[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

Bien qu'il ne soit pas très récent, ce roman m'a comme qui dirait envoûtée. L'ambiance, d'abord charmante et printanière, devient très vite oppressante, gagnant en intensité au fil que l'histoire se déroule. L'écriture est plaisante, pour ne pas dire brillante. Chaque élément d'intrigue est amené au compte-goutte, si bien qu'on ne parvient que difficilement à décrocher du livre.

Acherontia

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

Aucun homme ne doit savoir, ni aucune femme en parler. Sinon…

Un peintre new-yorkais, sa femme et sa fille d'une douzaine d'années réalisent enfin leur rêve : s'installer à la campagne. Ils trouvent une vieille maison dans un village où les habitants vivent encore selon les coutumes ancestrales. Nos citadins sont aussitôt séduits par ces gens si proches de la nature, par cette vie toujours rythmée par les fêtes traditionnelles. Pourtant, peu à peu, l'inquiétude s'installe : Quels sont exactement ces rites de fertilité dont on parle à mi-mots ? Ce culte de la terre si vivace, si pittoresque, n'impliquerait-il pas des sacrifices humains ?

 

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

On ne peut pas vraiment dire que je me sois sentie attirée par la couverture… Comme beaucoup de romans des années 90, le graphisme n'est pas vraiment au rendez-vous… Alors pourquoi un tel choix?

C'est que cela fait quelques temps déjà que je me passionne pour la collection Terreur des éditions Presses Pocket. C'est une vieille collection, et elle n'est plus publiée, certes, mais c'est avec elle que j'ai commencé à lire des romans d'épouvante, donc je la porte tout naturellement dans mon coeur. Régulièrement, lorsque je dévalise les foires aux livres et les bouquinistes, j'achète les tomes qui me manquent encore (et ils sont assez nombreux…), le but étant d'un jour réunir la collection complète, même si tous les titres qui la composent ne se valent pas.

C'est dans le cadre de cette collection que j'ai acquis ce roman au titre qui prête à sourire. Et c'est aussi grâce à ce titre en particulier que j'ai enfin décidé de sortir ce roman de ma PAL. Début janvier, je me suis inscrite à un challenge sur le site Livraddict, qui consiste à se trouver un binôme lecteur, puis de piocher dans sa PAL deux romans qui nous intriguent. Gilsayan, mon binôme, a très judicieusement porté son premier choix sur ce titre un peu bizarre.

Je vous invite donc à découvrir ce qui se cache derrière…

Le temps revêtait le passé d'une patine de tendresse et l'on ne se souvenait plus combien, en ce temps-là, l'homme devait travailler dur et longtemps pour se nourrir, comme il était difficile de mettre au monde un enfant, comme il y avait peu de médicaments, peu de confort ; combien la vie était austère.

La fête du maïs, de Thomas Tryon

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

Le roman commence gentiment, calmement. Le lecteur a tout le temps qu'il veut pour se plonger progressivement dans l'univers bucolique et conservateur du petit village de Cornwall Coombe. En gros, cela commence par l'exode d'un couple new-yorkais d'âge moyen et de leur fille ado décident. Alors qu'ils commencent à se lasser de leur vie citadine, ils décident de retourner vivre à la campagne. Leur beau rêve prend forme un peu par hasard, lors d'un déplacement en voiture au cours duquel ils empruntent des routes qu'ils ne connaissent pas pour visiter la région. Ils découvrent un magnifique village à l'ancienne, niché au creux d'une nature luxuriante et sauvage. Et, comble du bonheur, leurs pérégrinations les conduisent tout droit vers une grande maison qui semble abandonnée. Ils se renseignent auprès du voisinage pour voir si elle est à vendre, repartent bredouilles à New York, pour recevoir quelques temps plus tard un coup de téléphone de la propriétaire, qui accepte de céder son bien à un prix dérisoire.

L'histoire s'axe alors sur les rénovations de la maison et l'intégration de cette gentille famille citadine au petit monde très fermé du village. Peu à peu, on apprend à connaître les personnages les plus influents du village. La Veuve Fortune, par exemple, qui fait office de doyenne et de rebouteuse, et qui semble connaître tout ce qu'il y a à connaître sur cet écrin de verdure. Il y a aussi les Dodd, le couple voisin de la maison. Et toute une kyrielle d'autres protagonistes, tous aussi hauts en couleurs les uns que les autres. Des personnages que l'on apprécie, ou que l'on déteste, c'est selon. Mais une chose est certaine, aucun d'eux ne laisse indifférent.

Personnellement, j'ai adoré ce retour campagnard, cette volonté qu'a le couple new-yorkais de "retourner à la terre", comme ils le disent, de sentir à nouveau la terre sous leurs pieds et la nature autour d'eux, de revenir à des valeurs plus essentielles et de sortir du rythme effréné de la vie urbaine. Je ne peux que les comprendre. Moi-même, je me dis souvent que ce rythme de vie plus que soutenu est vain, tout comme l'est le fait d'être hyperconnecté, de courir sans cesse après le temps, de ne plus apprécier le moment présent comme il se doit… Je me dis souvent que l'on passe à côté de choses tout à fait essentielles, sans toutefois pouvoir changer de mode de vie. Et moi qui suis une campagnarde, à la base, je n'ai pu qu'apprécier ce retour à la nature, ainsi que ce village dont les bons côtés ne sont pas sans rappeler ceux de mon village d'enfance.

Oui, je parle des bons côtés, notez bien… Car, bien sûr, les problèmes pointent bien vite le bout de leur nez, comme vous l'imaginez. Très rapidement, on ressent que les habitants du village ne sont pas nets, qu'ils cachent bien des choses. L'ambiance, de prime abord ensoleillée, légère et accueillante, se fait de plus en plus oppressante au fil des pages. Il y a cette tombe creusée à l'écart du cimetière ; sa pierre tombale mentionne une mystérieuse jeune femme dont tout le monde refuse de parler. Il y a Missy Penrose, une fillette retardée qui semble posséder de curieux dons de divination. Il y a ce culte que les habitants du coin semblent vouer au maïs ; et de façon plus large, il y a le fait qu'ils soient si conservateurs…

J'aimais l'atmosphère de ces lieux, leur aspect tranquille, bucolique, la sensation de paix qui se dégageait des maisons, des pelouses soigneusement entretenues, des jardins nouvellement fleuris. J'aimais cette vigueur, cette pérennité dont étaient empreints les passants eux-mêmes, des paysans simples, aux visages simples de campagnards. On sentait une sorte de vénération pour le passé, un effort intransigeant pour conserver les choses telles qu'elles étaient autrefois et peut-être même une résistance à admettre les choses telles qu'elles sont.

La fête du maïs, de Thomas Tryon

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

Le premier élément qui est venu m'inquiéter, ce n'est pas ce que les habitants cachent, mais plutôt ce qu'ils montrent ouvertement, c'est-à-dire leur conservatisme à toute épreuve. En fait, le village de Cornwall Coombe tout entier semble être resté à une époque reculée, un reliquat de la fin des années 1800, ou du début du siècle dernier. Petite parenthèse, j'ai même trouvé complètement incroyable cette façon qu'a l'auteur de décrire ce village. On ressent si bien l'ambiance qui s'en dégage qu'on a presque le sentiment d'évoluer dans une vieille carte postale sépia! On sent même les odeurs du cru, la bouse des champs, la poussière des habitations, l'odeur du linge de maison nettoyé à l'ancienne, les relents rances des remèdes de grand-mère, le fumet riche de la cuisine traditionnelle, le crottin des chevaux qui conduisent les calèches, les effluves corporelles peu recommandables, et j'en passe.

La première chose à laquelle j'ai pensé, c'est que j'avais peut-être affaire à une sorte de boucle temporelle, un étrange phénomène qui ferait que cette portion précise de l'Amérique reste figée à la même époque, sans plus évoluer. Je me suis souvenue du film Le jour de la marmotte, où le héros ne cesse de se réveiller le matin du même jour, pour revivre sans cesse les mêmes aventures.

Outre mes supputations alambiquées, je trouve toujours un tel niveau de repli sur soi très inquiétant. Ces gens sont si enfermés dans leurs anciens schémas, si intolérants à tout ce qui vient de l'extérieur et tout ce qui représente le progrès, qu'on ne peut que craindre pour la survie des nouveaux arrivants. Heureusement pour ces derniers, ils viennent avec la totale volonté de laisser derrière eux la ville et leur ancien mode de vie. Ils se montrent même plutôt charmés par les manières désuètes et les vieilles superstitions des gens du cru. C'est même ce qu'ils recherchaient en emménageant dans le trou de cul du monde, si je puis dire.

De chaque côté de la route s'étendaient des champs de maïs déjà haut ; je dis que la récolte promettait d'être bonne et la Veuve acquiesça.
"Je le savais. J'ai écouté pousser le maïs pendant tout l'été. Oh! oui ; on l'entend très bien. Vous viendrez avec moi, une nuit, l'année prochaine. Ne riez pas, ce ne sont pas des balivernes, et vous l'entendrez, vous aussi. Le doux bruissement des feuilles, doux comme des ailes de fée. Et les tiges qui s'élancent vers le ciel, les épis qui se gonflent, petit à petit, jusqu'à ce qu'on entende éclater leur enveloppe. C'est quelque chose que d'entendre pousser le maïs, par une chaude nuit d'été, à la clarté mauve de la lune. C'est à ce moment-là qu'on peut dire que la terre a rendu la semence au centuple."

La fête du maïs, de Thomas Tryon

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

Je pense que tout aurait pu se passer à merveille pour nos nouveaux arrivants, s'ils s'étaient pliés sans broncher aux vieilles traditions imposées par leurs nouveaux concitoyens. Mais vous le savez, n'est-ce pas… il y a toujours un mais! Écartez-vous un tant soit peu du carcan imposé, et vous serez au mieux pointé du doigt, au pire mis au ban de la société. Et tant qu'à faire les choses comme il faut, pourquoi ne pas devenir l'objet d'une chasse aux sorcières, ou d'une conspiration? Allons, soyons fous!

Vous connaissez peut-être cette chanson de Rammstein, Rosenrot. "Tiefe Wasser sind nicht still…", nous dit le chanteur. Comprenez par là que les eaux profondes ne sont pas calmes. Et que dire, dans ce cas, des très vieilles eaux, aussi obscures que la fin des temps, et aussi décomposées que les siècles qui passent?

Dans ce roman, tout est question d'apparence. Les villageois les plus sympathiques pourraient bien se révéler être les plus machiavéliques. Les fantômes et autres créatures surnaturelles entr'aperçus au clair de lune pourraient bien être plus humains qu'on le pense. Et si cette petite société rurale ne reposait pas tout à fait sur les mêmes principes que la société que l'on connaît, même avec un ou deux siècles de retard? Je vous le dis, méfiez-vous de l'eau qui dort…

Bientôt il ne resta plus personne, que moi.
Et le mouton étripé.
Et Missy Penrose.
Elle respirait par la bouche et émettait d'étranges sonorités, incompréhensibles, en regardant la cavité béante. "Mmm-um-nmm." La panse n'était plus rouge, une bile noire s'écoulait maintenant des tissus déchirés. Elle y plongea les doigts et les ressortit encore plus sanglants, encore plus noirs, les leva vers le ciel. Son corps se raidit et se mit à trembler. "Mm, um, nmm, mm."

La fête du maïs, de Thomas Tryon

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

Qu'est-ce qui se cache derrière cet étrange culte du maïs, derrière ces fêtes populaires et ces traditions qui entoure la culture de cette plante au demeurant si banale? Superstitions, croyances désuètes, remèdes de grand-mère, rebouteux, rites ancestraux et impies… Allez, je laisse un peu votre imagination galoper!

Quoi qu'il en soit, personnellement, je n'ai pas pu une seule seconde deviner ce qui allait se passer. La fin m'a totalement bluffée, pour mon plus grand plaisir. Le seul petit bémol, c'est que je n'ai pas été suffisamment terrorisée. Peut-être n'était-ce pas vraiment le but de l'auteur, d'ailleurs… J'ai le sentiment que son objectif premier était avant tout de mettre l'accent sur l'ambiance suffocante, et de baser l'intrigue sur les déviances qui peuvent arriver lorsqu'une communauté vit aussi repliée sur elle-même. Ceci dit, il y avait quelques éléments d'intrigue que j'ai trouvé particulièrement ingénieux. Je ne vous en dit pas plus, sinon ce n'est pas marrant. Mais honnêtement, je vois mal un lecteur capable de deviner ce qui se cache derrière chaque personnage, derrière chaque tradition et derrière chaque secret.

Une belle découverte, vraiment!

Toutes deux avaient le corps en épis de maïs, de grands yeux dans une tête de paille, des jambes de paille et, pour vêtements, des chiffons en lambeaux. La poupée de Missy n'était qu'un jouet d'enfant, mais l'autre… Je contemplai son visage étrange, effroyable, essayant encore de comprendre ce qu'elle était. Elle représentait, de toute évidence, une femme car de grosses protubérances, des seins, étaient fixées au corps de maïs et le sexe était clairement défini par une fente profonde entre les jambes.
Qu'était-ce? Quelle main avait fabriqué cela? Je me rappelai tout à coup un de mes livres d'histoire de l'art. Je pris l'ouvrage sur l'étagère et l'ouvris au chapitre "Art primitif"…

La fête du maïs, de Thomas Tryon

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

Bien qu'il ne soit pas très récent, ce roman m'a comme qui dirait envoûtée. L'ambiance, d'abord charmante et printanière, devient très vite oppressante, gagnant en intensité au fil que l'histoire se déroule. L'écriture est plaisante, pour ne pas dire brillante. Chaque élément d'intrigue est amené au compte-goutte, si bien qu'on ne parvient que difficilement à décrocher du livre.

L'intrigue proposée est tout bonnement géniale, et bien malin sera celui qui pourra deviner la chute avant la dernière page. L'auteur maîtrise l'art d'étonner ses lecteurs en le mettant sur de fausses pistes. Et puis j'ai adoré ce village qui semble tout droit sorti d'une vieille carte postale victorienne, avec ses superstitions, ses rites, ses traditions. Tout cela sent tellement la poussière, la boue et la magie païenne!

Ce que je retiens de ce roman, surtout, c'est, au final, cette analyse très pointue de ce qui peut se passer au sein de certaines communautés vivant en autarcie complète, avec toutes les dérives que peuvent engendrer l'étroitesse d'esprit et la volonté de respecter à tout prix les traditions.

Je n'ai pas souvent dit cela au sujet de romans qui commencent à dater, mais je pense que ce roman précis mériterait une édition plus récente et plus coquette. Les quelques éditions faites par le passé (je crois que la dernière date de 1991) ont vraiment un look douteux qui ne donnent pas vraiment envie de découvrir l'histoire. Je crois que cela vaudrait la peine d'y penser. Après tout, la quatrième de couverture de mon édition en parle comme "l'un des livres clé de la terreur moderne", et je ne suis pas loin de partager cet avis…

Le vent souffla de nouveau, de nouveau la chose cria. Le corbeau lança un croassement plaintif, mortuaire. Je me sentis soudain très seul au milieu de cette clairière. Je regardai de nouveau l'arbre, essayant de percer le secret de cette créature grotesque. Son expression de défi acharné était à la fois mystérieuse et révélatrice, preuve que la vie lui avait été dérobée à un moment de refus ou de protestation.

La fête du maïs, de Thomas Tryon

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
Lu dans le cadre du challenge "Pioche dans ma PAL", session du 1er janvier au 28 février 2017

Lu dans le cadre du challenge "Pioche dans ma PAL", session du 1er janvier au 28 février 2017

Lu dans le cadre du challenge "Défi lecture 2017", thème n°23, un livre dont un des personnages est docteur (ici : la Veuve Fortune est docteur et rebouteuse)

Lu dans le cadre du challenge "Défi lecture 2017", thème n°23, un livre dont un des personnages est docteur (ici : la Veuve Fortune est docteur et rebouteuse)

[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon
[Chronique épouvante] La fête du maïs, de Thomas Tryon

N'hésitez pas à rejoindre notre petite communauté sur la page Facebook du blog! Plus on est de fous, plus on s'amuse ^^

Retrouvez-moi aussi sur Twitter, sur le compte @Acherontia_Nyx, ou sur Instagram, sur le compte Acherontia Nyx!

Votre dévouée,

Acherontia.

[Chronique littéraire] Le jour J du jugement, de Graham Masterton

(function(i,s,o,g,r,a,m){i[‘GoogleAnalyticsObject’]=r;i[r]=i[r]||function(){ (i[r].q=i[r].q||[]).push(arguments)},i[r].l=1*new Date();a=s.createElement(o), m=s.getElementsByTagName(o)[0];a.async=1;a.src=g;m.parentNode.insertBefore(a,m) })(window,document,’script’,’//www.google-analytics.com/analytics.js’,’ga’); ga(‘create’, ‘UA-59476001-3’, ‘auto’); ga(‘send’, ‘pageview’);
[Chronique littéraire] Le jour J du jugement, de Graham Masterton

Le livre…

Être pris en otage par un démon n'est déjà pas très rassurant. Mais quand il vous demande de l'aider à se libérer de ses camarades…

Les treize chars avaient débarqué en Normandie le 13 septembre 1944. L'un d'entre eux, un Shermann, était resté, abandonné depuis la fin de la guerre, sur le bas-côté de la route.
Les gens évitaient de s'en approcher. Ils disaient que, par les nuits les plus sombres, on pouvait entendre les morts, l'équipage, parler entre eux à l'intérieur du char. Dan McCook voulut en avoir le cœur net. C'était déjà une erreur. Mais, surtout, jamais il n'aurait dû desceller le crucifix qui fermait la tourelle.

Logo Livraddict

La loi de l'attraction universelle…

Le jour J du jugement est mon second roman de Masterton "estival" (pour ceux qui n'ont pas lu ma précédente chronique, j'y explique que les romans de Masterton sont pour moi des sortes de romans harlequins que j'aime particulièrement lire pendant la période de vacances estivales).

Du coup, pour l'originalité, je suis servie…

Je me disais "Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire de char hanté, c'est complètement ridicule, je ne vois vraiment pas comment Masterton peut en faire sortir quelque chose de bon". Et pourtant…

Ce qui m'a aussi fait craquer pour ce roman en particulier, c'est le résumé. Je me suis sentie intriguée par cette histoire de char hanté, et j'ai eu envie de pousser plus loin ma curiosité. En lisant les premières pages, je me disais "Mais qu'est-ce que c'est que cette histoire de char hanté, c'est complètement ridicule, je ne vois vraiment pas comment Masterton peut en faire sortir quelque chose de bon". Et pourtant, je n'ai pas du tout été déçue par la créativité de l'auteur. Une histoire de démons, ça paraît bien banal pour un roman d'horreur. Mais Graham Masterton a su y mettre sa touche personnelle en mêlant la démonologie à la seconde guerre mondiale, deux sujets qui semblent très éloignés l'un de l'autre (et encore, si l'on peut imaginer qu'Hitler ait été possédé) et qui au final se retrouvent étroitement liés. J'ai beaucoup apprécié l'histoire des treize diables de Rouen, et même si à l'heure actuelle j'ignore encore s'il s'agit d'une histoire véridique ou non, ce récit constituait une base solide pour asseoir les théories démonologiques de l'auteur.

Le seul bémol? Le démon principal dont il est question dans le roman, Elmek… Je trouvais que ça sonnait comme un nom de dentifrice!

Un concerto d'horreurs…

Entre les dégorgements d'asticots, les intestins qui se liquéfient, la pestilence, les difformités, certains pourraient trouver de quoi s'amuser.

Vous vous en doutez, avec les démons, on ne plaisante pas! Masterton l'a mieux compris dans ce roman-ci que dans celui que j'ai lu précédemment, "Le trône de Satan", et nous propose une jolie brochette de surprises horrifiques en tout genre. Oui, enfin, brochette… c'est presque le cas de le dire! Entre les dégorgements d'asticots, les intestins qui se liquéfient, la pestilence, les difformités, certains pourraient trouver de quoi s'amuser.

Mais ce n'est pas encore assez à mon goût. En matière d'horreur, je suis une lectrice plutôt exigeante. À la manière des démons, je réclame ma dose de sang. Si je n'en ai pas assez eu lorsque je ferme le roman, je reste sur ma faim. Selon moi, le démon reste un peu trop sagement tapi au fond de sa boîte (les lecteurs du roman comprendront ^^). Au lieu de profiter de sa liberté retrouvée pour faire les 400 coups autour de lui, il attend gentiment que ça se passe. Et vous appelez ça un démon? Alors en plus, quand on sait qu'ils sont censés être treize…

Une finale très "mastertonienne"…

On dit que le hasard fait bien les choses, mais ici le hasard a mis ses gros sabots pour entrer dans un magasin de porcelaine.

Ce que je reproche aux finales de Masterton, c'est ce côté théâtral où tout part dans toutes les directions et où, finalement, on ne s'y retrouve plus vraiment. Ici, sans vouloir spoiler, on se retrouve au beau milieu d'une grande bataille entre les démons et les anges, mais attention hein! Pas n'importe quels démons ni n'importe quels anges… L'auteur va tout de suite chercher les grosses pointures – son côté théâtral, à nouveau.

Une autre chose que je reproche à cette finale, c'est que bon nombre d'éléments qui viennent aider le héro sont trop attendus. On dit que le hasard fait bien les choses, mais ici le hasard a mis ses gros sabots pour entrer dans un magasin de porcelaine. À nouveau sans vouloir spoiler, la vieille dame qui habite chez les Passerelles a, comme par hasard, un anneau de cheveux provenant d'un sacrifice ainsi qu'une poudre qui serait censée être les cendre d'un morceau du saint suaire. Comment les a-t-elle eu? L'auteur ne s'étend évidemment pas sur le sujet. En revanche, c'est justement de ces objets précis dont le héro aura besoin pour sauver sa peau et celle de l'humanité tout entière. Ben tient… Non non, je ne m'attendais pas du tout à ce que le héro sorte ces artéfacts aux moments les plus critiques – dis-je en essayant de faire l'étonnée.

En résumé…

Points positifs :

  • Une histoire qui aurait pu être banal mais que l'auteur pimente en y ajoutant des éléments auxquels on ne s'attend pas.
  • Une histoire bien ficelée même si ça part un peu dans tous les sens à la fin.
  • Une belle brochette de scènes d'horreur.

Points négatifs :

  • La fin trop théâtrale.
  • Certains éléments sont trop attendus.
  • Pas encore assez de gore à mon goût.

Ma note…

16/20, parce que j'ai tout de même passé un très chouette moment de lecture!

Lu dans le cadre du challenge Littérature de l'imaginaire 2015

Lu dans le cadre du challenge Littérature de l'imaginaire 2015

La mort noire / Graham Masterton

Illustration de Fabrice Lavollay

Illustration de Fabrice Lavollay

Le docteur Petrie est médecin à Miami. Pour la première fois de sa carrière, il est confronté à une maladie dont il ne reconnaît pas les symptômes. En quelques heures, ce qui n'était à ses yeux qu'une grippe sans importance prend l'aspect d'une épidémie bactériologique foudroyante. Tandis que les responsables du département de la Santé publique soutiennent la thèse du phénomène éphémère, la situation se dégrade. Le doute n'est plus permis : il s'agit d'une affection mortelle très contagieuse, dont la virulence se trouve décuplée par une mutation inconnue. Peu à peu, la ville sombre en plein chaos. Les autorités américaines ne vont pas hésiter à employer des méthodes radicales afin de circonscrire l'épidémie… Le docteur Petrie en réchappera-t-il ? Sauvera-t-il sa famille ?

Une œuvre mal équarrie…

Sorti en 1977, ce roman est la troisième œuvre d'horreur de l'auteur. Et cela se sent… le récit présente pourtant déjà les principales caractéristiques de Masterton, dont je vous ai parlé dans ma biochronographie de samedi dernier. La mort y est omniprésente, évidemment, il s'agit d'une épidémie de peste! Mais l'imagination de l'auteur n'a pas encore assez d'expérience pour se déployer tout à fait. Du coup, on assiste à des scènes grosses comme des camions, complètement bateau, on les voit venir à deux kilomètres… Le coup du brave médecin qui s'aventure dans les rues jonchées du cadavre et qui tique sur celui d'une jeune femme de 25 ans, fraîchement mariée et enceinte… Que peut-on imaginer de plus horrible? Et en même de temps de plus évident comme exemple de mort atroce… On a l'impression que l'auteur en fait des tonnes pour donner à son roman des airs chaotiques, mais il y a tellement de tonnes que ça en devient trop lourd. L'excès nuit en tout, dit-on…

Le sexe est aussi relativement présent, comme on pouvait s'y attendre (un livre de Masterton sans sexe n'est pas vraiment un livre de Masterton). Mais bon, à peine deux scènes, dont une très courte et qui laisse entrevoir la morale douteuse des personnages, ce qui peut décevoir le lecteur qui s'en était fait une image plus que positive jusque là. Enfin, ça reste compréhensible, en temps de peste, on pense généralement fort peu aux relations sexuelles. Il faut dire que l'odeur des cadavres et la possibilité d'être infecté, ça refroidi pas mal…

L'appel vers le surnaturel est dans ce livre inexistant. Non, la peste ne vient pas d'un vilain démon qui aurait décidé de répandre sa semence sur terre pour perpétuer sa race et la mêler à celle des hommes. Tout est très terre à terre, l'erreur parfaitement humaine, et la solution inexistante. Voilà qui a déçu mes appétits de lectrice fantastico-fantasienne! Mais on ne peut pas tout avoir dans la vie, surtout que l'ouvrage propose tout de même quelques points positifs.

Une ambiance pesante, une intrigue prenante…

Si Masterton n'est en encore qu'à ses balbutiements, il peut déjà être très fier de lui! Outre les quelques remarques ci-dessus, l'intrigue de livre tient tout à fait la route. On parvient malgré tout à se prendre au jeu et se laisser entraîner dans l'histoire sans trop de difficulté. C'est que l'auteur possède un style d'écriture très agréable à lire et qu'il n'a pas son pareil pour captiver le lecteur d'entrée de jeu. Le scénario de départ est simple mais efficace, laissant ouvert tous les champs du possible. L'histoire principale du Docteur Petrie se ramifie par la suite pour montrer différentes tranches de vie au travers d'aventures qui vont mener à une rencontre des différents protagonistes. Couru d'avance, mais agréable malgré tout, car on se demande tout au long du livre comment ils vont se rencontrer, et on ne s'attend pas particulièrement à la réponse donnée par l'auteur. Car si on peut encore prévoir l'histoire jusqu'au premier tiers du roman, la suite est tellement riche en rebondissements qu'on garde malgré tout l'effet de surprise de la finale. Une finale en demi-teinte, d'ailleurs, qui nous laisse, non pas déçu mais un peu sur notre faim.

Quant à l'ambiance du roman, c'est un des points les plus réussis, selon moi. Pesante et glauque à souhait! Avec de bonnes descriptions qui viennent étoffer notre impression naissante de chaos totale et de désespoir.

En résumé…

Pas une pure réussite, sans toutefois être un total foirage… Je dirais que ce roman était intéressant d'une part pour se faire une idée de l'évolution de l'auteur au fil de ses romans, d'une autre part parce que l'intrigue m'a quand même tenue en haleine jusqu'au bout, et qu'au final j'ai passé un moment de lecture divertissant.

 

 Ma note : 7/10

 

Logo Livraddict

La mort noire / Graham Masterton

Lu dans le cadre du challenge "Au-delà de la peur 2013".

La mort noire / Graham Masterton

Lu aussi pour le challenge "Petit Bac 2013", dans la catégorie Couleur.