[Chronique steampunk] The pink tea time club, de Cécile Guillot

Trop de choses, dans ce roman, restent en surface. Il n’y a pas grand chose qui permette au lecteur d’aller gratter sous la couche superficielle pour avoir accès aux parties immergées de l’iceberg. D’où la sensation d’être tombé sur un glaçon déjà passablement fondu, ou qui n’a pas encore eu le temps de se former. 

Acherontia

Synopsis

PinkTeaTimeClub_GuillotLottie est une jeune Londonienne bien sous tous rapports, même si elle préfère s’informer des dernières modes plutôt que d’apprendre les convenances d’une future femme à marier.
Cependant, lorsque des engeances monstrueuses sorties tout droit d’une dimension parallèle s’attaquent à elle au cours d’une promenade, la lady saute sur l’occasion de chambouler son quotidien.
Mise au parfum par Mr Rabbit, un jeune horloger garant de la fermeture de ces portails, Lottie décide de partir à l’aventure. Dans son empressement passionné, elle embrigade sa sœur et sa meilleure amie avec lesquelles elle forme désormais le Pink Tea Time Club. Un groupe de lecture, en apparences, où l’on parle monstres, créatures fantastiques, royaumes féériques et autres mondes. Pour la soif de découverte, pour sauver Londres mais surtout, pour passer le temps. 
En toute bienséance, cela va de soi…

Lire la suite