[Chroniques] L’échiquier du mal, de Dan Simmons

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’); ga(‘create’, ‘UA-59476001-3’, ‘auto’); ga(‘send’, ‘pageview’);
[Chroniques] L'échiquier du mal, de Dan Simmons

Ils ont le talent. Ils ont la capacité de pénétrer mentalement dans notre esprit pour nous transformer en marionnettes au service de leurs perversions et de leur appétit de pouvoir. Ils tirent les ficelles de l'Histoire. Sans eux le nazisme n'aurait peut-être pas été cette monstruosité dont nous avons du mal à nous remettre, Lee Harvey Osvarald n'aurait peut-être pas été abattu par jack Ruby, John Lennon n'aurait pas été assassiné devant chez lui, les fanatismes de tous ordres ne se réveilleraient pas de façon aussi systématique et nombre de flambées de violence, tueries, accidents inexpliqués, n'auraient peut-être pas ensanglanté notre époque. Car ils se livrent aussi entre eux, par " pions " interposés, à une guerre sans merci. A qui appartiendra l'omnipotence ? Sans doute à celui qui aura le plus soif de pouvoir.

Voir la fiche du livre sur Livraddict :

Logo Livraddict

La loi de l'attraction universelle…

"Ce roman perdu dans une bibliothèque de sciences appliquées, c'est un peu comme un appel du pied pour toi, non?". Puis je reportais systématiquement, baissant honteusement les bras face au volume significatif de l'ouvrage.

Cela faisait déjà quelques temps que ce livre me faisait de l’œil. Il me toisait depuis le haut des rayonnages de la bibliothèque où je travaille, et chaque fois que je passais devant, je me disais : "Ce roman perdu dans une bibliothèque de sciences appliquées, c'est un peu comme un appel du pied pour toi, non?". Puis je reportais systématiquement, baissant honteusement les bras face au volume significatif de l'ouvrage. Jusqu'au jour où… ce fameux jour d'avril où j'ai enfin pris mon courage à deux mains pour saisir cette brique et me la mettre en prêt sur mon compte lecteur. Et le voilà à présent qui me toise du haut de mes propres étagères. Quand viendra le moment où je lui livrerai bataille?

La bataille s'engage…

Par une soirée pluvieuse d'avril, je me saisis de la chose et, embrigadée dans mon plaid, armée de ma fidèle bougie parfumée et de mon réconfortant cappuccino choco, je passe à l'attaque!

Ce roman, je ne le laisserai pas longtemps me regarder de cet air narquois. J'ai ma fierté de lectrice, vous savez, ce n'est pas une brique de mille pages qui se jouera de moi! Alors, par une soirée pluvieuse d'avril, je me saisis de la chose et, embrigadée dans mon plaid, armée de ma fidèle bougie parfumée et de mon réconfortant cappuccino choco, je passe à l'attaque!

Ce fut une longue bataille, longue et épuisante. On se la jouait parfois à l'intimidation, une sorte de guerre des nerfs qui m'usait bien plus que je ne voulais bien l'admettre. Puis j'ai contracté ce virus tropical fort peu connu qui m'a, pendant une longue période, laissée sans énergie. Je ne lisais plus que par tranches de dix pages pour ensuite piquer du nez sur le volume. C'était très frustrant, car cela laissait le temps à l'ennemi de réorganiser son récit pour mieux me surprendre au tournant.

Et donc, à cause de cette somnolence intempestive, je me suis bien plus étendue sur cette lecture que je ne l'aurais dû. Et nous voici déjà fin août… Heureusement le combat a pris fin. J'ai trouvé en moi la force de lire les cent dernières pages d'une traite. Un jour de maladie, justement. Un de ces jours où vous êtes cloués au lit par une bonne grosse trachéite doublée d'une angine. Un de ces jours où de toute façon il pleut à verse et vous vous sentez diablement mieux sous vos couettes.

Du vampirisme psychique…

L'horreur va au-delà du fait de sentir une entité pénétrer sans autorisation dans notre esprit, puisqu'on n'est plus maître de nous même, de nos actions, de nos paroles.

"Ils ont le Talent…" nous dit le résumé. Mais qu'est-ce que le Talent, sinon la capacité de pénétrer mentalement dans l'esprit pour transformer le "pion" choisi en marionnette. Les protagonistes du récit emploient le terme de viol mental, tout en faisant comprendre que ce viol-ci est le pire de tous. L'horreur va au-delà du fait de sentir une entité pénétrer sans autorisation dans notre esprit, puisqu'on n'est plus maître de nous même, de nos actions, de nos paroles. Les pions ainsi violés ne sont plus qu'une coquille vide, une enveloppe charnelle dont un marionnettiste sanguinaire tire les ficelles. Ces vampires psychique peuvent se contenter de quelques actions avec le pion choisi, d'une durée d'une heure à plusieurs jours.

Mais plus effrayant encore, ils sont capables de "conditionner" un pion afin que celui-ci leur obéisse sur le long terme. Le pion perd alors toute sa personnalité et sa volonté propre. Il continue de vivre par le biais du vampire, mais il ne reste plus rien dans ce corps de ce que fut la personne autrefois. Et même lorsque le corps se détériore au point de ne plus paraître viable, le pion continue d'avancer envers et contre tout, guidé par l'esprit maléfique de son Talentueux maître. C'est ainsi que le vampire devient créateur de zombies.

L'horreur de tout cela, c'est qu'on ne sait rien faire contre eux. Ils s'insinuent dans l'esprit par la force et, une fois installés, il est impossible de les déloger. Sauf quelques privilégiés peuvent se targuer du statut de "neutre", des esprits que rien ni personne ne peut pénétrer.

Les origines de la violence…

Notre esprit en recherche de vérité voit tout à coup les pièces d'un même puzzle s'assembler en un tableau digne de Jérôme Bosch. C'est tellement criant de vérité qu'on peine à croire que tout cela n'était qu'un mauvais rêve – ou une très bonne lecture.

Grâce à cette théorie de vampirisme mental, Dan Simmons parvient à nous faire croire que de nombreux événements historiques sanglants sont liés à ce Talent, que la violence humaine que l'on a de tout temps connu découle directement de cette spécificité psychique présente chez certains individus. Ces "révélations" sur la nature de certains êtres humains nous montrent une autre version du passé meurtrier de l'humanité, une version cachée, fantasmée, qui paraîtrait tout à fait plausible si l'on ne se trouvait pas dans un roman de fiction. L'auteur a trouvé le parfait fil conducteur pour expliquer bien des guerres et bien des tueries. On en arriverait presque à douter des explications vues au cours d'histoire, on en arriverait presque à se demander si nous n'avons pas été dupés sur toute la ligne. J'aurais pu avoir vraiment fort froid dans le dos s'il n'était pas écrit "fiction" dans le résumé du roman.

Et c'est là toute la force de ce récit. Notre esprit en recherche de vérité voit tout à coup les pièces d'un même puzzle s'assembler en un tableau digne de Jérôme Bosch. C'est tellement criant de vérité qu'on peine à croire que tout cela n'était qu'un mauvais rêve – ou une très bonne lecture.

Personnellement, j'ai eu beaucoup de mal à accrocher avec cette lecture. Pas parce que c'est mal écrit, rébarbatif ou énervant, mais justement parce que c'est si bien écrit, si réel, si poignant, qu'il m'a fallut alterner avec plusieurs autres lectures pour digérer. Je suis bien incapable de me prendre autant de violence d'un coup dans les gencives. Et pourtant, question horreur, je suis rodée… Sauf qu'ici, il ne s'agit pas de diables, de démons, ou d'esprits aussi agressifs et meurtriers que fictifs. Ici, l'auteur nous plonge au cœur de la violence humaine, au plus profond de la haine et de la noirceur de l'Homme. C'est dur à encaisser. Et encore plus dur de se dire que si le Talent existait, certains sont assez tordus pour l'employer de la façon décrite dans le livre.

Des personnages contrastés…

Il y a bel et bien deux clans opposés, un clan de bons et un clan de mauvais. Et en même temps, c'est un peu normal, on est quand même bien au beau milieu d'une partie d'échecs, non?

Certains pourraient peut-être dire que les personnages de cette histoire entrent dans un schéma trop manichéen, les "gentils" d'un côté et les "méchants" de l'autre. C'est un fait qu'on ne peut pas nier, il y a bel et bien deux clans opposés, un clan de bons et un clan de mauvais. Et en même temps, c'est un peu normal, on est quand même bien au beau milieu d'une partie d'échecs, non? Et comme sur tout échiquier qui se respecte, nous avons un côté blanc et un côté noir. Ça fait peu de place pour le gris, ça…

Mais il existe une constante chez tous les personnages de ce roman, bon comme mauvais. Chaque personne est torturée à sa façon. Que ce soit les "agents du mal" qui sont pourris jusqu'à la moelle et que le Jeu rend encore plus malades et pervertis, que ce soit Saul, le rescapé des camps de la mort que le sort de son peuple continue à torturer, que ce soit Natalie, cette jeune afro-américaine qui perd un amour naissant et qui décide de se battre pour la vengeance, que ce soit Melanie Fuller, obsédée par son amour pour Willi et sa concurrence ouverte avec Nina… Chaque personnage a sa part d'obscurité, méchant comme gentil, et c'est ce qui les rend au final si humains.

Enfin, quand je dis humain… Je parle bien sûr de ceux qui n'ont pas le Talent. Car ceux qui l'ont n'ont rien d'humain, si ce n'est l'enveloppe physique, Ils se considèrent eux-même comme faisant partie d'une espèce supérieure. Mais à la lecture du récit, on peut franchement mettre en doute ce qualificatif.

Tout est dans la plume…

Qui dit changement de personnage dit changement radical de ton et de style narratif. C'est ce qui, pour moi, fait en grande partie le génie de ce roman.

Ce que j'ai vraiment apprécié dans la façon dont Dan Simmons a écrit son roman, c'est le découpage des chapitres, ni trop longs ni trop courts. Chaque chapitre commence par le lieu et la date exacte de l'action. Comme parfois l'auteur nous emmène dans plusieurs endroits à la fois, on parvient toujours à se situer, même lorsqu'on reprend le roman après l'avoir posé quelques temps.

Ce découpage du récit en courts chapitres permet également à l'auteur de changer de personnages à chaque nouveau chapitre, ou presque. Et qui dit changement de personnage dit changement radical de ton et de style narratif. C'est ce qui, pour moi, fait en grande partie le génie de ce roman. Même sans avoir lu le nom du personnage qui narre l'histoire au début du chapitre, on sait au premier coup d’œil à qui on a à faire. Celle qui, à mon sens, est la plus remarquablement travaillée, c'est Melanie Fuller. À chaque chapitre qui lui est consacré, on s'offre une nouvelle plongée dans son esprit moisi et délabré. C'est à faire se dresser les poils des avant-bras… C'est merveilleux de voir comme l'auteur arrive à se glisser dans sa peau pour la rendre plus vivante au fil des lignes, mais c'est également effrayant de penser que quelqu'un a pu imaginer une personne aussi malsaine, car il n'est pire monstre que cette vieille femme cette créature.

Quant à l'Oberst, autre personnage dont Simmons brosse un portrait profond et complexe, il est à la hauteur de la vieille Fuller, aussi fou et sanguinaire, si pas plus encore.

Un second point que j'ai trouvé vraiment remarquable, c'est le contexte historique décrit par l'auteur. Non seulement Dan Simmons est très bien renseigné en ce qui concerne l'histoire contemporaine, notamment pour ce qui est de la seconde guerre mondiale, mais en plus il met en place l'histoire de ses personnages de façon toute à fait remarquable. Le passé de chacun est fournit, détaillé, tous les éléments se tiennent, tout paraît tellement réel que s'en est affolant. J'admire énormément le travail d'écriture, de recherche et de mise en place de l'histoire accompli par Simmons. Rien que pour cela et pour son incroyable inventivité, ce roman vaut vraiment le détour!

J'ai adoré ce moment, car en l'espace de quelques pages, l'auteur a donné à ces millions de morts une force d'action – fictive, mais jouissive malgré tout.

Un autre point fort que je souhaitais soulever, ce sont les nombreuses références que l'auteur fait à la Shoah. Saul, un des principaux personnages, est juif et a connu le génocide de son peuple. En tant que survivant, on revit à travers lui de nombreux épisodes de la souffrance juive dans les camps de la mort. Et s'il est un moment de notre Histoire qui me touche particulièrement, c'est bien celui-ci. Je me sens en révolte devant cette souffrance infligée à ce peuple, en révolte face à la négation pure et dure de leur statut d'être humain, de leur droit d'être tout simplement. Il y a, à la fin de ce livre, une scène particulièrement forte et touchante lorsque Saul affronte l'Oberst dans un grand combat psychique, mais je n'en dirai pas plus pour ceux qui désirent lire ce roman. Toujours est-il que j'ai adoré ce moment, car en l'espace de quelques pages, l'auteur a donné à ces millions de morts une force d'action – fictive, mais jouissive malgré tout (on pourrait même dire "juissif" XD).

En résumé…

Les points positifs…
  • Les personnages complexes et l'histoire très travaillée.
  • L'incroyable créativité de l'auteur et ce thème des vampires psychiques qui est juste génial, et très bien traité.
  • Le style d'écriture qui varie d'un personnage à l'autre, la plume soignée, la structure du récit.
Les points négatifs…
  • Une histoire pleine de violence qui peut parfois être lourde à digérer pour les plus sensibles.
Ma note : 19/20, il s'en est fallu de peu pour parvenir au maximum. Et oui, c'est un énorme coup de cœur ^^

Lu dans le cadre du challenge "Littératures de l'imaginaire 2015"

Lu dans le cadre du challenge "Littératures de l'imaginaire 2015"

Lu aussi dans le cadre du Baby challenge Fantastique 2015 sur Livraddict

Lu aussi dans le cadre du Baby challenge Fantastique 2015 sur Livraddict

[Chronique littéraire] Le trône de Satan, de Graham Masterton

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’); ga(‘create’, ‘UA-59476001-3’, ‘auto’); ga(‘send’, ‘pageview’);
[Chronique littéraire] Le trône de Satan, de Graham Masterton

Résumé…

Rick Delatolla se flatait d'avoir le don de flairer les bonnes affaires. Et le fauteuil en acajou richement sculpté de serpents et de corps humains entrelacés paraissait bien être l'occasion du siècle.
Jusqu'à ce que des choses étranges commencent à arriver à Rick et sa famille : arbres du jardin dépérissant en quelques heures, journées entières s'écoulant en un clin d'oeil, chien dévoré de l'intérieur par un monstrueux insecte.
Rick savait qu'il n'avait pas le choix : il fallait qu'il détruise le fauteuil avant que le fauteuil ne détruise tout ce qui comptait pour lui.
Mais le trône de Satan l'avait pris en affection et tenait absolument à lui accorder ses bienfaits…

La loi de l'attraction universelle…

Les romans de Masterton sont en quelques sortes mes romans de l'été. Certains lisent des Harlequins sur la plage, du Guillaume Musso, du Harlan Coben, ou Cinquante de nuances de Grey… moi, c'est du Graham Masterton. Pourquoi? Parce que j'ai lu mon tout premier Graham Masterton il y a un peu plus de treize ans de cela, alors que j'étais en vacances en Provence. Depuis lors, dès que j'ouvre un Masterton, c'est l'ambiance des vacances qui s'invite chez moi! Chaque année, je m'offre quelques romans de Masterton, et je les dévore au soleil ^^ Cette année, j'ai commencé avec le Trône de Satan, et je continuerai avec les Puits de l'enfer, puis le Jour J du jugement… Quel programme!

Peu d'originalité…

Ce que j'aime, d'habitude, chez Masterton, ce sont les vieilles légendes ou les croyances passées de mode qu'il va dégoter pour ensuite nous livrer une de ces compositions gore et glauque à souhait. Dans ce roman, nous avons affaire à un super fauteuil maléfice capable de tous les maléfices. Euh… ouais bon, côté originalité, on repassera, hein… Les objets maléfiques, ensorcelés ou hantés, je crois qu'on en trouve à la pelle dans la littérature d'horreur. Déjà à ce stade, je me trouve un rien déçue par rapport à ce que l'auteur nous propose habituellement. Mais je me rassure en me disant qu'il va certainement nous garder en haleine avec pleins de rebondissements, des tueries aussi sanglantes que tordues, une intrigue haletante, et une finale qu'on n'attend plus tellement la situation paraît impossible à résoudre. Eh bien…

Attention : risque de spoil!!

Eh bien non, pas de bol! Niveau gore, nous avons la mort atroce du pauvre labrador qui n'a rien demandé à personne. Ça reste courant, dans ce type de bouquins, ce sont souvent les animaux de compagnie qui y passent en premier. Parce que ça fait froid dans le dos, parce que ces petites bêtes-là, c'est tout mignon, tout Kawaï, et qu'on n'a pas du tout envie de les imaginer baignant dans leur sang, les intestins à l'air… Du coup, c'est un effet régulièrement utilisé par les écrivains d'horreur. Tellement utilisé que ça en devient trop banal, trop attendu.

Seconde scène gore? Le pauvre curé du village qui se fait massacrer par la méchante influence maléfique du fauteuil. Oui bon… Là encore, c'est trop attendu. Le curé entrait à peine dans l'histoire que je connaissais déjà le sort qui lui serait réservé. Et bien franchement, Masterton a déjà trouvé plus original et plus tordu comme façon de rendre l'âme.

Et puis après? Plus grand chose, en fait… Et quoi, merde?! C'est pas censé être LE trône de Satan en personne? Question influence maléfique, j'ai déjà vu plus impressionnant (dit celle qui n'en mènerait pas large s'il devait lui arriver ne fut-ce que le quart du dixième de ce que le héro de l'histoire subit XD). On aurait pu imaginer, je ne sais pas, moi… des gens qui deviennent fous au contact du fauteuil et qui se mettent en devoir de trucider tout ce qui passe à leur portée, peut-être. Ou des scènes où le fauteuil tuerait les gens de façon atroce et abjecte à distance. Ou encore, des scènes d'orgie où ceux qui approchent le fauteuil deviendraient incapables de contrôler leurs pulsions… Oui, enfin bon ^^'… C'est le fauteuil du diable, les mecs, on aurait pu se permettre toutes les horreurs possibles et imaginables, mais au final, non. Deux scènes de gore, un peu de surnaturel pas bien méchant à gauche à droite, c'est tout. Comme le dit Rammstein dans sa chanson "Bück dich", ich bin enttäuscht… (je suis déçue, pour les non-germanophones XD).

Et que penser du grand final, alors? Le fils du héro, l'Innocent agneau de Dieu, qui vient sauver les meubles (c'est le cas de le dire :-D) en repoussant l'infernal présence. Euh… déjà, c'est pas parce que c'est un enfant qu'il est innocent, hein. Les enfants, ça fait des bêtises comme tout le monde, ça peut dire des méchancetés, se moquer de ses petits camarades de classe et faire sa teigne quand l'envie leur en prend. Innocence, peut-être, et encore. Perfection, je ne pense pas. Et puis le coup du "Papa, je ne veux pas aller m'assoir sur le fauteuil qui fait peur", et puis quand le héro tourne le dos deux secondes, le petit va prendre sa place tout naturellement sur le trône, euh… faudra m'expliquer ce qui l'a fait subitement changer d'avis. Peut-être que Satan, qui était en train de s'incarner sur son trône, tenait un super caramel maléfique en main? Je me moque un peu, là, mais oui, c'est le résultat d'une frustration sans borne causée par un "grand final" d'à peine deux pages et demi qui laisse vraiment un goût de trop peu.

En résumé…

Points positifs :
  • C'est un roman de Graham Masterton… donc c'est censé être bien. Je dis bien "censé".
  • L'ambiance est quand même sympa et pas trop mal rendue, on ressent malgré tout bien l'influence maléfique du fauteuil sur la vie du héro et de sa famille.
  • L'impression de désespoir total quant à la résolution du problème de départ, impression souvent inhérente aux romans de Masterton.
Points négatifs :
  • Très peu d'originalité par rapport à ce à quoi l'auteur nous a habitués.
  • Intrigue et fin trop courtes et pas assez développées.
  • Exploitation du thème de Satan assez pauvreteuse, selon mon avis.
Ma note : 13/20. J'aurais pu mettre moins, mais j'ai rajouté un point ou deux pour l'ambiance générale du récit.

La pierre de rêve, de C. J. Cherryh

La pierre de rêve, de C. J. Cherryh

En résumé…

C'était un monde agreste et paisible, peuplé d'esprits, d'elfes et de biches. Et puis les Hommes sont venus, avec leurs chiens, leurs feux, et le cliquetis de leurs armes car, très vite, les tribus se sont fait la guerre. Les esprits ont fui… Seule Arafel, l'elfe hardi et fier, n'a pas quitté sa forêt, encore inviolée. Une pierre d'émeraude pâle la protège et elle ne hait pas les hommes. Alors, quand apparaît Ciaran, un jeune guerrier blessé, elle le secourt et lui offre une pierre de rêve, semblable à la sienne. Plus tard, il rejoindra Scaga, son allié, mais Ciaran n'est plus le même. Une voix d'elfe parle en lui, Arafel le hante. Et pourtant il aime Brandwyn, la fille de son hôte… Quel sera le destin de Ciaran, homme double et déchiré? Qui l'emportera en lui des hommes ou des esprits?

Ce qui m'a attirée vers cette lecture…

D'une part, le fait que ce livre, acheté sur une brocante il y a maintenant neuf ans, traînait dans mes étagères sans jamais avoir été lu ni même ouvert…

D'autre part, le fait qu'en cette année 2014, j'ai décidé d'axer mes lectures principalement sur le Fantasy et le Fantastique. Je suis une fan des deux genres, mais j'estime mes connaissances dans le domaine trop limitées pour quelqu'un qui se dit fan. J'ai donc voulu commencer l'année par la lecture d'un livre fantasy "old school" et merveilleusement rétro, avant d'entamer les derniers nés de la génération fantasy 2.0…

La première phrase…

"Il existe de par le monde des choses qui jamais n'ont aimé les Hommes, qui se trouvent là depuis bien plus de temps que l'humanité puisque, alors même que les Hommes étaient encore nouveaux sur cette terre et plus vastes les forêts, il existait des lieux où l'Homme, lorsqu'il les foulait, pouvait sentir peser sur ses épaules le poids des âges du monde."

Une bien étrange histoire…

J'avoue, je suis restée sur ma faim avec cette histoire. J'avouerais même, à ma plus grande honte, m'être occasionnellement endormie sur les cinquante dernières pages… Je n'irai pas jusqu'à dire que le récit fût ennuyeux, mais il y avait quelque chose dans la façon dont il était conté qui, personnellement, me barbait royalement, du moins sur la fin… qui, comme je l'ai dit, m'a laissée sur ma faim.

Ce qui m'a déplu? Entre autre, le fait que l'on nous serve l'histoire d'un certain Ciaran dans le résumé de la quatrième de couverture, et que l'on ne parle de lui qu'à partir de la 154e page… Jusque là, j'en étais venue à me demander si l'éditeur ne s'était pas trompé de résumé. La première partie du récit était pourtant très agréable à lire, et d'une importance capitale pour la suite de l'histoire. Mais si Ciaran est tellement important dans le récit, pourquoi ne pas l'avoir introduit avant la première partie, ne fut-ce que pour dire "Nous ne parlerons pas tout de suite de lui, mais ne vous inquiétez pas, le moment viendra où il aura son rôle à jouer dans l'histoire". Un peu comme Gollum dans le seigneur des anneaux, dont on parle dès le début mais qui n'apparaît que par la suite. J'avoue que cela m'a un peu déroutée…

Un style d'écriture pourtant agréable…

Je parlais, dans mon introduction, de fantasy "old school". Nous sommes bien en plein dedans avec cet ouvrage sorti dans les années 80 et dont le style d'écriture reflète toute une époque où la fantasy et le lyrisme ne faisaient qu'un. La poésie de la langue est ici au rendez-vous, comme le montre cet extrait :

"Les Hommes empilèrent pierre sur pierre et bâtirent des logis tièdes, et ils domestiquèrent certaines parmi les choses les plus humbles, les plus paisibles, mais les plus sombres s'enfouirent encore plus profond et les plus brillantes partirent, le coeur brisé.

Sauf l'une d'elles, dont la patience et l'orgueil étaient plus grands encore que chez toutes les autres.

Un lieu demeura donc, un lieu inviolé dans tout le monde existant, une forêt plutôt modeste tout près de la mer, tout près des humains, où le temps était différent d'ailleurs.

Et cette forêt, à un moment, avait cessé d'être un lieu accueillant. Au delà de sa lisière de grandes fougères, elle était cernée d'épineux. Des arbres morts s'y entremêlaient que nul bûcheron n'avait jamais touchés, car aucun bûcheron n'aurait osé s'aventurer en un tel lieu. Durant le jour, c'était un lieu de péril. Avec la nuit, pis encore, et jamais un homme n'aurait ,osé allumer un feu trop près des arbres anciens. En ce lieu, des choses murmuraient, et le vent marmonnait avec les arbres, ou bien avec lui-même, ou avec peut-être d'autres choses encore. Les Hommes savaient que la forêt était vieille, vieille comme le monde, et jamais ils n'avaient conclu la paix avec elle."

Bien qu'emprunte d'une grande poésie, l'écriture de C. J. Cherryh peut parfois être rebutante. Le style se fait parfois tellement abstrait que cela nuit à la compréhension de l'intrigue. Mis à part cela, l'écriture est ce que j'ai trouvé de plus positif dans cet ouvrage, car elle apporte une touche magique supplémentaire à l'ensemble.

Des prénoms à coucher dehors…

Encore un autre non-sens de ce roman… Pendant tout le récit, je me suis cassé la tête à tenter de prononcer des noms tels que Caoimhin, Cearbhallain, Aelfraeda, Siobrach, Eadwulf, Cinnfhail, Diomasach, Fitheach, et j'en passe… Bien vu, des noms d'origine celte, c'est joli, mais imprononçable pour qui n'y est pas familiarisé. Un guide de prononciation aurait été le bienvenu en début de lecture, me suis-je dit.

Et que trouvai-je à la fin du roman? Un guide de prononciation! Décidément, C. J. Cherryh fait tout à l'envers…

Pour la fin…

Les petits plus…
  • Une histoire féerique
  • Une écriture lyrique et poétique à souhait
Les petits moins…
  • Une histoire qui colle mal avec le résumé qu'on lit à l'arrière du livre.
  • Des prénoms difficiles à prononcer et à retenir.
  • Un style parfois trop lyrique qui nuit à la compréhension de l'histoire.

Ma note : 6,5/10

Lu dans le cadre du challenge Un mot, des titres, Session 21, "Pierre".

Lu dans le cadre du challenge Un mot, des titres, Session 21, "Pierre".

Lu aussi dans le cadre du challenge Petit Bac 2014, Ligne Fantasy, Catégorie Matière : La PIERRE de rêve

Lu aussi dans le cadre du challenge Petit Bac 2014, Ligne Fantasy, Catégorie Matière : La PIERRE de rêve

Lu aussi dans le cadre du challenge "Mythologies du monde", Catégorie Mythologie celtique

Lu aussi dans le cadre du challenge "Mythologies du monde", Catégorie Mythologie celtique