[TAG] Les incontournables (récents) en SFFF, version Acherontia Nyx

Logo réalisé par Anne-Laure du blog Chut Maman lit !

Hey là, les libronautes ! Cela faisait bien longtemps que je n’avais plus fait de tags littéraires, par ici… Cela fait d’ailleurs bien longtemps que je n’ai plus sérieusement mis le cap sur le blog, et je m’en trouve assez honteuse, en fait. C’est que, avec le confinement, tout ça tout ça, ma tendance habituelle à hiberner et me recroqueviller sur moi-même est revenue, tout naturellement, et à mon plus grand désarroi. Je fais de mon mieux, mais à chaque fois cette vilaine tendance me rattrape. C’est épuisant de lutter contre sa nature profonde, quand on a le tempérament d’une ourse mal léchée en mal de sa tanière.

Toujours est-il que j’ai envie de soigner cela, en commençant par une sympathique incursion dans le monde de la SFFF post-2000, et avec cela un regard en arrière sur toutes ces belles lectures qui m’ont accompagnée ces dernières années. Voici le topo, proposé par le blog Neverthwere

Lorsque les médias généralistes consacrent des articles aux littératures de l’imaginaire, c’est toujours une joie qui tourne rapidement à l’aigre lorsqu’on regarde les ouvrages cités. En effet, les titres proposés sont assez systématiquement les mêmes et ont généralement comme point commun d’avoir tous été écrits entre les années 1950 et les années 1970, le plus souvent par des hommes blancs.

Loin de moi toute idée de remettre en question le statut culte ou la valeur de ces œuvres. Mais tous ces classiques du genre sont-ils vraiment aujourd’hui la meilleure porte d’entrée pour découvrir les littératures de l’imaginaire, et surtout, n’y-a-t-il aucun livre sorti plus récemment qui pourrait intégrer ce club ultra-select ?

Voilà pourquoi je vous propose un petit tag pour ouvrir de nouvelles perspectives sur le sujet : Les incontournables (récents) en SFFF.

Le principe est simple : présentez dans un article entre cinq et dix ouvrages appartenant aux littératures de l’imaginaire (SF, fantasy, fantastique) qui sont pour vous incontournables, quelle qu’en soit la raison.
Une seule condition : ces livres doivent avoir été publiés à partir de l’an 2000.

Vert, du blog Nevertwhere
Lire la suite

[Rendez-vous littéraires] Top Ten Tuesday #55

Mes 10 romans lus dans le cadre d’une lecture commune préférés de Graham masterton

OK, ok ! J’avoue tout… Je n’ai jamais fait de lecture commune de ma vie :-s Enfin, peut-être quand j’étais en secondaire, avec tous les autres élèves de la classe, mais ce n’était pas vraiment pour le plaisir, et je n’ai guère envie de présenter ces bouquins-là. Donc voilà, une fois n’est pas coutume, j’ai triché et changé le thème, hehe… Et comme j’ai ouï dire que Graham Masterton serait l’invité d’honneur du festival Trolls et Légendes à Mons cette année, je préfère vous lister mes dix romans préférés nés sous sa plume.

Lire la suite

[Chronique fantasy] Kushiel tome 3, L’avatar, de Jacqueline Carey

Une excellente fin de première trilogie, haletante à souhait malgré quelques longueurs. Et surtout, une magnifique introduction pour la seconde trilogie à venir. Je pense que j’irai acheter les trois tomes suivants les yeux fermés!

Acherontia

Synopsis

couv15929175La marque de Kushiel dans l’oeil de Phèdre nô Delaunay fait d’elle une élue, et lui vaut d’éprouver à jamais le plaisir dans la souffrance. Sur son chemin semé de dangers, elle peut compter sur le moine guerrier Joscelin. Bien que la nature de Phèdre soit une source perpétuelle de tourments pour eux deux, Joscelin lui demeure indéfectiblement fidèle. Jamais il n’a trahi son serment: protéger et servir. Mais le destin lui réserve une ultime épreuve. En effet, Phèdre n’a jamais oublié Hyacinthe, son ami d’enfance et, depuis dix ans, elle cherche en vain la clé qui le libérerait de son asservissement éternel. Car Hyacinthe a conclu un pacte avec les dieux pour se sacrifier à la place de son amie et sauver sa patrie. Aussi Phèdre saisit-elle la dernière chance qui lui est donnée de le sauver. Cette quête la conduira au bout du monde, par-delà des royaumes où règne la folie, à la merci de seigneurs de guerre déments et cruels, et face à un pouvoir si immense et terrifiant que personne n’ose en prononcer le nom…

Milady

2014

950 pages

00Scroll00

Lire la suite

[Rendez-vous littéraires] C’est lundi #81

c'est lundi_banner

Hello les poulpes!

Vous n’avez pas beaucoup eu de mes nouvelles ces temps-ci, et j’en suis bien désolée. J’ai travaillé d’arrache-pied pour créer mon stand artisan, dont je vais placer quelques photos sur mon site d’artiste. Les deadlines étaient serrées, j’avais un mois pour tout mettre sur pied, que ce soit le stock, le design, le packaging, les présentoirs, la bannière… Ça a été un travail de folie, j’ai bossé comme une vraie forcenée! Pas tout à fait nuit et jour, mais presque… Du coup, plus trop le temps pour les chroniques et les rendez-vous littéraires. C’est d’ailleurs simple, j’ai terminé le Steven Erikson la semaine dernière, alors que je l’avais commencé… tenez-vous bien… (c’est la honte pour moi)… le 20 juillet!! Oui, bon, je sors me cacher…

Ceci étant, la rentrée scolaire est là, et celle du blog aussi! Je ne dis pas que je saurai m’y tenir à un rythme soutenu, car je suis toujours très occupée à lancer mes activités d’artiste. Je dois encore envoyer une kyrielle de mails pour m’inscrire aux salons/conventions de l’année prochaine, je dois photographier mes créations et les mettre en ligne dans ma boutique Etsy, je dois terminer certaines illustrations et les faire imprimer sur divers supports, boucler les concours de lancement, etc. Bref, c’est le branle-bas de combat!! 

Petit bilan (désastreux) de mes lectures…

Lire la suite

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

Voici un petit résumé de cette trilogie que j'ai terminé le mois dernier… Histoire que vous vous y retrouviez dans les chroniques et dans la suite chronologique du récit!

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

La Guerre de Troie n'aura pas lieu… enfin, pas encore tout à fait!

Mais le premier tome de la saga Troie, lui, aura gagné mon coeur comme l'on gagne une bataille. Je me suis laissée séduire par ce récit mené tambour battant, me prenant d'amour pour nombre de personnages aux personnalités riches, complexes et attachantes. La plume de Gemmell, fluide, vibrante, précise, est venue me haper pour m'emmener aux confins de la Grande Verte, à la rencontre d'une époque et de civilisations qui m'étaient jusque là plutôt hermétiques. Je suis restée prisonnière de l'histoire, captive des yeux d'Hélicon et de la chevelure rousse d'Andromaque, jusqu'à ne plus pouvoir m'en détacher. Et de fait, j'ai lu le dernier tiers du roman d'une traite…

Notons aussi que cette réédition Milady est particulièrement jolie et soignée. La couverture est soyeuse et agréable à tenir, la police d'écriture est juste nickel, le poids du roman acceptable, et les illustrations sympas. Que demande le peuple?

Cette saga sera décidément un de mes grands coups de coeur de cette année…

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

Hélicon mit son heaume en bronze et courut rejoindre ses meilleurs combattants sur le pont central. Puis, grimpant par-dessus le bastingage, il cria : "Pour Zidantas!" et sauta sur le pont de la galère mycénienne, en dessous de celui du Xanthos. L'équipage ennemi, armé d'épées, de haches et de massues, se porta à la rencontre des attaquants. Hélicon frappa du plat de sa lame le premier, flanqua le deuxième sur le pont d'un coup d'épaule, puis bondit et enfonça son épée dans la poitrine du troisième. Un quatrième marin visa sa tête, mais une énorme massue l'envoya bouler. C'était celle de Zidantas, dans les mains de Gershom.

Troie, Tome 1, de David Gemmell

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

Un second tome dans la droite lignée du premier, avec un rythme qui ne faiblit pas, encore qu'il y ait moins de grands combats épiques dans ce second opus. On sent que la guerre de Troie se prépare, lentement mais sûrement. Tous les facteurs sont là, tout se met en place progressivement, et chacun choisit – ou se voit imposer – un camp. À présent, chaque victoire compte, chaque alliance peut tout faire basculer. On sent cette tension grandissante, c'est magistralement bien rendu.

Les héros sont toujours aussi attachants, et les méchants de plus en plus détestables (certains donnent même envie de flanquer des baffes à tout va). Certains se situent entre les deux, et l'on se demande de quel côté la balance va pencher. Certains héros meurent, et on est triste pour eux, d'autres sont de plus en plus héroïques, et on est heureux de suivre leur évolution.

On découvre aussi de nouveaux aspects de la Grèce antique, avec notamment les jeux organisés à Troie, qui joueront un rôle politique majeur malgré la trêve instaurée.

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

La terreur l'avait frappée à cet instant. Seule, perdue sur une île sinistre, elle avait senti son courage la quitter. Elle avait couru jusqu'à un flanc de colline rocailleuse et s'était abritée sous un rocher en surplomb. À un moment, sans savoir quand ça avait commencé, elle s'était aperçue qu'elle sanglotait. Les membres tremblants, elle s'était couchée sur le sol dur, les genoux relevés et les bras abritant son visage, comme si elle attendait un nouvel assaut. Dans son désespoir, elle avait entendu les paroles de la Première Prêtresse, qui la réprimandait : "Fille arrogante! Tu te vantes de ta force, alors qu'elle n'a jamais été mise à l'épreuve. Tu n'as que mépris pour la faiblesse des femmes de la campagne, alors que tu n'as jamais souffert de leur détresse. Tu es fille de roi, et toute ta vie tu as été abritée par son bouclier. Tu es la soeur d'un grand guerrier dont l'épée couperait la tête de ceux qui t'auraient offensée. Comment oses-tu critiquer les paysannes, dont la vie dépend des caprices d'hommes violentes?"
– Je suis désolée, avait-elle murmuré, le visage pressé contre le rocher.

Troie, tome 2, de David Gemmell

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

Quelle finale magistrale pour cette série de Troie, qui aura été mon grand coup de coeur de 2016! La conclusion du récit est peut-être moins épique que celle du premier tome, où la bataille a fait rage jusqu'à la toute fin, mais elle est encore plus vibrante et riche en émotions, plus poignante sur le plan humain. Car de cette guerre de Troie, nul n'en ressortira indemne.

Certains s'en tirent mieux que d'autres, mais quels personnages, et de quelle façon? Cela, je vous le laisse découvrir. Je peux toutefois vous dire que les talents de conteur de David Gemmell ne sont plus à prouver. Il sait si bien distiller le suspense, mêler la profondeur des relations humaines à la froideur du combat, ponctuer ses actions de descriptions légères, comme des touches de peintures sur un tableau impressionniste… Et impressionnant, ce tableau, surtout! Quelle fresque antique et mythique il nous livre là! Le seul mot qui me vient à la bouche pour qualifier cette saga, c'est épique. Épique comme les scènes de combat, épique comme la plume de l'auteur.

Si je devais conseiller une première trilogie à quelqu'un qui n'a jamais lu de fantasy, sans doute choisirais-je celle-ci…

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

– Que veux-tu que je te dise, Hélicon? Que je les hais? Ce n'est pas le cas. La haine est la mère de tous les maux. La haine est ce qui engendre des hommes comme Agamemnon, et comme toi, des hommes qui concourent pour savoir qui commettra les atrocités les plus épouvantables. Et maintenant, lâche-moi le bras!
Mais il ne la lâcha pas. Elle essaya de se dégager, puis lança sa main libre vers lui, prête à frapper. Instinctivement, il la serra contre lui, les bras autour de sa taille. Il sentit le parfum de ses cheveux et la chaleur de son corps contre le sien. Le front de la jeune femme percuta sa joue et il lui saisit les cheveux pour l'empêcher de le frapper de nouveau.
Puis, avant de comprendre ce qu'il faisait, il l'embrassa. Ses lèvres avaient le goût du vin, et son esprit s'embruma.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell
[Saga fantasy] Troie, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Quelle finale magistrale pour cette série de Troie, qui aura été mon grand coup de cœur de 2016! La conclusion du récit est peut-être moins épique que celle du premier tome, où la bataille a fait rage jusqu'à la toute fin, mais elle est encore plus vibrante et riche en émotions, plus poignante sur le plan humain. Car de cette guerre de Troie, nul n'en ressortira indemne.

Acherontia

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Les ténèbres tombent sur la Grande Verte, et le Monde Ancien est cruellement déchiré.
Sur les champs de batailles autour de Troie, la cité d'or, se réunissent les armées fidèles au roi mycénien, Agamemnon. Parmi ces troupes se trouve Ulysse, le fameux conteur, devenu leur allié malgré lui. Il sait que rien n'arrêtera Agamemnon pour s'emparer du trésor que renferme la cité,et qu'il devra bientôt affronter ses anciens amis en un combat à mort.
Malade et amer, le roi de Troie attend. Ses espoirs reposent sur deux héros: Hector, son fils préféré, le plus puissant guerrier de son époque, et le redoutable Hélicon, détermine à venger la mort de son épouse aux mains des mycéniens.
La guerre a été déclarée. Même si ces ennemis, qui sont aussi des parents, laissent libre cours à leur soif de violence, ils savent que certains d'entre eux, hommes ou femmes, deviendront des héros, dont les exploits vivront à tout jamais dans un récit transmis à travers les âges…

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Si vous n'avez lu ni le premier, ni le second tome, cette chronique risque de vous dévoiler des éléments importants de l'histoire… Si tel est votre cas, n'hésitez pas à vous reporter à la chronique du premier tome, dont le lien figure à la fin du présent article. Merci!

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… Ou comment j'en suis venue à choisir ce roman-là, et pas un autre.

 

Ce roman est le premier lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour décembre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Milady pour ce partenariat et la découverte de ce livre.

Dans le second tome, l'on sentait progressivement la tension monter entre les différents camps. Les mycéniens et les troyens se montent les uns contre les autres, certains héros changent de camp de façon inopinée, tout est sujet à attiser les braises de la haine… Il ne manque plus que le grand final, l'explosion de toutes les tensions et le dénouement de l'intrigue si finement écrite par David Gemmell. Je ne pouvais VRAIMENT pas rater ce troisième tome!

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… ou l'infamie des Mycéniens et de leurs alliés.

L'ignominie d'Agamemnon, roi de Mycènes, n'est plus un mystère pour nous lecteurs, et encore moins pour les protagonistes de l'histoire. Disons surtout que, dans ce dernier opus, Agamemnon ne s'améliore pas, que du contraire. À présent que Troie est toute proche, presque à sa portée, et qu'il ne manque plus que la bataille finale pour assouvir sa soif de pouvoir et de richesses, il semble consumé par la haine et la cruauté, à l'instar d'un Gollum sentant son précieux se rapprocher.

Jusqu'où ira-t-il dans ses réserves de perversion pour atteindre son objectif? Les autres rois resteront-ils à ses côtés assez longtemps pour satisfaire à ses ambitions et avoir leur part du butin?

L'heure n'est plus aux complots et aux trahisons, mais bien à la bataille, à la force brute, aux stratégies militaires. Les Mycéniens et leurs alliés sont supérieurs en nombre, mais leurs adversaires troyens sont redoutables et endurants. La question fondamentale, à ce point de la guerre, est de savoir qui s'en sortira le moins exsangue…

La lueur rouge à l'est commençait de s'estomper, cachée par la brume qui s'était soudain répandue sur le rivage. La lune disparut derrière un écran de nuages. Nue, la petite fille fut traînée jusqu'à l'autel sacrificiel. Agamemnon vint assister à la cérémonie. Si l'officiant était assez doué, la gamine serait ouverte en deux et son coeur arraché pendant qu'elle vivait encore. Puis le prêtre lirait dans ses entrailles pour y détecter des présages de victoire.
Les soldats s'étaient rassemblés en silence et attendaient que le sang jaillisse. Pendant que deux d'entre eux maintenaient l'enfant, Athéos produisit un long couteau incurvé et invoqua Poséidon. Les milliers de soldats reprirent l'incantation, leurs voix grondant comme le tonnerre.
Athéos se tourna vers l'autel et leva le couteau.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… ou l'art grec de la tragédie pour les nuls.

 

Sans trop vous en dévoiler, de tous les personnages de cette saga, Hector est le personnage que je plains le plus. Hector est beau et fort, il est considéré comme un héros, comme le coeur même de Troie. Il est adulé par les foules, est le fils préféré de son père, et est l'époux de la somptueuse Andromaque. Alors oui, au fond, pourquoi serait-il à plaindre? Eh bien, parce que, souvent, sous le beau vernis de gloire se cachent bien des ombres…

Il est fort, certes, mais il est contraint de guerroyer dans les conditions les plus extrêmes alors même qu'il est de nature pacifique. Il est l'idole des troyen, mais cela signifie une grande pression sur les épaules, des responsabilités monstrueuses à gérer. Quant à ses amours, lui qui, rapidement, tombe profondément amoureux d'Andromaque, il s'aperçoit rapidement que ses sentiments ne sont pas partagés. Pire même, sa stérilité le contraint à élever l'enfant d'Andromaque et d'Hélicon comme son propre fils.

Dans le premier tome, il était présenté comme un demi-dieu, et nul ne doutait de sa force herculéenne, voire de son immortalité. Mais au fil de l'histoire, Hector se montre de plus en plus vulnérable, rongé par la jalousie qu'il voue à Hélicon, son meilleur ami, ses responsabilités de guerrier et les tragédies qui entourent la guerre de Troie. C'est dans cet épisode final que se joue son destin. Et je vous le dis, amis lecteurs, le géant troyen ne démérite pas une seule seconde!

Hector avait passé toute sa jeunesse à essayer de ne pas ressembler à son père. Il traitait les hommes avec respect et honneur, et les femmes avec délicatesse et courtoisie. Quand Andromaque lui avait dit qu'elle attendait l'enfant d'Hélicon, il l'avait accepté, sachant qu'il ne pourrait pas lui donner de fils. Mais alors, il ne la connaissait pas, ils s'étaient à peine rencontrés. Au cours des années, il était tombé profondément amoureux d'elle, alors qu'elle le considérait comme un frère, un excellent ami. Il ne lui avait jamais montré à quel point cela le blessait, jusqu'à aujourd'hui, quand elle avait joyeusement parlé de faire venir Dex, l'enfant d'Hélicon, dans leur demeure. Et voilà qu'elle allait prendre la mer avec son amant pour un long voyage, et ils seraient constamment ensemble.
Jamais de sa vie il n'avait ressenti le besoin de retourner à la guerre, de combattre, et même de tuer. À cet instant, la guerre et la mort lui semblaient merveilleusement simple. C'était la vie qui était trop compliquée.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

D'autres personnages sont durement éprouvés par le destin. Banoclès, notamment, qui perd quelqu'un qui lui est cher, Hélène, Pâris et leurs enfants, Déiphobos, Priam, Ulysse et bien d'autres. La guerre de Troie n'épargnera personne. Il n'y aura pas de happy end, ou s'il y en a une, elle sera gagnée de haute lutte et ne viendra que sur le tard. C'est ce qui rend ce troisième tome particulièrement attachant, épique et réaliste. Une happy end aurait été trop facile. L'histoire de Troie n'est pas un conte de fée, après tout. Peu de ces héros et de leurs ennemis vivront heureux jusqu'à la fin pour avoir beaucoup d'enfants. Aussi, si vous cherchez de l'amour, de la joie, de la bonne humeur, ce n'est pas ce roman qui fera votre bonheur. Mais si vous cherchez des héros qui meurent la main sur le coeur, alors lisez ces pages 😉

Hector frappa, et Achille contra le coup. Soudain, Achille lança une attaque féroce, sa lame bougeant avec une rapidité extraordinaire. Hector Bloqua, puis pivota sur un talon et frappa Achille au visage avec le dos de son poing. Achille tituba, se ressaisit et leva rapidement sa lame pour parer un coup mortel dirigé vers son cou. Il riposta si vite qu'Hector se jeta sur le sol, roula et se remit debout en un clin d'oeil. Ils recommencèrent à tourner.
Ulysse regardait, captivé, le duel se dérouler. Chaque combattant était doté d'équilibre et de vitesse. Les deux avaient peaufiné leurs talents lors de milliers de batailles. Achille était plus jeune, mais il avait passé toute sa courte vie à chercher les combats. Hector combattait et tuait seulement quand il y était contraint. Les deux hommes combattaient maintenant froidement, avec patience. Tous deux savaient que la moindre erreur de jugement pourrait signifier leur perte. Chacun cherchait les faiblesses de l'autre, et essayait de déchiffrer le sens de ses mouvements.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… où les îles grandissent autant que la jalousie et les impossibles amours.

 

La jalousie d'Hector vis-à-vis de Hélicon est sommes toutes assez justifiée. Conscient que sa femme voue de tendres sentiments à son meilleur ami, il est dès lors sur la défensive. Et lorsque Priam annonce que Cassandre doit partir vers l'île de Théra à bord du Xanthos, accompagnée par Hélicon et Andromaque. C'est pour lui la goutte qui fait déborder le vase.

Andromaque, tiraillée entre ses deux amours, est heureuse de prendre la mer en compagnie de Hélicon et de pouvoir goûter à sa présence permanente. Mais elle souhaite à la fois rester fidèle à Hector, qu'elle aime comme un frère. Si, au début, elle parvient à rester à bonne distance de Hélicon, elle s'aperçoit vite que les choses s'annoncent compliquées. Parviendra-t-elle à tenir sa promesse envers son mari?

Quant à l'île de Théra, Andromaque y constate quelques changements. Outre la mauvaise santé de la grande prêtresse, l'îlot qui se situait à l'entrée de la baie menant à Théra semble sortir progressivement des flots. L'île de la tentation serait-elle en train de devenir l'île de la perdition?

– Que veux-tu que je te dise, Hélicon? Que je les hais? Ce n'est pas le cas. La haine est la mère de tous les maux. La haine est ce qui engendre des hommes comme Agamemnon, et comme toi, des hommes qui concourent pour savoir qui commettra les atrocités les plus épouvantables. Et maintenant, lâche-moi le bras!
Mais il ne la lâcha pas. Elle essaya de se dégager, puis lança sa main libre vers lui, prête à frapper. Instinctivement, il la serra contre lui, les bras autour de sa taille. Il sentit le parfum de ses cheveux et la chaleur de son corps contre le sien. Le front de la jeune femme percuta sa joue et il lui saisit les cheveux pour l'empêcher de le frapper de nouveau.
Puis, avant de comprendre ce qu'il faisait, il l'embrassa. Ses lèvres avaient le goût du vin, et son esprit s'embruma.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… où la bataille fait rage aussi bien à terre que sur la mer.

 

Ce que j'aime, chez Gemmell, ce sont les scènes d'action et de bataille. Elles sont décrites avec tellement de justesse que c'en est incroyable. Et je dirai même mieux… elles sont inimitables. Lui seul a le don de rendre une scène de bataille limpide comme de l'eau de roche, sans que les actions ne deviennent brouillonne. On sait toujours qui parle, qui fait quoi, qui reçoit tel coup. Avec Gemmell, impossible de s'emmêler les pinceaux, comme cela peut être le cas avec d'autres auteurs. Les scènes sont décrites avec beaucoup de détails, mais des détails utiles, sans aucune fioriture qui viendraient plomber le tableau. Il en ressort un style graphique et poétique que j'apprécie beaucoup, moi qui ne suis pourtant guère friande de l'action brute.

Et ce que j'apprécie doublement, dans cette série, c'est que les batailles se déroulent aussi bien sur la terre ferme que sur la mer. Hélicon et son navire incendiaire sont juste incroyables. Même si leur oeuvre de mort est discutable, leur stratégie rusée laisse le lecteur baba.

– Alors, quand les attaquerons-nous, Bienheureux? Plus tôt nos navires pourront sortir au large et plus tôt nous pourrons commencer à combattre et à frapper l'ennemi dans la baie d'Héraclès.
– Nous n'attaquerons pas, dit Hélicon. Nous attendrons que les Mycéniens nous attaquent.
Chromis grogna.
– Comment pouvons-nous être sûrs qu'ils le feront? Pour le moment, ils sont satisfaits de nous garder prisonniers dans la baie, comme… comme des crabes dans un panier.
– Tu as fait remarquer toi-même que bien des choses avaient changé avec l'arrivée du Xanthos. (Il regarda les capitaines troyens.) Nous devons être patients. Les Mycéniens sont un peuple impétueux et agressif. Nous devons utiliser cela contre eux. Et mon plan ne consiste pas seulement à nous échapper vers le large. J'ai prévu de détruire leur flotte entière.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Quant aux combats sur la terre ferme, c'est du grand Gemmell, comme d'habitude. Calliadès et Banoclès y ont bien sûr une place de choix, au même titre qu'Hector et ses valeureux cavaliers du Cheval de Troie, ou les Aigles de Priam.

Le légendaire Cheval de Troie (pas les cavaliers, mais celui qu'on connaît tous, qui est en bois et tout creux, hein…) est bien sûr présent à un moment du récit, mais… Non, je ne vous dis rien, vous DEVEZ découvrir cela par vous même!

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

… mais heureusement, la quiétude a tout de même ses limites!

 

Il est des fois où le combat semble s'enliser, notamment lors du long siège de la ville. Mais Gemmell… ben, c'est Gemmell, quoi! Il parvient à rendre passionnantes des scènes où l'attente est reine et où l'angoisse domine. Tout est merveilleusement bien pensé, bien amené et bien décrit. Il n'y a aucune longueur dans ce petit bijou littéraire, car si l'auteur choisit de nous parler du quotidien des personnages, c'est parce que leur train-train a une incidence sur l'histoire. Il ponctue même souvent cette attente par de brefs combats, des tentatives d'incursions ennemies, des stratégies, des complots. Il approfondit le tableau qu'il dresse de certains personnages, tels Priam.

Andromaque n'avait pas envie de rester toute la journée au palais, dans une atmosphère d'angoisse permanente, et elle préférait s'occuper avec les blessés et les mourants, les nourrir, leur parler et parfois leur tenir la main jusqu'à leur dernier souffle.
En réalité, pensa-t-elle, personne n'avait suffisamment d'occupations. Le train-train quotidien de la cité avait été brisé par le manque de fournitures et l'épuisement provoqué par le rationnement de l'eau et de la nourriture, et la chaleur. La plupart des gens, quand ils ne faisaient pas la queue pour de la nourriture, restaient chez eux. L'inactivité faisait naître des commérages et alimentait les peurs des gens. Ses servantes Penthésilée et Anio avaient trop de temps libre, et elles le passaient à discuter des problèmes de la cité avec les autres serviteurs royaux.

Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

Quelle finale magistrale pour cette série de Troie, qui aura été mon grand coup de coeur de 2016! La conclusion du récit est peut-être moins épique que celle du premier tome, où la bataille a fait rage jusqu'à la toute fin, mais elle est encore plus vibrante et riche en émotions, plus poignante sur le plan humain. Car de cette guerre de Troie, nul n'en ressortira indemne.

Certains s'en tirent mieux que d'autres, mais quels personnages, et de quelle façon? Cela, je vous le laisse découvrir. Je peux toutefois vous dire que les talents de conteur de David Gemmell ne sont plus à prouver. Il sait si bien distiller le suspense, mêler la profondeur des relations humaines à la froideur du combat, ponctuer ses actions de descriptions légères, comme des touches de peintures sur un tableau impressionniste… Et impressionnant, ce tableau, surtout! Quelle fresque antique et mythique il nous livre là! Le seul mot qui me vient à la bouche pour qualifier cette saga, c'est épique. Épique comme les scènes de combat, épique comme la plume de l'auteur.

Si je devais conseiller une première trilogie à quelqu'un qui n'a jamais lu de fantasy, sans doute choisirais-je celle-ci…

[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell
[Chronique Fantasy] Troie. Tome 3, La chute des rois, de David Gemmell

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

Voici un petit résumé de cette trilogie que j'ai terminé le mois dernier… Histoire que vous vous y retrouviez dans les chroniques et dans la suite chronologique du récit!

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

Serre du Faucon Argenté est une bonne première entrée en matière pour cette trilogie fantasy dont le thème majeur est la vengeance. Par l'écriture simple et le souci de concision, Raymond Feist nous livre un roman détendant et accessible, dans lequel on se laisse glisser comme dans un bon bain chaud. L'intrigue est bien ficelée, quoiqu'un rien trop linéaire, mais l'on sent bien que l'histoire va s'étoffer dans les tomes suivants, et que nous auront droit à bien d'autres rebondissements.

Je suis en revanche un peu moins emballée par la psychologie des personnages. Ces derniers sont attachants à leur manière, mais l'auteur survole trop les émotions et les sentiments qu'ils pourraient ressentir. La plupart des personnages nous apparaissent trop détachés, comme si les événements glissaient sur eux. Serre m'a bien plus dans l'ensemble, mais je me suis sentie un peu rebutée par la perte de sa candeur naturelle au profit d'une nature plus machiste. J'espère qu'il va encore évoluer dans les tomes suivants.

Ceci étant, ce premier volet de la trilogie est pleine de belles promesses, et j'ai hâte de lire la suite pour voir si mes craintes sont fondées et si mes espoirs deviennent réalité…

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

Son souffle court, sa tunique trempée et ses genoux tremblants prouvaient qu'il perdait trop de sang, trop vite. Son cœur battait à tout rompre, et Serre savait que, s'il ne réussissait pas d'une façon ou d'une autre à tuer les deux dernières créatures, il était condamné.
Il y eut un autre mouvement fugace près de la porte. Serre comprit que les deux créatures étaient sorties avec lui. Il battit des paupières et tourna la tête de part et d'autre pour essayer de distinguer leurs formes noires dans la nuit. Mais, malgré tous ses efforts, elles restèrent invisibles.
Il perçut un mouvement derrière lui et se laissa donc tomber sur la gauche. Il avait eu l'intention de se rattraper à temps pour se redresser, mais sa jambe gauche refusa de lui obéir, et il s'écrasa par terre. Une nouvelle douleur brûlante envahit sa jambe droite. Serre perdit son épée. Son esprit avait beau ordonner à son corps de rouler sur le côté et de mettre autant de distance que possible entre lui et les deux créatures, il ne pouvait s'obliger à le faire.
Une nouvelle ligne de feu traversa son épaule, et Serre hurla. Il savait qu'il était sur le point de mourir.
Son peuple ne serait pas vengé, et lui-même ne saurait jamais qui étaient ses assassins, ni pourquoi on avait décidé de le tuer.
Ses dernières pensées furent teintées d'un grand désespoir et d'un profond regret. Puis une lumière blanche aveuglante explosa autour de lui, et il sombra dans l'oubli.

Serre du Faucon Argenté, de Raymond Feist

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

Un second opus meilleur à mon sens que le premier, avec un style d'écriture un peu plus fluide et plus agréable.

Le personnage de Serre s'étoffe peu à peu et, bien qu'il reste égal à lui-même concernant les femmes, il devient de plus en plus mûr et intéressant. C'est vraiment dans ce second tome que j'ai commencé à m'y attacher (mouvement déjà initié dans le premier tome, mais qui avait un peu décliné lorsque j'ai vu le changement opéré par le Conclave des ombres sur le caractère de Serre).

L'histoire riche en rebondissements m'a vraiment bien plu, si bien qu'à présent j'ai hâte de lire la finale de cette trilogie!

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

Il avait été facile de lui administrer la mixture, comme l'avait prédit Amafi. Pendant qu'elle dormait, Ser avait sorti une mince cordelette en soie et la minuscule fiole de poison. Il avait lentement versé le poison, une goutte après l'autre, le long de la corde jusqu'aux lèvres de la princesse. Toujours selon les prédictions d'Amafi, la princesse s'était léché les lèvres dans son sommeil, et Ser avait fait une pause chaque fois qu'elle bougeait. Le poison avait un goût sucré et une texture collante. Le lendemain matin, le résidu sur ses lèvres était devenu inoffensif en séchant. Ser avait donc réveillé la princesse d'un baiser sans craindre pour sa vie. Ils avaient fait l'amour avant l'aube, alors que Ser savait qu'elle était déjà morte, par sa faute.
Il éprouva un début de remords et le repoussa à l'intérieur de lui. En dépit de son charme, la princesse était aussi impitoyable, à sa manière, que Kaspar. Le sexe n'était que l'une de ses nombreuses armes, et la passion dont elle avait fait preuve et les mots doux qu'elle lui avait susurrés à l'oreille ne signifiaient rien. Ils faisaient seulement partie de l'expérience et n'étaient pas à prendre au sérieux.

Le roi des renards, de Raymond E. Feist

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

J'ai ADORÉ le parti pris de l'auteur, qui a décidé, au dernier tiers de cette saga, de changer radicalement de perspective. Le changement de personnage principal, s'il est déroutant au début, est en fait une vraie source de jouvence pour le récit. En tout cas, il fallait le faire! Ce n'est pas facile de retirer le gentil de l'histoire pour ensuite mettre le grand méchant aux commandes. Le résultat est totalement ahurissant, et à la hauteur de ce qu'on peut attendre d'une trilogie de Feist.

Ensuite, l'histoire en elle-même est juste gé-niale! Cela change des précédentes intrigues de cour, des guerres, des querelles intestines, de la politique houleuse, and so on… On se sent happé par cette histoire d'artefact maléfique, si bien qu'il est difficile de lâcher le roman une fois l'intrigue principale démarrée. Et cette menace latente en fin de roman, cette vision d'horreur finale qui introduit la trilogie suivante, nous mettant l'eau à la bouche, c'est juste… tellement frustrant! Si j'avais eu la suite sous la main, je l'aurais lue dans la foulée!

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

– Est-ce qu'il y a quelqu'un à l'intérieur? demanda-t-il.
– Personne ne le sait, répondit Kenner. On n'arrive pas à retirer le heaume, ni aucune autre partie d'ailleurs.
– Elle a un aspect maléfique, fit remarquer Kaspar, en parlant lentement.
Le heaume avait une forme très simple, comme si on avait découpé un cylindre selon un certain angle, avant d'arrondir les bords, ne laissant qu'une ligne continue des épaules au sommet du crâne, sans angle ni pointe. Il était légèrement pincé sur le devant, si bien que, vu de dessus, il avait vaguement la forme d'une goutte plutôt que d'un rond. De chaque côté du heaume jaillissait une aile, mais ces ailes n'appartenaient à aucune créature connue. Elles avaient la forme de celles d'un grand corbeau, mais elles se recourbaient légèrement en suivant les côtés du heaume et elles étaient pourvues d'une membrane comme une chauve-souris géante. Une seule fente au niveau des yeux permettait à l'occupant, s'il y en avait un, de voir quelque chose.

Le retour du banni, de Raymond E. Feist

[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist
[Saga fantasy] Le conclave des ombres, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

On se sent happé par cette histoire d'artefact maléfique, si bien qu'il est difficile de lâcher le roman une fois l'intrigue principale démarrée. Et cette menace latente en fin de roman, cette vision d'horreur finale qui introduit la trilogie suivante, nous mettant l'eau à la bouche, c'est juste… tellement frustrant! Si j'avais eu la suite sous la main, je l'aurais lue dans la foulée!

Acherontia

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

Abandonné en pleine nature sur un continent à l'autre bout du monde, avec pour seules armes son intelligence et sa détermination.

Kaspar, l'ancien duc d'Olasko,doit se battre au jour le jour pour assurer sa survie. Rusé, astucieux et doté d'une volonté de fer, il se lance dans cette odyssée avec un seul but en tête: rentrer chez lui et se venger de Serwin Fauconnier, l'homme qui l'a destitué.

Mais Kaspar ne sait pas encore qu'il y a bien plus en jeu que sa seule existence. Il n'est qu'un pion dans une partie terrifiante qui oppose Ser et le conclave des ombres aux agents des forces obscures. Ces derniers menacent non seulement Olasko, la terre natale de Kaspar, mais aussi Midkemia dans son ensemble. La guerre de la Faille et celles des Serpents sembleraient presque triviales au regard du conflit qui s'annonce…

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

Si vous n'avez lu ni le premier, ni le second tome, cette chronique risque de vous dévoiler des éléments importants de l'histoire… Si tel est votre cas, n'hésitez pas à vous reporter à la chronique du premier tome, dont le lien figure à la fin du présent article. Merci!

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… Ou comment j'en suis venue à choisir ce roman-là, et pas un autre.

 

Ce roman est mon troisième roman lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour novembre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Milady pour ce partenariat et la découverte de ce livre.

Après un second tome palpitant, j'avais un peu l'impression que l'histoire m'avait déjà livré tous ses secrets, et je voyais mal ce qui pourrait encore se produire dans le troisième et dernier tome du Conclave des ombres. Eh bien, je me suis pour le moins trompée, car il y a encore beaucoup à dire, et pas du tout de la façon dont je le pensais!

 

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… ou la loi du Talion selon Ser.

 

Si vous vous souvenez bien du second tome, l'histoire se concluait sur une victoire totale de Ser face au tyran Kaspar, duc d'Olasko, et à l'infâme magicien Leso Varen. Dès lors, je me suis demandée ce qu'un troisième tome pourrait apporter. Allait-on enfin connaître les plans exacts de Leso Varen? Mais comme ce dernier semble mort et enterré, est-ce vraiment important? Va-t-on nous parler de ce que Ser compte faire de sa vie une fois sa vengeance consommée? Je supposais qu'il n'y aurait là rien d'épique, aussi étais-je passablement dubitative…

En fait, le troisième et dernier tome s'ouvre sur le bannissement de Kaspar d'Olasko, emmené sur une île inconnue par un magicien du Conclave des ombres. L'affaire semble mal entamée pour le duc, qui est rapidement fait prisonnier et retenu dans des conditions peu enviables. Puis, dans un soudain rebondissement, il parvient à échapper à ses détenteurs et s'enfuit à travers une étendue désertique et hostile, où il doit lutter pour sa survie.

Cela n'est pas sans rappeler ce qu'il fit subir à Ser au cours du deuxième tome, cet enfermement qui lui imposa dans une citadelle aride, où les vivres se faisaient aussi rares que les rayons du soleil. De toute évidence, Ser a fort bien calculé son coup et avait dans l'idée de rendre à Kaspar la monnaie de sa pièce.

Mais si l'on se doutait déjà du sort réservé à Kaspar, son évasion et les péripéties qui s'ensuivent sont, elles, inattendues. Assez, en tout cas, pour susciter mon intérêt et me plonger rapidement dans l'intrigue.

 

Kaspar gisait à l'agonie.
Protégé du soleil d'après midi par un rocher en surplomb, il savait qu'il ne lui restait plus beaucoup de temps à vivre. Trois jours durant, il avait suivi l'ancienne route. Il avait fini son eau ce matin-là, à l'aube. Souffrant de vertiges et de désorientation, il était descendu en titubant jusqu'à une zone ombragée pour attendre que la chaleur se dissipe.
S'il ne trouvait pas de l'eau d'ici la tombée de la nuit, il ne se réveillerait sans doute pas le lendemain matin. Il avait les lèvres desséchées, et le nez et les joues qui pelaient à cause des coups de soleil. Allongé sur le dos contre des rochers, il s'efforçait d'ignorer les cloques douloureuses qui lui couvraient les épaules. Il était trop fatigué pour laisser la douleur l'ennuyer. En plus, cette douleur signifiait qu'il était toujours en vie.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

Quand l'on suit l'histoire avec les yeux du méchant…

 

Ce qui m'a complètement scotchée, dans ce troisième tome, c'est que l'auteur met complètement de côté son personnage principal, Ser, pour s'intéresser au grand méchant de l'histoire, Kaspar. C'est en effet au travers de ses yeux et de ses mésaventures que l'histoire suit son cours, dessinant une introduction parfaite pour la trilogie suivante. Je dois dire que c'est un exercice extrêmement difficile pour un écrivain, que de laisser en arrière un personnage auquel on s'était attaché, pour mettre en avant celui qu'on est censé faire détester.

Et pour le lecteur aussi, c'est un fameux exercice. Au début, je me sentais un peu déboussolée, d'autant plus que Kaspar n'est, à la base, pas un personnage que l'on a envie d'aimer et auquel on a envie de s'intéresser. Donc, durant les premiers chapitres, je ne pouvais m'empêcher de me demander quand on allait cesser de s'intéresser à son cas et en revenir à Ser ou aux magiciens du Conclave des ombres.

Et puis finalement, assez curieusement, on finit par s'attacher à lui, d'une façon totalement surprenante. Progressivement, des changements s'opèrent en lui, et le rendent de plus en plus digne d'intérêt.

Abattre un arbre était plus difficile que Kaspar l'aurait cru, étant donné qu'il n'avait vu des bûcherons à l’œuvre qu'une seule fois, lorsqu'il était enfant. L'arbre avait bien failli lui tomber dessus, pour le plus grand plaisir de Jorgen, qui avait trouvé ça très drôle, une fois passée la peur.
Kaspar avait coupé toutes les branches, puis débité le tronc en plusieurs rondins. Il en avait attaché un avec de grandes lanières en cuir destinées à être fixées au harnais d'un cheval. Mais l'unique cheval de la famille avait disparu avec le père de Jorgen, Kaspar décida donc de le remplacer pour tirer le rondin jusqu'à la maison, en traversant la prairie humide. Il banda ses muscles et tira de toutes ses forces tandis que le rondin récalcitrant le suivait par à-coups.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… ou presque.

 

Petit à petit, on commence à sentir que Kaspar s'interroge sur ses actes passés, sur ce qui l'a poussé à agir de la sorte. Il sent qu'il a été manipulé par son magicien, Leso Varen, mais il est suffisamment sage pour prendre conscience que son caractère et sa soif de pouvoir y sont aussi pour quelque chose. Souvent, il rêve de son ancienne vie, et constate à son réveil que ce qui ne le gênait nullement quelques mois plutôt lui donne à présent la nausée.

Après sa fuite, il s'invite dans la cabane d'une mère et de son fils. Connaissant le caractère initial de Kaspar, j'ai tout de suite imaginé une catastrophe ; viol de la mère, vente du fils sur le marché aux esclaves, vol, meurtre… Et puis en fait, on se retrouve agréablement surpris par l'attitude de l'ancien duc d'Olasko, qui impose sa présence par nécessité pour sa propre survie, tout en respectant la petite famille. On pourrait même dire qu'il tente de se racheter, d'une certaine façon, en les aidant dans leurs tâches quotidiennes.

Son attitude bienveillante, ainsi que le fait qu'il réfléchisse sur lui-même et sur ses actions passées contribuent à le rendre de plus en plus acceptable en tant que personnage principal aux yeux du lecteur. Je me suis même surprise à m'y attacher peu à peu, surtout lorsque l'histoire a réellement pris son essor.

La troisième nuit, il avait eu un rêve-souvenir particulièrement saisissant de réalisme : il s'agissait d'une conversation avec Leso Varen dans les appartements privés du magicien. Les lieux empestaient le sang et les excréments humains, ainsi que l'odeur bizarre de toutes ces choses inconnues que le magicien tenait à mélanger et à faire brûler dans sa pièce de travail. Kaspar se souvenait bien de cette conversation, car c'était la première fois où Varen lui avait suggéré d'envisager de faire disparaître ceux qui se dressaient entre la couronne de Roldem et lui. Kaspar se rappelait également à quel point l'idée lui avait paru séduisante.
Mais, à son réveil, il avait été pris de haut-le-cœur au souvenir de la puanteur de la pièce. Pourtant, à l'époque où il avait rendu cette visite à Varen, l'odeur ne l'avait pas dérangé le moins du monde, c'est à peine s'il l'avait sentie. Or, ce matin-là, il s'était réveillé en sursaut, haletant, devant la porte de la cabane, et il avait bien failli réveiller Jorgen.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… parce que la nuit, tous les Talnoy sont gris.

 

Aaaah, les Talnoy… Vous vous demandez ce que c'est, avouez! Ne vous en faites pas, vous le découvrirez bien assez tôt! 😉

Comme l'on peut s'en douter, le but premier de Kaspar est de rejoindre son ancien duché pour voir ce qu'il s'y est passé durant son absence – et, au début, en reprendre les rennes, même si par la suite, il se verra contraint de modifier son objectif. Et puis, au détour d'une petite ville, il rencontre un curieux homme qui lui propose une quête, une sorte de mission périlleuse. Il lui promet une généreuse rémunération contre ses services. Par curiosité et par nécessité, Kaspar accepte sa curieuse requête. L'homme lui présente alors la "chose" qu'il se verra contraint d'escorter.

Là, on sent que l'action démarre véritablement. Cette rencontre est l'élément perturbateur qui va lancer un nouveau type d'intrigue, à mille lieux des histoires de cour, des guerres, des prises de pouvoir…

Flynn invita ses compagnons et Kaspar à l'accompagner dans l'autre partie de l'entrepôt, où se trouvait un chariot. Il s'agissait d'un simple véhicule destiné au transport des marchandises, semblable à ceux que Kaspar croisait souvent dans les rues de sa capitale. Au fond se trouvait un objet dissimulé sous une toile cirée. Vu sa taille, Kaspar commença à avoir une petite idée de sa nature. Flynn sauta dans le chariot et rabattit le bord de la toile.
Il s'agissait d'un corps – ce fut du moins l'impression ce que Kaspar en retira. Ou alors c'était juste une armure vide. Quoi qu'il en soit, il n'avait jamais rien vu de pareil.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

… qui exigera les interventions les plus improbables qui soient.

 

Car cette chose que Kaspar doit escorter loin, très loin de cette île n'est pas un artefact comme les autres. La silhouette dans le chariot dégage une étrange aura maléfique qui, au mieux, met mal à l'aise ceux qui l'entourent. Et qui, au pire, est capable de tuer d'une horrible manière ceux qui désireraient déserter l'escorte…

Très vite, le voyage se fait pénible, et l'étrange fascination qu'exerce l'artefact sonne pratiquement comme une malédiction. Sauf que de cette malédiction-là, personne n'en a jamais entendu parler, et personne, pas même les prêtres de la région, ne semble en mesure de la dissoudre.

J'ai littéralement adoré cette partie de l'histoire, beaucoup plus sombre, plus prenante. Une fois la malédiction de l'artefact mise sur le tapis, l'ambiance s'est littéralement métamorphosée pour se faire glauque, pressante. Une tension palpable s'est installée, qui m'a complètement dissuadée de lâcher le livre jusqu'au dénouement de l'histoire.

– Est-ce qu'il y a quelqu'un à l'intérieur? demanda-t-il.
– Personne ne le sait, répondit Kenner. On n'arrive pas à retirer le heaume, ni aucune autre partie d'ailleurs.
– Elle a un aspect maléfique, fit remarquer Kaspar, en parlant lentement.
Le heaume avait une forme très simple, comme si on avait découpé un cylindre selon un certain angle, avant d'arrondir les bords, ne laissant qu'une ligne continue des épaules au sommet du crâne, sans angle ni pointe. Il était légèrement pincé sur le devant, si bien que, vu de dessus, il avait vaguement la forme d'une goutte plutôt que d'un rond. De chaque côté du heaume jaillissait une aile, mais ces ailes n'appartenaient à aucune créature connue. Elles avaient la forme de celles d'un grand corbeau, mais elles se recourbaient légèrement en suivant les côtés du heaume et elles étaient pourvues d'une membrane comme une chauve-souris géante. Une seule fente au niveau des yeux permettait à l'occupant, s'il y en avait un, de voir quelque chose.

Le conclave des ombres. T3, Le retour du banni, de Raymond Feist

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

Au fur et à mesure que l'on en apprend plus au sujet de l'artefact et de sa curieuse malédiction, on comprend que c'est l'univers tout entier qui est menacé. Des choses étranges se produisent, des créatures cauchemardesques surgissent là où on ne les attend pas, les magiciens eux-mêmes semblent dépassés par la situation.

La menace est de plus en plus grande, l'avenir s'assombrit peu à peu, mais cette fois, l'ennemi ne fait pas partie du monde connu…

Et le livre se termine sur un moment tellement angoissant que… ah non! Aaaarggg!! Au secours!! Je veux la suite, et vite!!!

Heureusement pour moi, et pour vous aussi si vous avez suivi cette trilogie, la suite arrive très bientôt en format poche chez Milady! Cela s'appelle La guerre des ténèbres, une autre trilogie dont le premier tome devrait être disponible d'ici février 2017. Comptez sur moi pour le lire et le chroniquer!

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

J'ai ADORÉ le parti pris de l'auteur, qui a décidé, au dernier tiers de cette saga, de changer radicalement de perspective. Le changement de personnage principal, s'il est déroutant au début, est en fait une vraie source de jouvence pour le récit. En tout cas, il fallait le faire! Ce n'est pas facile de retirer le gentil de l'histoire pour ensuite mettre le grand méchant aux commandes. Le résultat est totalement ahurissant, et à la hauteur de ce qu'on peut attendre d'une trilogie de Feist.

Ensuite, l'histoire en elle-même est juste gé-niale! Cela change des précédentes intrigues de cour, des guerres, des querelles intestines, de la politique houleuse, and so on… On se sent happé par cette histoire d'artefact maléfique, si bien qu'il est difficile de lâcher le roman une fois l'intrigue principale démarrée. Et cette menace latente en fin de roman, cette vision d'horreur finale qui introduit la trilogie suivante, nous mettant l'eau à la bouche, c'est juste… tellement frustrant! Si j'avais eu la suite sous la main, je l'aurais lue dans la foulée!

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist
Mes coups de coeur de 2016...

Mes coups de coeur de 2016…

[Chronique fantasy] Le conclave des ombres. Tome 3, Le retour du banni, de Raymond E. Feist

[Chronique Fantasy] L’héritage des rois-passeurs, de Manon Fargetton

De cette lecture, je retiendrai donc surtout l'écriture fabuleuse de Manon Fargetton, alternant fluidité, rythme et poésie. Je retiens également les personnages, travaillés tout en finesse, et dont la psychologie complexe laisse pantois. L'intrigue remarquablement ficelée, ainsi que deux univers imbriqués l'un dans l'autre d'une façon remarquablement inventive et ingénieuse, constituent un troisième point qui me fait dire que ce roman vaut amplement son prix Imaginales 2016, et tous les éloges que j'ai entendu à son sujet jusqu'à présent.

Synopsis…

La dernière héritière d'une lignée royale doit fuir notre monde et retourner dans celui de ses ancêtres pour échapper aux hommes qui veulent l'éliminer. Là-bas, une princesse rebelle rentre chez elle pour prendre ce qui lui est dû : le trône d'Ombre. Voici l'histoire de deux femmes, de deux mondes imbriqués, de deux retours simultanés qui bouleverseront une fois de plus le destin tortueux du royaume d'Ombre. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ?

[Chronique Fantasy] L'héritage des rois-passeurs, de Manon Fargetton

La loi d'attraction universelle…

Ce roman est mon second roman lu dans le cadre de mon partenariat avec les éditions Bragelonne/Milady pour novembre 2016. Je remercie donc très chaleureusement les éditions Milady pour ce partenariat et la découverte de ce livre.

Depuis quelques temps déjà, je souhaitais découvrir l'écriture de Manon Fargetton, dont j'avais entendu beaucoup de bien. Voyant cette édition au format poche de L'héritage des rois-passeurs au catalogue des éditions Milady, je n'ai pas pu résister, d'autant plus que la "suite", Les illusions de Sav-Loar, était prévu pour le mois suivant en grand format. Je me suis lâchée et ai commandé les deux tomes, mon petit coeur de lectrice tout palpitant d'espoir, attendant avec délectation un moment de lecture inoubliable. Fut-ce le cas? Ahah… C'est ce que vous découvrirez à la fin de cette chronique!

Photo prise pour le #neverlandpbc de décembre 2016 sur Instagram... Le thème était "Lire au chaud".

Photo prise pour le #neverlandpbc de décembre 2016 sur Instagram… Le thème était "Lire au chaud".

Fluidité, rythme et saccades…

Ce qui m'a d'emblée séduite, c'est le style d'écriture de Manon Fargetton. Il n'y a rien à faire, mais on sent que c'est une femme qui est aux commandes de ce roman. La finesse de la plume ne trompe pas. Loin de moi l'idée de trouver les hommes trop balourds (encore que, pour certains…), mais j'ai senti dans ce roman assez bien de touches féminines, notamment dans la richesse des métaphores, la profondeur et la finesse des sentiments ressentis par les personnages, le fait que les personnages centraux soient deux femmes toutes deux dotées d'un caractère bien trempé… plus d'autres choses sur lesquelles j'ai bien du mal à mettre des mots.

La récit est à la fois fluide de part l'écriture très agréable, qui se laisse lire comme un bon cocktail se laisserait boire, et à la fois rythmé, car il est sans cesse ponctué de moments de suspens, de découvertes, de révélations. Je n'ai pratiquement pas décelé de longueurs dans cette intrigue menée tambour battant, dans laquelle on entre comme un ouragan et de laquelle on sort inévitablement décoiffé.

On pourrait même dire que l'écriture se fait parfois saccadée. En effet, la plume de Manon Fargetton possède une particularité que j'ai rarement rencontré dans mes autres lectures. Certaines actions, censées se dérouler très vite, sont mises en avant par un style très particulier. Les phrases se font soudain très courtes, ne possédant aucun sujet, laissant juste paraître un verbe conjugué, avec un supplément ou l'autre si besoin est. L'exemple ci-dessous sera sans doute plus parlant que ma description bancale :

Énora hurla.
Axel lui parlait à l'oreille, l'entraînant à l'abri des troncs. Elle n'entendait pas. Elle voulut crier, courir vers ses amis. Les défendre. Ne savait pas comment. S'en fichait. Devait les rejoindre.

L'héritage des rois-passeurs, de Manon Fargetton

J'ai apprécié ce style propre à l'auteur, car il confère au récit un sentiment d'urgence qui donne au lecteur l'envie de lire plus vite encore. On sent que quelque chose est sur le point de se produire, et on a envie de savoir de quoi il retourne au plus vite. Seul petit hic, c'est qu'il ne faut point trop abuser de ce type de rhétorique. À certains moments, j'étais pratiquement à la limite de l'overdose, et je trouvais que cela faisait perdre aux phrases un peu de leur lisibilité.

Fine psychologie…

J'ai été très étonnée par les différents personnages qui peuplent ce récit. Bluffée, je dirais même. Comme je le disais précédemment, les deux femmes, Énora et Ravenn, sont juste extraordinaires. J'ai aimé la complexité avec laquelle ces personnages sont construits, que ce soit leur histoire personnelle ou leur psychologie. Chacune de leurs réactions sonnent juste, ce qui n'est pas aussi évident à faire qu'on voudrait le croire. Les sentiments forts, tels que le deuil, la peur, le choc émotionnel, le traumatisme, sont décrits avec une justesse à couper le souffle.

Les personnages masculins sont aussi bien construits, mais je les ai senti plus en retrait, et ils m'ont semblé moins intéressants, peut-être plus fades (de mon seul point de vue, bien sûr). J'ai le sentiment qu'ils surmontent un peu trop vite les épreuves qui leurs sont réservées, et qu'ils apprennent trop vite, également, leurs nouvelles facultés. D'autres sont trop peu présents alors que je les trouvais intéressants. J'aurais, par exemple, voulu en savoir plus au sujet de Pelekaï. Ceci étant, celui que j'ai préféré, c'était Lyam. Je l'ai trouvé attachant, à sa manière.

J'ai été juste très triste, à la fin du roman, car la finale réservée à… un certain personnage… (haha! Vous aviez cru que j'allais lâcher le morceau, hein?) ne nous permettra pas d'en connaître plus sur son compte, alors que j'aurais tellement voulu voir la suite de ses aventures!

En parvenant près des tombes recouvertes de lierre, elle baissa les yeux. Des dizaines d'étoiles rémanentes dansaient sur ses rétines. Elle devina une pelle métallique au manche vermoulu sous la haie de noisetiers. La saisit. Quelque chose monta en elle, une vague de détresse qui la précipita à la frontière de la folie. Sa respiration s'accéléra, un tremblement irrésistible parcourut ses mains. Soudain, elle se laissa tomber à genoux et se mit à creuser entre les stèles anonymes. Pelletée après pelletée, le fil rouillé de l'outil arracha l'herbe pour dégager la terre. Toute l'énergie d'Énora était concentrée sur cette tâche. Elle devait creuser encore, plus loin, plus profond. Là, au bout de ce jardin qui avait un jour représenté les limites de son univers, naissait la tombe de son père, de sa mère. De son frère. Ou la sienne, peut-être ; une fosse où s'enterrer tout entière pour ne plus savoir, ne plus sentir ce trou béant au creux de sa poitrine, ce hurlement sans fin enroulé dans son ventre et qui ne trouvait pas de sortie.

L'héritage des rois-passeurs, de Manon Fargetton

Le choc initial…

Je vous parlais d'une cataclysmique entrée en matière… Je ne vais évidemment pas vous dire de quoi il retourne exactement, ce serait vous gâcher bêtement le plaisir de la découverte! Sachez que le prologue donne déjà le ton, qu'il y est question de dragons et d'une Ravenn vue sous un angle de guerrière tribale. Quant aux premiers chapitres, on y découvre le personnage d'Énora, qui voit son monde basculer dans un bain de sang digne d'un film gore trois étoiles. S'ensuit une course-poursuite effrénée, puis de nombreuses découvertes aussi percutantes qu'ahurissantes. Bref… je vous promets une bonne dose d'adrénaline et un suspens de tous les diables. Et ce n'est que le début…

Quelque chose roula sur le sol. Dans l'horreur et la panique du moment, Énora mit plusieurs secondes à comprendre qu'il s'agissait d'une tête. Détachée d'un corps. Elle sentit son estomac se contracter violemment. Dans le jardin, le chaos franchit un nouvel échelon. Cris hystériques, giclées de sang, cadavres entremêlés sur la pelouse. Les bras d'Axel se firent fer autour du ventre d'Énora. Il la traîna tant bien que mal, la plaqua au sol derrière une tombe. La jeune fille n'était plus que rage et sidération, bouillonnements tourbillonnants, elle ne voyait plus ses amis ni sa famille. Juste des poupées de chiffon éventrées. Tout cela n'avait pas de sens. Ne pouvait en avoir. C'était une scène de film, une mise à mort chorégraphiée au millimètre par un cinéaste virtuose.

L'héritage des rois-passeurs, de Manon Fargetton

Deux univers imbriqués l'un dans l'autre…

Une chose que je peux toutefois vous dire sans trop vous spoiler, c'est qu'au début du roman, deux univers cohabitent. On commence par découvrir Ombre par le biais des aventures de Ravenn, puis on revient à notre monde pour suivre les pas d'Énora. C'est ce qui fait en grande partie l'originalité de ce récit. Nous sommes bien dans un roman de fantasy, mais il y est tout de même question de notre monde. J'ai apprécié la façon dont l'auteure fait cohabiter "réalité" et fiction. Oui, je dis "réalité", car l'univers tel que nous le connaissons est émaillé, dans le roman, d'éléments fantastiques, dont certains nécessaires au passage entre les deux mondes.

Elle tenta de se retenir, mais le sol venait littéralement de disparaître sur un large cercle, si bien que ses mains ne trouvèrent aucune prise. Énora battit des pieds, paniquée. Impossible de bouger. Elle était suspendue dans le vide, la moitié inférieure de son corps dans le jardin, le reste… ailleurs. L'adrénaline fusant dans ses veines, elle leva les yeux vers un ciel étoilé. Dans la grisaille ouatée précédant l'aube, elle aperçut au loin une étrange ville fortifiée. Mais avant qu'elle puisse se poser la moindre question sur ce qui venait de se passer, Énora sentit qu'on l'attrapait par les chevilles. Elle réintégra brutalement le fond du jardin.

L'héritage des rois-passeurs, de Manon Fargetton

Je ne peux rien vous expliquer de façon plus précise. J'ai pris tellement de plaisir à découvrir ces deux univers, la façon dont ils fonctionnent et la façon dont ils sont liés l'un à l'autre, que ce serait un crime de trop vous en dire. Je préfère vous mettre juste l'eau à la bouche, et vous laisser découvrir par vous-même, en espérant que vous ressentirez le même émerveillement que moi.

Un (petit) indice est tout de même donné en début de roman, avec cette citation de Louis Aragon…

"Ombre mon royaume
J'y retrouverais
Les anciens arômes
Et les noirs portraits"

Louis Aragon, cité au début du roman

Deux demoiselles qui ne se laissent pas marcher sur les pieds…

J'aimerais tout de même vous dire quelques mots supplémentaires concernant les deux héroïnes. Je vous disais en début de chronique que je les avais vraiment beaucoup aimées, mais ce serait peut-être bien que je vous explique brièvement pourquoi…

Énora…

Énora est une jeune bretonne de 20 ans qui habite à Paris pour ses études. C'est une jeune fille dynamique, un peu rebelle (je l'imagine bien, en tout cas, sur sa moto, avec un petit look rock qui en jette). Elle sait ce qu'elle veut, et ne se laisse pas facilement démonter par l'adversité. J'ai aimé sa façon de réagir face aux épreuves du début de roman. Là où d'autres se seraient écroulés sous le chagrin, elle prend les choses en main malgré le vide insondable qui lui plombe le coeur, et va de l'avant.

 

Ravenn…

Ravenn, dans un sens, est assez semblable à Énora. Elles ont en commun le côté dynamique et rebelle, le caractère franc et bien trempé. Mais Ravenn est plus guerrière encore, sans pour autant manquer de féminité. Elle est intelligente, aussi, et assez perspicace pour être à même de déjouer les plans de son père et les intrigues de cour. Elle dégage une autorité naturelle, un charisme qui impressionne autant qu'il fascine.

Autre chose que j'ai apprécié avec Ravenn, c'est le fait que ses préférences la portent vers les femmes. J'ai trouvé que les quelques passages où l'homosexualité féminine apparaît sont écrit tout en finesse et en sensibilité, donnant une toute autre image que celle qui est malheureusement véhiculée par l'opinion publique. En 2016, je suis tombée sur plusieurs romans où l'homosexualité était traitée avec cette même sensibilité, et j'ai trouvé ça super. Il est plus que temps que la vision qu'en ont la plupart des gens change. J'ai lu il n'y a pas très longtemps le commentaire d'une personne qui disait qu'ils étaient "des monstres". Je trouve cette déclaration révoltante. Quoi qu'il en soit, j'aime cette mixité de plus en plus présente dans la littérature. Et par-dessus tout, j'aime les auteurs qui véhiculent plus que du simple divertissement.

Il l'invita à s'asseoir dans un fauteuil et prit place en face d'elle. Ravenn resta droite, le dos raidi par l'appréhension, incapable de s'abandonner au moelleux du dossier malgré la fatigue du voyage. La reine, sa mère, était mourante. Même si elle savait depuis neuf ans que cette nouvelle pouvait lui parvenir à tout moment, elle n'en restait pas moins soudaine. Dans quelques lunes, Ravenn deviendrait l'héritière légitime du trône d'Ombre. Les mots résonnèrent dans sa tête, implacables, extirpant de sa mémoire le visage sans âge d'un prêtre sans clergé : "Ce n'est pas à moi que tu fais cette promesse, jeune fille, c'est au dieu Gris. Et d'une telle promesse tu ne peux te défaire." Malgré sa fougue adolescente, Ravenn avait pesé chaque mot de sa réponse, scellant son destin : "Je te le promets à toi, à lui, à moi-même. C'est mon trône. C'est ma terre. Je reviendrai." Alors l'homme avait posé une main sur l'épaule de la princesse, et son empreinte couleur de cendre s'était inscrite sur la peau tendre, indélébile, à l'image du serment qu'elle venait de prononcer.

L'héritage des rois-passeurs, de Manon Fargetton

Photo prise pour le #neverlandpbc de janvier 2017 sur Instagram... Le thème était "Ma PAL de décembre 2016".

Photo prise pour le #neverlandpbc de janvier 2017 sur Instagram… Le thème était "Ma PAL de décembre 2016".

En résumé…

Comment résumer un tel roman en quelques phrases? Il y a tant de points positifs que je ne sais par où commencer… J'aurais aimé vous en dire plus, vous parler des Dieux qui vont et viennent comme n'importe quel mortel, de la magie et des magiciens qui la pratiquent (encore un autre chouette concept, totalement novateur, et assez lié au nom de l'univers, "Ombre"…), des dragons et des vouivres, du royaume d'Ombre qui est en faite la face cachée de la Bretagne telle que nous la connaissons, de la façon dont le royaume est géré, de la guerre, de… Trop de sujets captivants, et tous susceptibles de vous spoiler l'intrigue, et donc de vous priver du plaisir de la découverte. Damn!

De cette lecture, je retiendrai donc surtout l'écriture fabuleuse de Manon Fargetton, alternant fluidité, rythme et poésie. Je retiens également les personnages, travaillés tout en finesse, et dont la psychologie complexe laisse pantois. L'intrigue remarquablement ficelée, ainsi que deux univers imbriqués l'un dans l'autre d'une façon remarquablement inventive et ingénieuse, constituent un troisième point qui me fait dire que ce roman vaut amplement son prix Imaginales 2016, et tous les éloges que j'ai entendu à son sujet jusqu'à présent.

Pour bien résumer la situation : lisez-le! C'est un de mes grands coup de coeur 2016…

Ma note : 19/20. C'est un coup de coeur!!

L'héritage des rois-passeurs est en bonne place dans la liste de mes coups de coeur de 2016! Photo prise pour le #neverlandpbc de janvier 2017 sur Instagram...

L'héritage des rois-passeurs est en bonne place dans la liste de mes coups de coeur de 2016! Photo prise pour le #neverlandpbc de janvier 2017 sur Instagram…

À très bientôt pour de nouvelles aventures livresques!

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

Prochainement sur le blog :

La chronique des Illusions de Sav-Loar, du même auteur…