Sorcière ma soeur, de Graham Joyce

Sorcière ma soeur, de Graham Joyce

Résumé…

Alex et Maggie Sanders mènent une vie des plus ordinaires, jusqu'à ce qu'ils découvrent au fond d'une vieille cheminée inutilisée le journal de Bella. A première vue, celui-ci paraît bien innocent : une liste de breuvages et de simples pour soigner les petits maux de tous les jours.

Mais Maggie est très vite convaincue que derrière les mots se cache un sens destiné à elle seule. En essayant quelques recettes, elle pénètre dans un monde mystérieux auquel elle n'avait jamais cru, celui de la sorcellerie. Et quand la défunte Bella revient, en quête d'une paix qu'elle n'a pas trouvée dans la tombe, Maggie sent qu'elle risque de perdre la raison et de détruire toute sa famille.

Ce qui m'a attiré vers cette lecture…

Dans le cadre du challenge "Un mot, des titres", je devais lire un livre dont le titre contient le mot "soeur". En feuilletant le catalogue de ma bibliothèque, j'ai passé outre les ouvrages sur Soeur Thérèse, les récits de vie mélodramatiques et les lettres ouvertes à une soeur réelle ou rêvée, pour me diriger directement vers le rayon fantastique/horreur avec ce livre de Graham Joyce. De plus, j'ai récemment lu La fée des dents, écrit par lui aussi, et je voulais compléter mon avis sur son style d'écriture.

La première phrase…

…tirée du prologue.

Vite, vite! Ils vont bientôt arriver. Il faut que tu le caches!

Sorcière ma soeur, de Graham Joyce

Une vision intéressante de la sorcellerie

Au fil du récit, Maggie (l'héroïne) se passionne peu à peu à la sorcellerie, une façon pour elle d'avoir une activité valorisante qui lui est propre, et aussi parce qu'elle se sent mystérieusement poussée à tenter l'expérience. Il est assez marrant de constater que nous aussi, on se passionne pour tous ces noms étranges, ces herbes oubliées et ces décoctions alambiquées. On aurait presque l'envie d'ouvrir un vieux traité de botanique et de le potasser à la recherche des propriétés cachées des plantes.

Sorcière ma soeur, de Graham Joyce

Puis vient la suite…

Après le premier tiers du roman, l'histoire se fait plus angoissante, l'ambiance beaucoup plus lourde. Plus Maggie s'enfonce dans cette sorcellerie, plus elle y laisse la raison, ce qui entraînera de nombreux événements dramatiques. Autant j'ai apprécié la première partie de l'histoire, où la magie de Maggie (tient, Maggie, Magie, plutôt redondant, non?) reste blanche, pure, utilisée pour soigner les petits bobos de la famille, autant la suite ne m'a pas plu du tout.

La suite du récit se fait de plus en plus sombre, triste, l'avenir de Maggie et de sa famille semble si morne, sans compter certaines découvertes plutôt macabres dont je ne parlerai pas pour ne pas en dire trop… Cette magie blanche tellement fascinante qui se mue en un amas noir et nauséabond de vieilles croyances et de rites poisseux… Le récit m'a fortement angoissée, si bien qu'à ce jour je ne l'ai pas encore terminé (il me reste trente pages, oooooooooooooh la vilaine! ^^). Ce n'est pas que le livre soit mauvais, je crois que c'est juste moi qui n'était pas dans les bonnes dispositions pour le lire. Au moment où je l'ai choisi à la bibliothèque, ça me paraissait être une bonne décision, et au moment où j'ai entamé la lecture, je me suis rendu compte que c'était une erreur.

Sorcière ma soeur, de Graham Joyce

Du grand Graham Joyce…

Ayant lu du même auteur, "La fée des dents", je peux affirmer que ce roman-ci est vraiment meilleur. Différent, certes. "La fée des dents" traitait des changements liés à l'adolescence au travers d'une histoire fantastique et fantasmagorique, "Sorcière ma soeur" est une pure histoire de terreur fantastique sur fond de sorcellerie médiévale. Dans ce livre, c'est la façon dont l'histoire dégénère progressivement qui est intéressante. L'auteur donne au lecteur l'impression très réaliste d'une longue chute vertigineuse au travers d'un tunnel grouillant, noir et gluant. Une plume très efficace…

Pour refléter au mieux l'ambiance du récit, noir et "féerique" à la fois…

Petites informations…

Un nom revient souvent dans le livre, celui de la déesse Hécate. Mais qui est-elle réellement? Déesse ou démon? Voici quelques pistes d'information…

Lu dans le cadre du challenge "Un mot, des titres", session 18 (un titre avec le mot "soeur").

Lu dans le cadre du challenge "Un mot, des titres", session 18 (un titre avec le mot "soeur").

Lu également dans le cadre du challenge "Petit Bac 2013", pour la catégorie "Gros mot" (SORCIERE, ma soeur).

Lu également dans le cadre du challenge "Petit Bac 2013", pour la catégorie "Gros mot" (SORCIERE, ma soeur).

Lu également dans le cadre du challenge "Au-delà de la peur 2013".

Lu également dans le cadre du challenge "Au-delà de la peur 2013".

Lu également dans le cadre du challenge "Mythologies du monde", dans la catégorie "ANGES, DEMONS, ESPRITS et autres créatures de légendes".

Lu également dans le cadre du challenge "Mythologies du monde", dans la catégorie "ANGES, DEMONS, ESPRITS et autres créatures de légendes".

La fée des dents, de Graham Joyce

La fée des dents, de Graham Joyce

Résumé…

" La Fée des dents ", ainsi appelle-t-on la " petite souris " qui passe sous l'oreiller des bambins en Grande-Bretagne. Une innocente invention, un conte pour enfants… jusqu'à cette nuit où le jeune Sam Southall la surprend dans sa chambre ! Voilà qui n'était pas prévu… ni le fait que la créature, qui s'appelle Quenotte, se révèle bien différente de la fée bienveillante qu'imaginent les petits. Perverse, dangereuse, elle va poursuivre Sam et sa bande de copains tout au long de leur adolescence, rythmée par des drames affreux, et changer leur vie pour toujours… Voici enfin réédité le chef-d'œuvre de Graham Joyce sur le merveilleux et l'étrangeté du monde de l'enfance, un somptueux roman initiatique dans la lignée de Stephen King et de Ray Bradbury. Un classique effrayant, nostalgique et drôle, en cours d'adaptation au cinéma."

Ce qui m'a attirée vers cette lecture…

C'est à la bibliothèque des Chiroux que j'ai loué cet ouvrage. J'ai bien accroché avec la couverture, même si je sais à présent qu'elle n'est pas très révélatrice, les couleurs m'ont beaucoup plus. Et puis le titre m'a intriguée, je me demandais ce qu'il serait possible de pondre comme histoire à partir de la légende de la petite souris. Serait-ce plus un conte merveilleux? J'avais des doutes sur le sujet mais je voulais en avoir le coeur net.

La première phrase – souvent révélatrice…

Clive torturait une salamandre.

Une vieille légende revisitée…

Une histoire bien mystérieuse que celle-ci…

Une "petite souris" déguisée en vilaine fée qui pourrit littéralement la vie de Sam et de ses proches. Le cheminement d'un groupe de jeunes garçons qui passent de l'enfance à la vie adulte. Une suite d'événements dramatiques en apparence inexplicables, et pourtant…

Si, de prime abord, on pense avoir affaire à un gentil conte légèrement revisité et plaisant à lire, je vous arrête tout de suite. Je qualifierai plutôt ce récit de conte macabre aux méandres machiavéliques et aux accents dérangeants.

Un conte macabre?

Je conserve l'appelation "conte" parce que l'on reste malgré tout dans un domaine merveilleux. Même revisitée, aussi effrayante puisse-t-elle paraître, la fée des dents n'en reste pas moins une figure fantastique qui souffle le chaud et le froid, le bien et le mal dans la vie de Sam et de ceux qu'il aime. Conte pour le côté bien, macabre pour le côté mal. En effet, si notre petite souris reste une fée, elle a aussi un côté très "méchant gobelin de la forêt maudite de Malépine". Cela se ressent d'ailleurs très fort à l'évolution de son apparence, tantôt hideuse et masculine, tantôt envoûtante et féerique. Enfin, si la fée est souvent méchante, on devine qu'elle a ses raisons, que l'on découvre vers la fin du récit.

Des méandres machiavéliques?

"La fée des dents", ou comment un événement dramatique mineur peut être la source d'une réaction en chaîne entraînement des drames de plus en plus gros. C'est un des aspects du livre que j'ai vraiment aimé, le fait que les événements difficiles traversés par les personnages ont toujours une raison d'être. Rien n'est vraiment gratuit, même si c'est parfois vraiment gore et que la raison peut paraître ridicule.

Des accents dérangeants?

J'ai lu d'autres chroniques de ce livre avant de me faire ma propre opinion, et ces chroniques n'étaient pas très positives. Les auteurs reprochaient notamment certaines scènes de sexe jugées malsaines et dérangeantes. Je comprends tout à fait ces avis, peut-être rédigés par de jeunes personnes que la sexualité met encore mal à l'aise, et donc je tenais à mettre quelques nuances sur certains points. L'auteur nous parle d'enfants qui évoluent vers l'adolescence puis vers l'âge adulte. Un peu comme dans Harry Potter, on suit nos jeunes héros pendant toute cette période délicate de leur vie. Si dans Harry Potter, l'accent est mis sur la magie – il s'agit de littérature jeunesse tout de même – ici nous sommes clairement en possession d'un roman pour adultes que je situerais presque dans la veine de Graham Masterton. Rien d'étonnant donc à ce que la sexualité soit mise en avant-plan, au même titre que le drame et l'étrange. Oui, ces scènes peuvent être dérangeantes pour un lecteur jeune qui ne voit pas nécessairement le lien avec l'histoire et qui projette son propre malaise par rapport à sa sexualité naissante. Pour un lecteur plus averti en revanche, ces scènes passent mieux dans le sens où l'on comprend, au travers de l'histoire, que les apparitions de la fée sont intimement liées aux fantasmes et à l'éveil de la sexualité de Sam. Ce n'est pas un hasard si la fée, qui lui apparaît pour la première fois lorsqu'il est enfant, se transforme peu à peu en créature fantasmagorique au fur et à mesure que Sam grandit. Elle n'est jamais finalement qu'une projection de ses propres désirs de jeune garçon. En tout cas je n'ai personnellement pas été choquée outre mesure, sachant qu'il s'agit d'un passage normal de l'évolution de tout un chacun, et sachant que cet accent porté sur cet aspect de la vie adolescente est en lien étroit avec l'histoire développée par l'auteur.

Une adaptation au cinéma!

Oui oui, ce livre a bien été adapté 🙂 Rendez-vous très bientôt pour la chronique du dit film!!

La fée des dents, de Graham Joyce

L'élément fun…

Ce qui m'a amusée dans cette lecture, ce sont les descriptions de la fée. Elles me paraissaient souvent un peu floues, abstraites, les descriptions oscillaient tellement entre la laideur et la beauté, la masculinité et la féminité, alors dans ma tête s'est formée une image qui est restée tout au long de ma lecture, celui de la femelle gremlins (dans le film Gremlins, bien sûr!).

En résumé…

Contre toute attente, j'ai apprécié cette lecture. Pas au point d'en faire un coup de coeur, mais elle m'a offert un bon moment de détente fantastique sans toutefois trop me plonger dans l'angoisse et l'horreur. Bien sûr, je ne nierai point que je préférerai toujours un bon roman de Masterton, c'est ma petite faiblesse en matière de romans d'horreur 😉 Ce n'est donc pas un roman qui sort vraiment du lot, mais il est assez original pour avoir retenu mon souffle et mon attention, et il est assez bien écrit pour m'avoir permis quelques bons moments de farniente.

Ma note : 15/20

Logo Livraddict
Lu dans le cadre du challenge "Au-delà de la peur 2013"

Lu dans le cadre du challenge "Au-delà de la peur 2013"

Lu aussi dans le cadre du challenge "Mythologies du monde"

Lu aussi dans le cadre du challenge "Mythologies du monde"

13 histoires diaboliques / Douglas E. Winter

13 histoires diaboliques / Douglas E. Winter

Aujourd'hui, vampires et monstres ne sont plus seulement parmi nous. Ils sont en nous. Atrocement, irrémédiablement humains…

Petite chronique en sirotant une sangria et en m'empiffrant de chips de légumes… La sangria, ça aurait pu bien convenir pour ce type d'anthologies. Mais mouais quoi… Sur ce coup-ci je pousse un grand mouais dubitatif et déçu. L'accroche m'avait pourtant donné envie, mais là je reste carrément sur ma faim. Tout n'était pas mauvais, bien sûr. J'ai apprécié le style de certaines nouvelles de cette anthologie. Mais pour la plupart, j'ai trouvé l'intrigue trop emmêlée, et la chute pas toujours compréhensible… Sans compter certaines histoires franchement glauques et répugnantes. Passons en revue chaque nouvelle séparément :

L'oiseau de nuit / Stephen King

L'histoire d'un reporter assoiffé de meurtres sanglants traquant un tueur en série présumé… oui, rien de très original jusque là. L'élément fantastique réside dans le fait que ce tueur commet ses meurtres à la façon d'un vampire. Le tueur se donne-t-il un genre où est-il vraiment un buveur de sang invétéré? Telle est la question… réponse dans la fin on ne peut plus sanglante!

On reconnaît bien Stephen King dans cette nouvelle. Rien que le texte qui regorge de gros mots genre "putain", "grognasse", "bordel", ça, c'est tout lui. C'est principalement la raison pour laquelle je ne suis pas fan de cet auteur.

Une femme pour déjeuner / Paul Hazel

L'histoire d'une jeune femme qui arrive dans une petite entreprise et qui est invitée par ses patrons (des types aux airs de cinglés, il faut le dire!) au restaurant où ils dînent d'habitude. A la fin de l'histoire, la jeune femme disparaît… J'ai eu vraiment du mal à suivre les premières pages de cette nouvelle. J'ai trouvé le style plutôt embrouillé. Et ma déception a été de deviner l'intrigue en arrivant à la moitié à peine du récit. Couru d'avance, en même temps…

Le baiser de sang / Dennis Etchison

L'histoire d'une jeune femme qui reçoit le scénario d'un épisode de série sur les zombies et qui veut s'approprier les droits en faisant croire que l'histoire vient d'elle (pas bien!). Tout le récit est écrit en mettant en parallèle le scénario envoyé et l'histoire en tant que telle, de façon à ce qu'on puisse voir les ressemblances entre les deux. Le scénario, lui, se termine en une grande gerbe de sang, et l'intrigue est plutôt bien ficelée. En revanche l'histoire elle-même est plutôt sans intéret…

Deuil / Clive Barker

L'histoire d'une jeune femme qui revient dans son village d'enfance pour l'enterrement de sa maman (c'est la fête des mamans demain justement ^^), et qui repasse devant ce qu'elle appelle "Le chemin du Diable", un sentier longeant une ancienne carrière et qui a longtemps suscité chez elle des terreurs sans nom. Cette nouvelle se lit avec plaisir, le style de Clive Barker est, comme à son habitude, fluide et agréable, tout en gardant ce côté mystérieux, ténébreux et diabolique. Une de mes favorites ^^

Provende / Thomas Tessier

L'histoire d'une jeune femme boulimique et obèse qui emménage dans un appartement. Un de ses voisins se prend d'affection (voire plus) pour elle et tente de lui faire admettre la nécessité d'un régime alimentaire plus adapté. La jeune femme refuse, jusqu'au jour où elle sent en elle une sorte de changement… plutôt surprenant! C'est un bon récit, mais on s'attend trop au dénouement. Un indice? Le titre, provende, signifie un aliment servant à engraisser les animaux…

Le grand dieu Pan / M. John Harrison

Ann, une quadragénaire totalement névrosée, est en proie à d'effroyables crises d'épilepsie. Ses deux amis (dont l'un semble être son compagnon mais ce n'est pas très clair) tentent de l'aider. Il semblerait qu'ils aient participer à une expérience une vingtaine d'années auparavant (mais quelle expérience?) et que ses crises en soient les conséquences.

Bon. Là je dis non. Non parce que je n'ai absolument rien capté à l'histoire! Tout s'articule autour de cet Ann, et de cette expérience faite vingt ans plus tôt, et je pensais sincèrement que la fin du récit éclairerait ma lanterne quand à la nature de cette expérience qui a rendu cette dame dans un état si pitoyable. Et ben que neni! On reste dans le flou jusqu'au bout. D'où je me demande… où est l'intérêt d'écrire des histoires si c'est pour les faire se terminer en eau de boudin? Peut-être est-ce un texte à clés qu'il faut relire pour comprendre la fin, mais franchement, je ne vois pas qui aurait envie de le relire… Je l'ai trouvé sans intérêt.

Orange pour l'angoisse, bleu pour la folie / David Morrell

L'histoire d'un historien d'art qui cherche à déceler le secret caché dans les tableau d'un peintre génial mais cinglé. Alors dans ce récit, il y a une vrai intrigue, bien prenante. Une intrigue de chez Intrigue, avec des vrais morceaux d'intrigue dedans, au bifidus intrigue et tout le tintouin (comme dans les pubs pour le yaourt ^^). Et franchement, l'idée est très bien trouvée! Ma deuxième nouvelle favorite de ce recueil.

Le genévrier / Peter Straub

L'histoire d'un gamin passionné de vieux films qui sèche la garderie pour aller tous les jours au cinéma, où il est sexuellement abusé par un vieux pervers. Un autre grand non! Non non et non même! Pourquoi diable des histoires aussi glauques et répugnantes? J'avais adoré son livre "Mystery", mais sur ce coup-là Peter Straub m'a déçue. En tout cas, il a réussi à me choquer totalement, c'est déjà un début…

Contes et légendes des morts / Charles L. Grant

L'histoire d'un monsieur qui pêche dans la rivière où il a l'habitude de pêcher, avec son meilleur ami (ou ex meilleur ami?) sur la berge opposée, son fils à côté de lui, et aussi ce qui ressemble au fantôme de sa femme (il l'appelle "la femme" tout au long du récit donc ce n'est qu'une supposition). Là encore, la finale n'est pas claire, l'auteur laisse présager que… mais qu'en est-il réellement? Moi personnellement, je n'aime pas arriver au bout du récit en me disant "Oh ben je n'ai rien compris du tout". Je suis une boulimique, j'ai horreur de rester sur ma faim!

La dernière aventure d'Alice / Thomas Ligotti

L'histoire d'une vieille dame, Alice, qui écrit des livres pour enfant dont le héros et les histoires sont complètement décalés. Une écrivain du nonsense, sommes toutes… Un jour elle doit se rendre à l'enterrement de celui qui lui a inspiré son personnage principal, et là son univers et sa raison basculent peu à peu. J'aime beaucoup le coup de plume de Thomas Ligatti. Même si sa nouvelle m'a laissée plutôt perplexe, le style était vraiment agréable à lire, et me donne même envie d'aller vers certains de ses romans.

La prochaine fois, vous me reconnaîtrez / Ramsey Campbell

L'histoire d'un jeune homme qui écrit des histoires qu'il pense être sorties de son imagination propre. Sauf que ses histoires, il les retrouve dans des best-sellers édités avant même qu'il ait eu l'idée de l'histoire. Pas mal, je dois dire, d'un point de vue intrigue et style d'écriture, même si à nouveau je reste sur ma faim.

La piscine / Whitley Strieber

L'histoire d'un jeune garçon très brillant et intelligent que son papa retrouve une nuit à moitié noyé dans la piscine du jardin. Pourquoi donc cette tentative de suicide? Courte nouvelle, mais l'idée est excellente. Un peu plus développée, la nouvelle aurait été parfaite.

A cause des ténèbres / Jack Cady

L'histoire de trois vétérans de la guerre qui ont commis pas mal d'horreurs. Ces horreurs viennent à présent les hanter, les rendant complètement fous. S'ensuit une nuit de violence et de peur dans un cimetière chinois profané… La nouvelle est longue, presque un mini roman, mais ce n'est pas pour autant que l'on comprend ce qui se passe à la fin, ni à quoi tout cela est dû. Dommage, parce qu'il y avait vraiment de la recherche et du travail dans le développement de l'intrigue. Les personnages, même s'ils sont plutôt inquiétants, sont presque rendus attachants. Mais le brouhaha de la scène finale me laisse un goût de trop peu, même si je suis certaine que l'idée en tant que telle est géniale, et que traitée autrement, ça aurait pu donner un récit détonnant.

Ma note finale : 6,5/10

Lu dans le cadre du challenge "Je lis des nouvelles et des novellas" et aussi du challenge "Petit Bac 2013" (catégorie chiffre/nombre).

13 histoires diaboliques / Douglas E. Winter
13 histoires diaboliques / Douglas E. Winter