[Rendez-vous littéraires] Premières lignes #7

PremieresLignes_Banner

Aujourd’hui, je vous propose les trois premiers paragraphes de ma lectures en cours, le tome 1 du livre des martyrs de Steven Erikson. Cela vous semble un tantinet hermétique? C’est normal, c’est voulu… Ne vous en faites pas, la lumière se fait progressivement sur la situation et les personnages, mais il faut attendre que les 150 premières pages soient passées! Non, sans déc’, ce roman est très bien, mais les premières lignes ne sont guère représentatives. 

Lire la suite

Premières lignes #6

PremieresLignes_Banner

Une fois n’est pas coutume, le rendez-vous « Premières lignes » aura lieu ce mercredi, plutôt que lundi… Mais je ne pense pas que vous m’en voudrez de ce désagrément ^^

Aujourd’hui, donc, je vous propose les premières lignes d’un roman que la blogosphère commence à bien connaître et à apprécier (à sa juste valeur, d’ailleurs). J’ai nommé Les sœurs Carmine de Ariel HolzlPour l’instant, je continue mon petit bonhomme de chemin dans le premier tome (Le complot des corbeaux), et donc j’ai forcément envie de vous faire profiter de l’excellent incipit… 

L’oiseau matinal attrape le ver. Ou parfois, un poignard en plein plumage.

Ce corbeau-là aurait mieux fait de rester couché : la lame d’argent lui cloua le bec, abrégeant ses arias rauques au point du jour. Ses congénères affolés s’égaillèrent dans le ciel de Grisaille, un tourment de nuages qui ne se disperserait jamais et donnait à la ville son nom.

Il ne resta du volatile qu’une trouée au coeur de la brume.

Les soeurs Carmines. T1, Le complot des corbeaux, de Ariel Holzl

Premières lignes #5

PremieresLignes_Banner

Bonjour et bon lundi à tous !
Je continue donc le nouveau rendez-vous hebdomadaire initié il y a peu, et censé avoir lieu tous les dimanches. Il a été créé par Ma Lecturothèque et consiste à prendre un livre pour citer les premières lignes du récit.

Cette semaine, j’ai envie de vous faire découvrir ma lecture en cours, une très chouette fanfiction basée sur l’univers de Lovecraft, intitulée Par-delà le gouffre des étoiles. Écrit par un liégeois, donc un « ptit gars » de ma région, c’est d’autant plus touchant de lire ces lignes que l’auteur est décédé l’année dernière. Sad but true, comme le dirait Metallica. Une raison de plus pour lui faire une belle chronique qui restera dans les annales du blog!

Lire la suite

Premières lignes #4

PremieresLignes_Banner

Bonjour et bon dimanche à tous !
Je continue donc le nouveau rendez-vous hebdomadaire initié il y a peu, et censé avoir lieu tous les dimanches. Il a été créé par Ma Lecturothèque et consiste à prendre un livre pour citer les premières lignes du récit.

Cette semaine, j’ai envie de vous faire découvrir mes deux dernières lectures, Royaume de vent et de colères de Jean-Laurent del Socorro, et Le club des punks contre l’apocalypse zombie de Karim Berrouka. Deux lectures radicalement différentes, comme vous allez le voir, mais deux très bons romans quoi qu’il en soit.

Royaume de vent et de colères…

La tenancière de la Roue de Fortune me précède dans l’escalier. Nous nous engageons sur la coursive au moment où une porte se referme devant nous. C’est la chambre du chevalier Gabriel de Saint-Germain. J’ai le temps de plonger mes yeux dans les siens par l’entrebâillement. C’est la première fois que nos regards se croisent. J’ai pourtant souvent marché dans l’ombre du chevalier, par fascination peut-être, par amour sans doute – à mon âge pourquoi se mentir? Je suis descendue dans cette auberge seulement parce que Gabriel y séjourne. Un catholique converti malgré lui et qui a fait couler le sang de bien plus de huguenots que je n’ai jamais égorgé d’homme.

Jean-Laurent del Soccoro

Le club des punks contre l’apocalypse zombie…

Nuit de juin, courte mais belle.

Courte parce que, bien évidemment, c’est la saison. Mais aussi parce que le temps est une question de perception, et que celle que peuvent avoir Deuspi et Fonsdé des dernières heures est un peu faussée par leur consommation de substances psychotropes. Ils ont débuté la soirée en gobant deux acides qu’ils ont arrosés de quelques binouzes (deux packs de douze, ce qui commence à compter, même si ce n’était que de la Kro). Du coup, leur cervelle a largement dépassé la cote d’alerte toxicologique. Elle est habituée certes, mais ça ne l’empêche pas pour autant de se mettre en mode free party.

Karim Berrouka.

Premières lignes #3

PremieresLignes_Banner

Bonjour et bon dimanche lundi à tous !
Je continue donc le nouveau rendez-vous hebdomadaire initié il y a peu, et censé avoir lieu tous les dimanches. Il a été créé par Ma Lecturothèque et consiste à prendre un livre pour citer les premières lignes du récit.

Cette semaine, j’ai envie de vous faire découvrir ma lecture en cours, Grand Siècle de Johan Héliot, dont voici le résumé…

couv11498059L’ambitieux lieutenant de frégate Baptiste Rochet présente au jeune Louis XIV une étrange météorite sphérique, rapportée de son dernier périple en mer. Médusé, le mathématicien et penseur Blaise Pascal y trouve alors une terrifiante source d’inspiration. Ses découvertes bouleverseront à tout jamais le destin du Roi-Soleil et de son royaume, ainsi que les vies d’une fratrie tentant d’échapper à la misère et impliquée bien malgré elle dans les drames à venir.
Nobles comploteurs, inventions géniales de Pascal, imprimeurs libellistes, malfrats sans pitié de la cour des Miracles et mousquetaires désenchantés peuplent le théâtre d’un monde sur le point de basculer dans un Grand Siècle futuriste, entre ombre et lumière, entre la terre et les étoiles.

L’hiver avait gelé les sols en profondeur, transformant la terre en un roc de noirceur que les pluies torrentielles de ce début de printemps n’étaient pas parvenues à ramollir suffisamment. Le grand champ n’était plus en surface qu’un bourbier où l’on s’enfonçait jusqu’à la cheville, cependant impossible à labourer, car la pointe du soc risquait à tout moment de se briser. On aurait dû achever les semailles à cette époque de l’année et le retard pris accroissait l’inquiétude du frère aîné d’Estienne.

Toutefois, Pierre ne ménageait pas ses efforts dans sa lutte contre le mauvais temps et les coups du sort. Harnaché comme un cheval de trait, trempé et noir de boue, il s’échinait depuis l’aube à tirer la charrue. Estienne et Martin, son cadet et son benjamin, se relayaient pour guider l’encombrant engin. Pas encore montés en graine, ceux-ci peinaient, loin de posséder la force du premier-né de la maison, déjà un homme du haut de ses seize ans.

Premières lignes #2

PremieresLignes_Banner

Bonjour et bon dimanche lundi à tous !
Je continue donc le nouveau rendez-vous hebdomadaire initié la semaine dernière, et censé avoir lieu tous les dimanches. Il a été créé par Ma Lecturothèque et consiste à prendre un livre pour citer les premières lignes du récit.

couv65278513Cette semaine, je vais vous faire découvrir les premières lignes de Beren et Luthien, de JRR Tolkien (qui, comme la plupart d’entre vous le savent, est mon premier amour littéraire). J’ai très envie de vous faire découvrir cet extraire parce que j’ai trouvé le style d’écriture très particulier et à des années-lumières de ce qu’on peut lire dans Le seigneur des anneaux ou Bilbo le Hobbit. Ce n’est pas à proprement parler la première page, car le livre s’ouvre sur une longue introduction de Christopher Tolkien qui replace les différents récits qui composent le livre dans leur contexte. Le premier récit, celui dont provient mon extrait, provient d’un roman appelé Le livre des contes perdus. Il s’agit du récit qu’une jeune femme, Vëannë, fit à Eriol, qui désirait entendre l’histoire de Beren et de Tinúviel.

Lire la suite