pour celles et ceux qui n'ont pas lu le tome 1 de la série, cette chronique comporte des spoils.

[Chronique Fantasy] Troie 2, Le bouclier du tonnerre, de David Gemmell

Changement de personnages, changement de décor…

Le premier tome se terminait sur l'invasion du château de Priam et une victoire en demi-teinte. Je m'attendais donc à entamer ce second tome avec les personnages qui ont joué un rôle dans la bataille finale du premier opus. Or, il n'en fut rien…

Le second tome s'ouvre sur l'histoire de deux guerriers mycéniens, Calliadès et Banoclès. Loin de me sentir déstabilisée par ce changement radical de personnages et de décor, je me suis très vite laissée porter par leurs (més)aventures pour le moins palpitantes.

Les guerriers mycéniens entrent en scène

De retour à Mycènes, les soldats d'Agamemnon qui avaient assailli Troie sont punis et massacrés par leur roi pour l'avoir "trahi" (tout le monde sait qu'Agamemnon aime tourner la vérité comme ça l'arrange le mieux). Deux soldats parviennent pourtant à lui échapper. Calliadès et Banoclès sont des guerriers hors pair et bien entraînés. Ils auront leur rôle à jouer dans la future histoire de Troie, et non des moindres. Faisons un petit tour de présentation de ces nouveaux héros que les hasards de la guerre et les stratégies houleuses des rois auront mis sur le devant de la scène…

Banoclès est un bon gros géant qui aime la vie et qui ne se soucie guère du lendemain. Il prend les choses telles qu'elles se présentent, sans se poser de questions, et apprécie le moment présent. Calliadès est son parfait opposé ; il est le cerveau de leur duo, mais il cache un lourd passé qui l'empêche de s'ouvrir à la vie et aux autres. Guerrier à l'âme torturée, hanté par le viol de sa soeur alors qu'ils étaient enfants, il gravite autour de Banoclès comme la lune autour du soleil.

Si le "couple" semble bien mal assorti, il se montrera pourtant très efficace, chacun comblant les lacunes de l'autre pour leur plus grand bénéfice. Ce sont deux personnages très attachants que l'on apprend à découvrir peu à peu, au fil de leurs aventures aux côtés d'Ulysse et de Caliope. Leurs actions héroïques auront un poids considérable dans la balance pour la victoire de Troie.

Calliadès frissonna au souvenir du moment où trois hommes du roi avaient fait irruption dans sa maison et lui avaient immobilisé les bras. Ensuite, Kleitos, un aide d'Agamemnon et un parent du défunt Kolanos, s'était approché de lui, une dague à lame étroite dans la main.
– Pensais-tu être à l'abri de la justice du roi? avait demandé Kleitos. Croyais-tu que tu serais pardonné d'avoir tué mon frère?
– Kolanos était un traître qui a essayé de nous vendre pour avoir la vie sauve. Il était comme toi, courageux quand il était entouré de soldats, et lâche devant la bataille et la mort. Vas-y, tue-moi. N'importe quoi serait plus agréable que de sentir ton souffle puant!
– Te tuer? Non, Calliadès. Le roi Agamemnon a ordonné que tu sois puni, pas tué immédiatement. Tu ne connaîtras pas une mort de guerrier. Non! Je dois d'abord te crever les yeux, puis te couper les doigts. Je te laisserai les pouces, pour que tu puisses ramasser à manger sous la table des hommes de valeur.

Troie, tome 2, de David Gemmell

Renégate de Théra, princesse au coeur d'or…

Un autre personnage qui apparaît dès les premiers chapitres, c'est Piria (ou Caliope, pour les intimes). Piria est une jeune femme que des pirates ont capturée, puis maltraitée et violée. Banoclès et Calliadès, qui voyagent avec ces mêmes pirates en espérant échapper aux soldats d'Agamemnon, voient le triste sort qui lui est réservé et décident de la sauver en fuyant l'équipage qui les abritait. Dès lors, la jeune femme, brisée par sa mauvaise expérience, voyagera à leurs côtés, jusqu'à Troie où elle espère rejoindre son grand amour.

Calliadès s'entiche d'elle, et même s'il sait que cet amour est voué à rester à sens unique, il le nourrit malgré tout car cela l'aide à s'ouvrir plus aux autres et à la vie. C'est pour lui une première étape dans la découverte de ses propres blocages, ses propres peurs, et un premier pas vers la guérison.

J'ai vraiment beaucoup aimé le personnage de Piria/Caliope, car elle est résistante malgré toutes les épreuves et l'incertitude d'atteindre son but. Elle rêve de retrouver celle qu'elle a aimé sur Théra, l'île des prêtresses du Minotaure, et poursuit son rêve envers et contre tout, même si elle craint que son amour l'ait oublié ou qu'elle ne veuille plus d'elle. C'est un personnage en constante évolution, qui troque ses habits de femme victime du sort pour une merveilleuse panoplie de guerrière patentée. Elle sait remettre en question ses jugements et ses idées préconçues, ce qui n'est malheureusement pas toujours le cas de tout le monde.

La terreur l'avait frappée à cet instant. Seule, perdue sur une île sinistre, elle avait senti son courage la quitter. Elle avait couru jusqu'à un flanc de colline rocailleuse et s'était abritée sous un rocher en surplomb. À un moment, sans savoir quand ça avait commencé, elle s'était aperçue qu'elle sanglotait. Les membres tremblants, elle s'était couchée sur le sol dur, les genoux relevés et les bras abritant son visage, comme si elle attendait un nouvel assaut. Dans son désespoir, elle avait entendu les paroles de la Première Prêtresse, qui la réprimandait : "Fille arrogante! Tu te vantes de ta force, alors qu'elle n'a jamais été mise à l'épreuve. Tu n'as que mépris pour la faiblesse des femmes de la campagne, alors que tu n'as jamais souffert de leur détresse. Tu es fille de roi, et toute ta vie tu as été abritée par son bouclier. Tu es la soeur d'un grand guerrier dont l'épée couperait la tête de ceux qui t'auraient offensée. Comment oses-tu critiquer les paysannes, dont la vie dépend des caprices d'hommes violentes?"
– Je suis désolée, avait-elle murmuré, le visage pressé contre le rocher.

Troie, tome 2, de David Gemmell

Ulysse et les cochons…

Ulysse m'a vraiment bluffée dans ce second tome, à tout niveau, en bien comme en mal. Dans la première partie du roman, il raconte ses histoires toujours plus fantastiques les unes que les autres, transformant sa vie quotidienne en récits d'aventures émaillés de surnaturel. L'épisode des cochons est, à ce titre, le plus frappant. Ulysse rencontre le petit groupe de Banoclès, Calliadès et Piria sur une plage alors qu'il tentait d'embarquer un troupeau de cochons à bord du Pénélope. Un troupeau de cochons conduit par une fermière du nom de Circé. Un peu plus tard, en vous passant pas mal de péripéties maritimes captivantes, le cochon à la tête du troupeau se retrouve emberlificoté dans le manteau jaune d'Ulysse… Vous la sentez venir, l'histoire?

En revanche, dans la seconde partie du récit, Ulysse m'a tout à fait déçue, encore qu'il n'en soit pas vraiment responsable. Je ne peux pas tout vous dire, sinon vous n'auriez plus envie de lire le livre, mais je vous donne tout de même un indice… un changement de camp. Ahah… Mystère mystère!

Il regarda de nouveau vers le camp des pirates.
– Tu sais qui je suis, Ganny? Je suis Ulysse, le prince des mensonges, le seigneur des conteurs. Je ne pleurerai pas pour les morts. Je les garderai dans mon coeur, et je vivrai ma vie du mieux possible, pour leur faire honneur. Et voilà qu'en bas, sur cette plage, il y a des mécréants qui essaieront demain de nous faire du mal. Nous n'avons pas assez d'épées ou d'arcs pour les battre, mais nous pouvons le faire grâce à notre intelligence! Ganny, mon garçon, demain tu seras emmené par Oristhénès et tu vivras une existence oisive à manger et à baiser les truies. Mais ce soir, tu peux venir avec moi, si tu en as envie, et nous vivrons une aventure. Qu'en dis-tu?
Le cochon inclina la tête sur le côté et regarda l'homme. Ulysse sourit.
– Oui, je vois que tu te poses des questions sur le danger. C'est vrai, ils pourraient nous tuer. Mais vois-tu, Ganny, nul n'est éternel!
Sur ces mots, il prit le chemin qui descendait vers le camp des pirates. Le cochon resta un moment immobile, puis il trotta derrière Ulysse, traînant toujours derrière lui le manteau jaune.

Troie, tome 2, de David Gemmell

Hélicon en mauvaise posture…

Une fois les nouveaux personnages et Ulysse laissés un peu de côté, on retrouve Hélicon et Andromaque. Ce dernier est gravement blessé ; un assassin qui se faisait passer pour un homme en qui il avait toute confiance lui a porté un terrible coup de dague, et la blessure s'est infectée. Couché sur son lit, brûlant de fièvre, il n'est plus que l'ombre de lui-même. S'en sortira-t-il, ou pas? Je vous tairai évidemment l'issue de cette situation. Mais sachez qu'Hélicon a des amis très avisés qui ont des ressources étranges et insoupçonnées. Et qu'Andromaque porte à merveille son nom, pour qui connaît un tant soit peu les positions du kamasutra…

Le lit était grand et couvert de draps blancs. À côté était assise une jeune femme enceinte qui travaillait à une broderie quelque peu froissée.
Hélicon était mortellement pâle, et il dormait. Andromaque regarda Xander. Son visage aussi avait pâli quand il avait vu dans quel état se trouvait réellement son héros. La sueur luisait sur le visage émacié d'Hélicon, et ses yeux fermés étaient enfoncés dans leurs orbites et entourés de cernes noirs. Une odeur de putréfaction flottait dans la chambre.
Xander resta silencieux, mais Andromaque vit que ses yeux s'emplissaient de larmes.

Troie, tome 2, de David Gemmell

Un style d'écriture toujours aussi inimitable…

La plume de Gemmell est, dans ce second tome, toujours aussi délectable. Rien n'est laissé au hasard, les intrigues s'enchaînent et s'entremêlent sans aucune fausse note, tout est parfaitement bien pensé, bien calculé. Les descriptions des paysages, des combats, des costumes sont toujours autant à couper le souffle. On ressent l'ambiance aussi bien que la matière ou que les odeurs, les saveurs. C'est une écriture magistrale, et on aimerait bien que cela ne s'arrête jamais.

 

Sa voix s'éteignit, et elle resta un moment silencieuse. Elle vit les silhouettes obscures des dieux marchant à l'horizon. Des chevaux et des ours les accompagnaient, et une grande créature cornue qu'elle ne reconnut pas. Elle sentait les vibrations de leurs pas résonner dans son épine dorsale.
Elle se pencha vers la jeune femme et murmura d'une voix insistante :
– La maison de Priam vivra pendant encore mille ans, et j'ai joué mon rôle là-dedans. Je l'ai bien joué. J'ai fait ce que j'avais à faire.
Elle se souvint de la journée, près d'un an plus tôt, où la menue Paleste s'était tordue de douleur sur le sol des appartements de la reine, tachant les tapis de ses vomissures, ses hurlements étouffés par un vieux châle.
Son esprit dériva, et elle revint aux jours où son seigneur et elle avaient navigué sur la Grande Verte. Ils avaient vécu à bord du navire, et ses souvenirs avaient tous le vert de la mer, le goût du sel sur ses lèvres. Jeunes et amoureux, ils avaient visité des îles verdoyantes et des cités de pierre, rencontré des rois et des pirates, dormi dans des lits d'or et d'ivoire, ou sur des plages fraîches sous les étoiles. Elle essaya de se souvenir du nom du navire, mais il lui échappa…

Troie, tome 2, de David Gemmell

En résumé…

Un second tome dans la droite lignée du premier, avec un rythme qui ne faiblit pas, encore qu'il y ait moins de grands combats épiques dans ce second opus. On sent que la guerre de Troie se prépare, lentement mais sûrement. Tous les facteurs sont là, tout se met en place progressivement, et chacun choisit – ou se voit imposer – un camp. À présent, chaque victoire compte, chaque alliance peut tout faire basculer. On sent cette tension grandissante, c'est magistralement bien rendu.

Les héros sont toujours aussi attachants, et les méchants de plus en plus détestables (certains donnent même envie de flanquer des baffes à tout va). Certains se situent entre les deux, et l'on se demande de quel côté la balance va pencher. Certains héros meurent, et on est triste pour eux, d'autres sont de plus en plus héroïques, et on est heureux de suivre leur évolution.

On découvre aussi de nouveaux aspects de la Grèce antique, avec notamment les jeux organisés à Troie, qui joueront un rôle politique majeur malgré la trêve instaurée.

Ma note : 19/20, juste parce qu'il y a un peu moins de grands combats épiques dans ce tome-ci. La fin m'a tenue un tantinet moins en haleine… encore que!

 

À très bientôt pour de nouvelles aventures livresques!

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

Les autres tomes chroniqués sur ce blog…

Tome 1, Le seigneur de l'arc d'argent

[Chronique] Troie 1, Le seigneur de l’arc d’argent, de David Gemmell

La Guerre de Troie n'aura pas lieu… enfin, pas encore tout à fait!

Mais le premier tome de la saga Troie, lui, aura gagné mon coeur comme l'on gagne une bataille. Je me suis laissée séduire par ce récit mené tambour battant, me prenant d'amour pour nombre de personnages aux personnalités riches, complexes et attachantes. La plume de Gemmell, fluide, vibrante, précise, est venue me haper pour m'emmener aux confins de la Grande Verte, à la rencontre d'une époque et de civilisations qui m'étaient jusque là plutôt hermétiques.

Acherontia

Synopsis…

Trois individus vont changer la destinée de plusieurs nations.
Hélicon, le jeune prince de Dardanie, hanté par une enfance traumatisante; la prêtresse Andromaque, dont le caractère de feu et l'indépendance forcenée se dressent contre la volonté des rois; et le légendaire guerrier Argurios, emmuré dans la solitude, uniquement motivé par son besoin de vengeance.
A Troie, ils découvrent une cité déchirée par des rivalité impitoyable -un maelström de jalousie, de tromperie et de traîtrise meurtrières. En dehors des murs de la cité mythique, des ennemis assoiffés de sang convoitent ses richesses et conspirent à sa chute. C'est une époque de bravoure et de trahison. Une époque de bain de sang et de terreur.
Une époque pour les héros!

[Chronique] Troie 1, Le seigneur de l'arc d'argent, de David Gemmell
Logo Livraddict

La loi d'attraction universelle…

Ce roman est mon premier roman lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour octobre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Milady pour ce partenariat et la découverte de ce premier tome.

Pourquoi me suis-je lancée dans cette saga fantasy en particulier? Tout d'abord parce que j'ai longtemps entendu parler de David Gemmell et que, en tant que fan de fantasy, je trouvais inconcevable de n'avoir encore rien lu de cet auteur incontournable. Ensuite, parce que j'étais curieuse de voir ce qu'il pouvait ressortir d'une fiction s'inspirant de la guerre de Troie. Pourtant, au départ, j'étais dubitative. Je ne suis pas une fan incontestée de l'Antiquité grecque, et j'avais un peu peur de me lancer les yeux fermés dans une longue saga qui ne me plairait peut-être pas. J'ai malgré tout prit le risque, parce que c'est du David Gemmell, et parce que parfois, il faut pouvoir élargir son esprit à la nouveauté…

 

Une question de mise en place…

Assez curieusement, il m'a fallu à peine 70 pages pour dire de rentrer tout à fait dans l'histoire, et pourtant ces 70 pages m'ont semblé durer assez longtemps. Les premiers chapitres m'ont un peu déroutée dans le sens où ils présentent des personnages qui n'apparaissent ensuite plus une seule fois dans l'histoire, comme la petite Phia et sa maman, ou Spyros le rameur. Certes, ils sont là pour introduire d'autres personnages plus importants, tels Hélicon ou Gershom. Mais sur le moment, je ne savais pas trop à quels personnages je devais m'attacher et lesquels seraient ensuite laissés de côté.

Pourtant, le style d'écriture m'a plu d'emblée. Très fluide et très riche, la plume de Gemmell se fait tantôt fine, tantôt violente. Mais toujours, elle parvient à décrire à merveille l'ambiance des îles grecques à l'Antiquité. J'ai été bluffée par la force de ses descriptions, semées de ci de là parmi les dialogues et les scènes d'action. À bord du Xanthos, je sentais les embruns, le sel et la brise marine. Dans les rues des villes, je sentais les herbes aromatiques, le miel des pâtisseries, mais aussi l'odeur de la garrigue cuite par le soleil d'été, celle de la terre des habitations, celle des tissus et de l'hygiène rudimentaire des citadins. Je sentais les remugles sous-jacents du bétail, de l'industrie des métaux, des abattoirs, des teintureries.

J'ai aussi très vite eu le sentiment que l'auteur s'était énormément documenté sur l'époque, ses moeurs et coutumes, ses croyances, ses techniques, ses métiers, sa vie quotidienne. J'ai été très impressionnée par la clarté et la précision de certaines scènes, subtilement agrémentées de détails auxquels je n'aurais, en tant que lectrice, jamais pensé.

Tout cela contribue à rendre l'univers décrit réel, presque tangible, et en cela, j'ai trouvé l'écriture de Gemmell tout à fait remarquable.

Immobiles et silencieux, les douze hommes vêtus de longs manteaux de laine noire se tenaient à l'entrée de la caverne. Le vent d'automne était anormalement froid, mais ils ne se réchauffaient pas les mains en soufflant dessus. Les rayons de la lune scintillaient sur leurs plastrons de bronze et leurs casques à la crête blanche, sur leurs protections de poignets et leurs jambières en métal repoussé, ainsi que sur les pommeaux des épées courtes qu'ils portaient à la ceinture. Malgré tout ce métal froid sur leur corps, ils ne frissonnaient pas.
La nuit devint plus froide, et, vers minuit, la pluie se mit à tomber. De la grêle crépita contre leurs armures, mais les hommes ne bougèrent pas.

Troie Tome 1, de David Gemmell

Un petit topo des différents camps en présence…

Une des grandes difficultés, lorsque l'on entame cette trilogie, c'est de se familiariser avec les différents personnages et les camps, amis ou ennemis, auxquels ils appartiennent. Les personnages sont nombreux, mais tous attachants à leur manière (pour ceux qui sont amis, en tout cas, parce que je ne peux pas dire que le premier camp que je vais présenter soit sympathique…)

Le camp des mycéniens…

Agamemnon ne répondit pas. Hélicon était un parent de Priam, le roi de Troie. Agamemnon avait un traité d'alliance avec Troie, et avec la plupart des royaumes marchands de la côte est. Malgré ces traités, il finançait des raids de pirates sur des galères mycéniennes, pour piller les villes de ses alliés et s'emparer des vaisseaux marchands et de leurs cargaisons – du cuivre, de l'étain, du plomb, de l'albâtre ou de l'or. Les galères pirates lui payaient toutes une dîme sur leur butin. Cela lui permettait d'équiper ses armées et de faire des faveurs à ses généraux et à ses soldats. Officiellement, il était contre les pirates, passibles de la mort pour leurs offenses, et il ne pouvait donc pas déclarer Hélicon ennemi de Mycènes. Troie était un royaume riche et puissant, et le commerce avec cette cité rapportait d'énormes bénéfices, payés en cuivre et en étain, nécessaires à la fabrication des armures de bronze.
La guerre contre les Troyens se dessinait, mais il n'était pas encore prêt à se faire un ennemi de leur roi.

Troie Tome 1, de David Gemmell

Dans cette trilogie, les Mycéniens sont les grands méchants de l'histoire. Dirigés par le roi Agamemnon, aussi sec que malveillant, ils sont les ennemis de Troie et chercheront, tout au long du récit, à s'emparer de cette dernière. Pour ce faire, tous les moyens sont bons, surtout ceux qui usent de la traîtrise et de la manipulation. Agamemnon est un homme fourbe et sans aucun sens moral, et ses troupes se comportent bien sûr à son image.

Pourtant, comme dans notre monde, il ne faut pas mettre tout le monde dans le même panier. Certains Mycéniens se révèleront être des hommes de valeurs, tels Argurios. Je ne vous dirai pas ce qu'il fait pour prouver sa valeur, car ce serait vous spoiler, ce qui serait franchement dommage. Mais sachez tout de même qu'Argurios est un de mes personnages favoris de ce premier tome, et que vous commencerez à comprendre pourquoi vers la seconde moitié du roman… Pour les petits curieux, j'en parle dans mon tout premier Throwback Thursday accessible via le lien suivant :

Hélicon et l'équipage du Xanthos…

Toute la matinée, Hélicon resta sur le haut pont arrière, en vue de l'équipage affairé. L'ambiance était tendue, car les marins craignaient tous de naviguer sur le Vaisseau de la Mort. Sa présence les calma, et ils travaillèrent avec plus de facilité. Il savait ce qu'ils pensaient. Le Bienheureux, béni des dieux, voguerait avec eux. Rien de mauvais ne pourrait leur arriver.
Il était vital qu'ils conservent cette foi en lui. Hélicon savait que le plus grand danger était qu'il se mette à y croire lui-même. Les hommes parlaient de sa chance, et soulignaient qu'aucun de ses vaisseaux n'avait jamais fait naufrage. La chance y était sans doute pour quelque chose, mais à chaque fin de saison commerciale, ses vaisseaux étaient vérifiés par des charpentiers, tirés sur la plage, débarrassés de leurs bernaches et réparés si nécessaire. Les équipages étaient triés sur le volet, et les capitaines étaient toujours des hommes de grande expérience. Aucune de ses cinquante galères n'avait jamais pris la mer trop chargée, ou couru des risques inutiles pour faire un peu plus de profit.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

Hélicon, aussi appelé Énée, est pour moi un des grands héros de cette histoire. Fils d'Anchise, un roi qui le considère comme un bon à rien, c'était un enfant craintif et éteint, jusqu'à sa rencontre avec Ulysse. Ce dernier le poussera dans ses derniers retranchements afin de lui permettre de dépasser ses peurs. Par la suite, Ulysse l'emmènera sur son navire, le Pénélope, et le prendra sous son aile, faisant de lui un homme et un héros par la même occasion.

J'adore ce personnage également, car il a fait de ses peurs et de ses blessures une force. Il prend sa revanche sur la vie d'une belle manière, avec honneur et courage. Il prend sa revanche de façon personnelle sur les mycéniens, aussi, et quelle revanche! Sanglante et fumante à souhait… Mais on préfère fermer les yeux sur la violence qui se déchaîne en lui pour y arriver, préférant ne garder à l'esprit que ses bons côtés. De plus, il a, d'après les descriptions, un physique plus qu'attrayant, ce qui ne gâche rien… Mais désolée de vous l'apprendre, les filles, le colosse tombera profondément amoureux d'Andromaque, promise à son meilleur ami Hector.

À bord de son navire, le Xanthos, il est appelé le Bienheureux en raison de sa chance incroyable sur la mer et lors des combats. D'autres personnages importants gravitent autour de lui, tels Gershom, Oniacus ou encore Attalus.

Ulysse et l'équipage du Pénélope…

Non, les dieux, dans leur sagesse infinie, avaient décidé qu'Ulysse serait laid. Ils avaient dû longuement réfléchir à la question, se dit le marin, parce qu'ils avaient accompli leur tâche avec brio. Il avait les bras trop longs, les mains noueuses et les jambes aussi arquées que celles d'un cavalier thessalien. Même ses dents étaient de travers. Et Pénélope lui avait fait remarquer, en riant, qu'il avait une oreille plus grande que l'autre. Pourtant, un des dieux avait sans doute eu pitié de lui. Pour compenser sa laideur, il lui avait accordé le don de savoir raconter des histoires extraordinaires. Il était capable de tisser des récits d'une complexité époustouflante, et il détectait les réactions de son auditoire aussi bien, sinon mieux, que les mouvements subtils des vents. Partout où il accostait, des foules se rassemblaient autour de lui, et attendaient patiemment qu'il daigne se lancer dans un de ses récits fabuleux. Parfois, il disait qu'il était fatigué, ou bien qu'ils connaissaient désormais toutes ses histoires. Après s'être fait prier et supplier un certain temps, il soupirait, et la représentation commençait.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

De tous les personnages, c'est Ulysse qui m'a le plus surprise. J'avais de lui une image toute faite en tête, celle que les récits antiques nous renvoient. Mais Gemmell a su s'approprier les mythes et les légendes de la Grèce antique afin de tisser son propre univers, ses propres personnages.

Ainsi, Ulysse est-il devenu laid. C'est assez comique, parce que suite à la description retranscrite en citation, je le voyais à l'image de Willy, le vieux jardinier écossais dans Les Simpsons. Allez savoir pourquoi…

Mais cette laideur est largement compensée par les talents de conteurs d'Ulysse. Ainsi, l'auteur détourne toute une série de légendes originales tournant autour d'Ulysse, et les transpose à sa sauce. Ulysse les raconte comme des histoires qui lui seraient arrivées, affabulant autour de petites anecdotes de son quotidien de marin. On le voit particulièrement bien dans le second tome de la saga, aussi reviendrai-je sur ce point dans ma prochaine chronique.

Ulysse est également un marin hors pair, un grand guerrier et un excellent tacticien à ses heures. Son amour sans faille pour sa femme Pénélope est touchant et contribue à faire de lui un autre de mes personnages de prédilection.

Le roi Priam et celles/ceux qui gravitent autour de lui…

Priam se souciait fort peu des cinquante enfants qu'il avait faits à ses trois femmes et à ses trente concubines. Ceux qu'il favorisait avaient intérêt à lui prouver leur valeur. Il vendait ses filles à des princes étrangers en échange d'alliances, et ses fils travaillaient dans ses trésoreries, dans la prêtrise ou dans l'armée. De tous ses enfants, il montrait ce qu'on pouvait appeler de l'affection pour deux seulement : Créüse et Hector. Sa fille connaissait les secrets permettant d'amasser des richesses. Et son fils était un combattant redoutable. Tous deux étaient des atouts dans son jeu, voilà tout.
Le vieil homme semblait même amusé par l'idée que nombre de ses enfants complotaient sa mort. Ses espions lui rapportaient le moindre de leurs mouvements. Puis, au moment où ils s'apprêtaient à passer à l'action, Priam les faisait arrêter. Au cours des trois dernières années, il avait fait exécuter cinq de ses fils.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

Priam, en revanche, fait partie de ces personnages que j'ai secrètement envie de baffer encore et encore, et qui ont pourtant un rôle important à jouer dans l'histoire. C'est un homme infâme sur toute la ligne. Très beau et très porté sur le sexe, il n'a de cesse de tromper sa femme mourante à tout va, parfois par la séduction, souvent par la force. Des fils naissant de ces unions, il n'en a cure, prenant plaisir à les humilier à chaque rencontre, à les rabaisser le plus bas possible.

Et pourtant, Priam sera un personnage important de l'histoire. Non seulement il est roi de Troie et combat les Mycéniens, mais il est aussi le père d'Hector, le plus grand des héros troyens, le beau-père d'Andromaque dont je parlerai plus loin, et est parent avec Hélicon. Rien que ça…

Hector, quant à lui, est presque absent de l'histoire. Parti en mission à l'autre bout du monde, on ne le voit qu'en filigrane, et ce jusqu'aux tous derniers chapitres du roman. Ses exploits à la guerre et sa faculté à rester en vie même dans les situations les plus désespérées font de lui un demi-dieux vivant aux yeux du peuple de Troie. Il est donc un symbole de la puissance troyenne. Si Hector tombe, c'est toute la ville de Troie qui perd confiance en sa faculté à se défendre. Pourtant, les habitants de la ville sont bien loin de s'imaginer qu'Hector possède un point faible. Un tout petit détail, mais qui a son importance en ce qui concerne la lignée des rois de Troie.

Andromaque est la promise d'Hector. Ancienne prêtresse du Minotaure sur l'île de Théra, elle est démise de ses fonctions et amenée contre son gré à Troie afin d'épouser le grand héros local. Mais Andromaque ne l'entend pas de cette oreille. Elle ne craint rien, surtout pas les hommes avec leurs machinations et leur surplus de testostérone. Aussi effrontée qu'intelligente, elle prendra de force sa place au sein de la cour de Priam et aura son mot à dire dans bon nombre de situations délicates. En tant qu'archère hors paire, elle n'hésitera pas à partir au combat, en démontrant son courage et son habileté dans l'art de la guerre.

Pour moi, Andromaque représente l'héroïne parfaite. Belle, rebelle, courageuse, valeureuse, intelligente, elle est aussi indispensable à l'histoire de Troie que la lune est nécessaire au soleil.

De belles histoires d'amours impossibles…

En marchant vers le port, Hélicon pensait à Andromaque. Il sentait encore la chaleur de son corps pressé contre le sien dans leur étreinte, et le parfum remémoré de sa chevelure le remplissait de nostalgie.
Il aurait maintenant préféré avoir quitté Troie plus tôt, et ne pas être allé rendre visite à Hécube agonisante.
Il jeta un coup d’œil au ciel, aux nuages bas à l'ouest, et se demande s'il avait offensé Aphrodite, la déesse de l'Amour. Il lui avait peut-être offert moins d'offrandes qu'aux autres divinités. L'ironie de la situation ne lui échappait pas. Il s'était refusé à prendre femme sans amour et à présent qu'il avait rencontré l'élue de son cœur, l'incarnation de tous ses rêves, elle était promise à un autre… Pis, elle devait épouser son ami le plus proche.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

Plusieurs histoires d'amour s'entremêlent dans ce premier tome. Des amours impossibles, des amours qui finissent mal, des amours heureux parfois…

Je vous ai parlé de l'amour impossible entre Hélicon et Andromaque, qui sera bien problématique pour la suite de l'histoire, puisqu'Andromaque doit épouser Hector, le meilleur ami d'Hélicon. Mais il y a, au coeur de ce récit, d'autres histoires, dont une que j'ai trouvé très belle, très poétique… et qui pourtant finit affreusement mal, m'arrachant quelques larmes au passage (et chez moi, c'est chose rare).

L'escalade de la violence…

Hélicon mit son heaume en bronze et courut rejoindre ses meilleurs combattants sur le pont central. Puis, grimpant par-dessus le bastingage, il cria : "Pour Zidantas!" et sauta sur le pont de la galère mycénienne, en dessous de celui du Xanthos. L'équipage ennemi, armé d'épées, de haches et de massues, se porta à la rencontre des attaquants. Hélicon frappa du plat de sa lame le premier, flanqua le deuxième sur le pont d'un coup d'épaule, puis bondit et enfonça son épée dans la poitrine du troisième. Un quatrième marin visa sa tête, mais une énorme massue l'envoya bouler. C'était celle de Zidantas, dans les mains de Gershom.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

Bien sûr, qui dit Troie, dit guerre. Dans ce premier tome, on suit toute cette escalade de violence qui mènera finalement à la guerre ouverte. Cela commence toujours sur un petit évènement, qui aurait pu passer pour anodin s'il n'y avait toujours un besoin de vengeance derrière. Ainsi, pour venger la mort d'Alectruon le pirate mycénien, tué par Hélicon, Agamemnon va s'arranger pour faire assassiner le bras droit d'Hélicon, Zidantas. Hélicon voudra se venger à son tour en incendiant une flotte mycénienne, et ainsi de suite. Une fois que le doigt est mis dans l'engrenage, il n'y a plus de limite à la violence et à la recherche de vengeance. Tout va crescendo, jusqu'au grand final, une bataille à mort, sanglante et rapide, où les deux camps ennemis semblent n'avoir aucun autre échappatoire que la mort.

Force est de constater que, bien souvent, cela se passe ainsi dans notre monde. Après tout, de nombreux récits de Fantasy ne sont qu'un reflet de notre réalité, une façon de mettre le doigt où ça fait mal tout en jouant sur les allégories.

Mais ne nous y trompons pas, ce roman est plus un récit d'action qu'une fable morale sur la barbarie de l'Homme. Les scènes de combat sont époustouflantes de réalisme, et elles ne tirent pas en longueur. Moi qui, d'habitude, ne raffole pas des scènes d'actions, j'ai trouvé que celles-ci se laissent lire sans modération. Elles confèrent au récit un rythme haletant, un suspens presque insoutenable. La bataille finale est particulièrement grandiose, et m'a tenue en haleine jusqu'à… 4h du matin! Hé oui, alors que je devais aller travailler le lendemain matin! Merci, monsieur Gemmell, franchement…

En résumé…

La Guerre de Troie n'aura pas lieu… enfin, pas encore tout à fait!

Mais le premier tome de la saga Troie, lui, aura gagné mon coeur comme l'on gagne une bataille. Je me suis laissée séduire par ce récit mené tambour battant, me prenant d'amour pour nombre de personnages aux personnalités riches, complexes et attachantes. La plume de Gemmell, fluide, vibrante, précise, est venue me haper pour m'emmener aux confins de la Grande Verte, à la rencontre d'une époque et de civilisations qui m'étaient jusque là plutôt hermétiques. Je suis restée prisonnière de l'histoire, captive des yeux d'Hélicon et de la chevelure rousse d'Andromaque, jusqu'à ne plus pouvoir m'en détacher. Et de fait, j'ai lu le dernier tiers du roman d'une traite…

Notons aussi que cette réédition Milady est particulièrement jolie et soignée. La couverture est soyeuse et agréable à tenir, la police d'écriture est juste nickel, le poids du roman acceptable, et les illustrations sympas. Que demande le peuple?

Cette saga sera décidément un de mes grands coups de coeur de cette année…

Ma note : 20/20… Eh oui, rien que ça!!

Les autres tomes de la série…

 

À très bientôt pour de nouvelles aventures livresques!

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.