It’s always teatime! #2

It's always teatime! #2

A teatime with… Olivier Pietroy

Bonjour bonjour!

Aujourd'hui, je continue ma lecture de cette belle anthologie qu'est Légendes. La nouvelle qui suit n'est pas du genre fantastique, mais s'inscrit clairement dans un courant fantasy. Mais ce n'est pas grave, car certains éléments (la Banshee notamment) relèvent de vieilles légendes qui sont, elles, bien fantastiques.

It's always teatime! #2

Le thé…

Pour cette nouvelle tea party, j'ai choisi un thé vert aromatisé répondant au nom de "Spirit of summer". Ce thé est un vieux souvenir d'un voyage à Londres, où je l'avais acheté à la Tea House de Covent Garden.

La nouvelle…

Il s'agit d'une nouvelle publiée dans le recueil Légendes, dirigé par Jacques Fuentealba.

L'hiver de Belen, d'Olivier Pietroy

Eltran, habitant d'un petit village insulaire, vient de se marier. Lui et son épouse filent le parfait amour. Au point que, le jour où une Banshee annonce à Eltran que la guerre est à leurs portes, celui-ci craint pour la vie de sa femme et de son enfant à naître, et pense aux épouses et aux enfants des ennemis qui mourront au combat.

La plume est simple, mais efficace et poétique. J'ai beaucoup apprécié les questionnements du héros à propos de l'utilité de la guerre, ses doutes, son dégoût de ce qu'il est en train de faire, et la nécessité qu'il a pourtant de le faire. C'est un joli conte qui met en avant l'absurdité de la guerre et des pertes humaines qui l'accompagnent. Du coup, pour moi, la chute est passée un peu inaperçue, même si elle était bien présente, et très logique.

Almetera allait bientôt me rejoindre. Je l'avais prise pour épouse, mais la coutume, ici, exige une première séparation avant la vie commune. Ainsi, elle vivait dans une autre demeure, en compagnie de ses parents. Un rite certainement destiné à apprendre la solitude aux promises puisque les guerriers de Schittily meurent souvent au combat.

Je connaissais Almetera depuis bien des saisons. Nous avions suivi l'enseignement dispensé par Hogan, le prêtre du village, puis j'avais dû la quitter pour accomplir mon éducation militaire à Skaaren, le hameau voisin. De retour sur nos terres, mon entraînement terminé, j'avais demandé sa main.

Voilà que quatre lunes plus tard, nous allions fonder notre propre foyer. J'avais construit cette coquette habitation de mes propres mains. Son agencement ne comptait rien d'extravagant ; des murs de pierres noires, un toit de lauzes et des portes en sapin achetées chez un marchand du continent. Il n'y avait pas de quoi s'extasier, mais cette bâtisse verrait notre amour perdurer, naître nos enfants et offrirait un dernier refuge idéal à nos corps fatigués.

En ce jour, cet abri douillet allait s'emplir d'un souffle vital, pur et féminin. Je me posai sur le banc de bois, que j'avais confectionné, et attendis l'arrivée de ma dulcinée. Elle se présenta accompagnée de ses trois sœurs. Comme le veut la tradition, elle portait une couronne d'épines et une robe de laine. Nous avions célébré les fiançailles ascétiques, nous devions connaître les fiançailles de fusion, après, et seulement après, nous serions considérés comme du même sang.

L'hiver de Belen, d'Olivier Pietroy

Ma progression dans le recueil

2 nouvelles lues sur 21!

À très bientôt pour une nouvelle tea party!

Si vous appréciez ce concept, n'hésitez pas à faire pareil et à venir parler des nouvelles que vous avez lues, soit en commentaire de cet article, soit sur la page Facebook du blog!

It’s always teatime! #1

It's always teatime! #1

A tea party with… Nicolas Chapperon!

Bonjour tout le monde!

Vous le savez peut-être déjà, je me suis prise de goût pour l'écriture de nouvelles, mais je constate que j'en ai lu trop peu sur ma courte vie. Or, cela peut s'avérer utile pour glaner des idées et apprendre à construire ces courtes histoires d'une main de maître. Afin de remédier à ce triste constat, j'ai décidé de vous donner rendez-vous les samedi à 16h (les vendredis et les dimanches aussi, mais cela, je vous l'expliquerai les jours concernés ^^). Une tasse de thé à la main, je lirai une (ou plusieurs) nouvelle(s) fantastique, et vous donnerai mon avis dans un court article.

Cela me permet, d'une part, de lire davantage de nouvelles et de découvrir de nouveaux auteurs, et d'une autre part de progressivement vider ma PAL des grosses anthologies qui la peuplent. Et, par la même occasion, de tester de nouveaux thés et/ou tisanes 😉

Je ne sais pas encore si ce rendez-vous sera hebdomadaire ou pas… Il est à l'essai jusqu'en septembre. Dès lors, je devrai décider d'une fréquence, en fonction de ce que je peux lire, de ce que je peux chroniquer, et aussi de ce que mon corps peut absorber sans trop prendre de poids (déjà que j'essaie d'en perdre…)!

Mais cessons de tergiverser, et allons boire cette tasse de thé avant qu'elle ne refroidisse!

It's always teatime! #1

Le thé…

Cette semaine, j'ai choisi de goûter au Thé des belges, un thé au spéculoos que j'ai déniché à l'Avouerie d'Anthisnes…

La nouvelle…

La nouvelle que j'ai lu aujourd'hui provient d'un recueil intitulé "Légendes!" et dirigé par Jacques Fuentealba. Je l'avais acheté cette année au Salon fantastique de Paris parce que j'avais craqué pour la couverture. Voici la nouvelle en question :

Le soldat à la cuillère, de Nicolas Chapperon

La nouvelle nous relate l'histoire du soldat à la cuillère, un homme ordinaire devenu une divinité par la force des choses. Une divinité vénérée dans un tout petit temple en bas d'une rue obscure…

J'ai trouvé cette nouvelle fort sympathique, d'une part parce qu'elle contient une bonne dose d'humour, d'une autre part parce qu'elle débute par un sujet auquel on ne se serait pas attendu au vu du titre. La nouvelle débute sur l'extrait ci-plus bas, puis dérive sur une histoire rocambolesque, qui finit par le coup d'éclat du soldat à la cuillère. Jusqu'à la fin, je me suis demandée où l'auteur voulait me mener, quelle allait être la chute, et surtout, qui était ce fameux soldat à la cuillère… Le titre paraît incongru quand on voit que l'histoire parle de religions et de divinités, mais ne vous en faites pas, tout s'éclaire à la fin!

S'il vous arrive un jour d'être lassé par votre divinité tutélaire, de ne plus supporter la routine de ses cérémonies, d'exécrer les discours creux de vos prêtres, alors il est temps de vous rendre sur la rue des Temples. Cette étrange artère a été créée il y a de ça quelques siècles par un sultan désireux de rassembler dans un même lieu tout ce que la ville d'Arnèst comptait de religions turbulentes et minoritaires afin de mieux les contrôler et de garantir la tranquillité des autres quartiers. C'est un passage en pente, coupée par de nombreux escaliers. Si, au cours de votre descente, les vociférations agressives de prédicateurs hystériques résonnent en vous comme une cacophonie insupportable, si aucun de leurs mots n'éveille la moindre parcelle d'envie, vous arriverez sans doute au bas des derniers degrés, là où la rue se jette dans celle de la Désillusion. Cependant, si vous regardez à gauche, il vous restera une petite chance de ne pas être venu ici pour rien.

Le soldat à la cuillère, de Nicolas Chapperon

Ma progression dans le recueil "Légendes!"…

It's always teatime! #1

1 nouvelle lue sur 21!

It's always teatime! #1

À très bientôt pour une nouvelle tea party!

Si vous appréciez ce concept, n'hésitez pas à faire pareil et à venir parler des nouvelles que vous avez lues, soit en commentaire de cet article, soit sur la page Facebook du blog!