[Chronique para-SFFF] Le guide Lovecraft, de Christophe Thill

Et donc, à présent, à tout qui me demandera par quel texte commencer pour découvrir Lovecraft, je lui présenterai ce présent guide.

Acherontia Nyx

On le connaît surtout comme le créateur d’un « Mythe de Cthulhu » devenu aussi, si ce n’est plus, célèbre que lui. Lui, c’est bien sûr Howard Phillips Lovecraft, grand maître du fantastique moderne qui, en une poignée de nouvelles, poèmes et essais, a laissé derrière lui une matière ayant inspiré des générations d’auteurs. Longtemps entouré d’un aura de mystère, on a beaucoup affabulé sur son sujet, avant qu’un travail méticuleux de réhabilitation ne soit engagé ces dernières années.
Alors, qui était vraiment Lovecraft ? Quel héritage laisse-t-il derrière lui ? Quels sont ses textes incontournables ? Comment son œuvre s’est-elle ensuite retrouvée à influencer aussi bien le cinéma, le jeu de rôle que la musique ?

À travers ce guide, Christophe Thill, spécialiste français de l’auteur et coordinateur de la traduction de la titanesque biographie Je suis Providence par S. T. Joshi, répond à toutes les questions que vous vous êtes toujours posées sur Lovecraft.

Éditions ActuSF

Année 2018, collection Les 3 souhaits / réimpression 2020, collection Hélios

216 pages (2018) / 233 pages (2020)

Comme les autres guides de cette collection, ce petit livre n’a pas l’ambition d’être un ouvrage d’érudition approfondi et complet (ne serait-ce que par sa taille). Son but premier est de donner une vue d’ensemble de l’œuvre d’un auteur, plus particulièrement destinée aux personnes qui le connaissent peu voire pas du tout et souhaitent le découvrir, s’en faire une idée, et y trouver quelques suggestions de lecture.

Christophe Thill, in Le guide Lovecraft

La loi d’attraction universelle

Oh, vous savez, moi, quand on me parle de Lovecraft, je suis toujours « tout schuss »… Et d’autant plus si c’est rédigé par Christophe Thill !

Merci aux éditions ActuSF pour le service presse…

Au pays de Lovecraft

Vous allez peut-être me dire que des essais sur Lovecraft, il y a en déjà eu. Et c’est vrai, je pourrais vous en citer un nombre certain. Mais avec ce guide, l’auteur s’adresse à un public d’amateur, pas à des universitaires ou des fans méticuleux désireux de pousser leurs connaissances jusqu’aux confins de la vie et de l’œuvre de l’auteur. Mes proches qui ne connaissent pas du tout Lovecraft (mais qui connaissent bien mon amour de ses écrits) me demandent parfois par où ils devraient commencer pour découvrir l’œuvre. Il faut bire que les nouvelles de Lovecraft foisonnent et, aussi fan fus-je de sa plume, elles ne s’équivalent pas toutes en qualité. En outre, ce sont des écrits qui, à mon sens, peuvent paraître un peu hermétique à un certain nombre de lecteurs (l’emploi d’un vocabulaire peu commun, notamment). Il est donc important de bien choisir le ou les textes à faire lire à ces personnes désireuses de se lancer dans l’aventure, car tout mauvais choix pourrait mener à un dégoût, voire à un rejet totale de l’œuvre et de l’auteur.

Et donc, à présent, à tout qui me demandera par quel texte commencer pour découvrir Lovecraft, je lui présenterai ce présent guide. Ou, à défaut, si la personne n’est guère patiente, je me référerai à certains extraits.

On trouve dans les nouvelles de Lovecraft des éléments qui reviennent assez régulièrement, mais aussi d’autres qui, s’ils ont cette réputation, ne la méritent peut-être pas tant que ça. Ainsi, il est exact que les personnages principaux de ses histoires sont souvent des universitaires, mais est-il vrai qu’ils passent leur temps à tomber dans les pommes ? Voyons cela de plus près…

Christophe Thill, in Le guide Lovecraft

Christophe Thill nous livre ici une analyse pertinente et intelligente de l’œuvre du Maître de Providence. Pertinente, parce que l’auteur est un des meilleurs spécialistes de Lovecraft ici en francophonie (il a notamment traduit ce monument qu’est la biographie de Lovecraft rédigée par S. T. Joshi), et qu’il mêle ici tout son savoir concernant l’artiste et son savoir-faire de rédacteur. Intelligente, car il réfute certaines thèses complètement fausses relatives à Lovecraft, et qu’il livre une analyse affûtée au fil de nombreuses lectures et réflexions tout en la rendant intelligible au plus grand nombre.

L’église au milieu du village

Le guide présente une structure bien découpée, facilement compréhensible, où l’information cherchée est rapidement trouvée. L’écriture claire et concise se veut malgré tout assez littéraire, ce qui rend l’ensemble très agréable à lire.

Il y a de nombreux points que j’ai réellement apprécié de lire, notamment dans la première section, celle de la biographie de Lovecraft. Cette biographie n’est pas trop longue, elle comporte juste ce qu’il faut d’éléments pour comprendre l’homme et son œuvre, en les remettant brièvement dans un contexte géopolitique qui influença inévitablement ces écrits. Il remet l’église au milieu du village concernant le racisme imputé à Lovecraft, et répond à la question que je me suis déjà posée moi-même : est-il possible d’apprécier l’œuvre d’un auteur ouvertement raciste ? Vous verrez que la réponse est constructive et tout en nuance.

Si l’image d’un personnage mystérieux dont rien n’est connu a longtemps collé à la peau de Lovecraft dans notre pays (il semble qu’elle n’est même pas encore totalement dissipée de nos jours), les critiques, qui, comme la nature, ont horreur du vide, n’ont pas tardé à combler les lacunes par des extrapolations et des interprétations souvent assez personnelles. Les spécificités culturelles françaises font que la psychanalyse a été fortement mise à contribution, notamment dans le premier recueil d’études important autour de Lovecraft, le numéro des Cahiers de l’Herne qui lui a été consacré en 1969.

Christophe Thill, in Le guide Lovecraft

Une question d’ordre

Comme on peut s’y attendre, l’ouvrage est en bonne partie constitué par un guide de lecture, une série de nouvelles – vingt au total – résumées et commentées. Se pose alors, comme souvent avec l’œuvre de Lovecraft, la question du classement des récits. Les présente-t-on dans l’ordre chronologique ou, comme certains le font, par grands cycles (à savoir, le mythe de Cthulhu, le cycle du rêve, les histoires macabres). En cela, le chapitre juste avant, celui sur l’oeuvre lovecraftienne, nous réserve des explications qui tiennent parfaitement la route.

En fait, ce découpage ne présente que peu d’intérêt. Il n’aide pas particulièrement à comprendre le développement de l’écriture et des idées de Lovecraft, bien mieux mis en valeur par une simple lecture chronologique de ses écrits. La notion même de « mythe de Cthulhu » est beaucoup plus complexe qu’il n’y paraît. L’identifier à un groupe de nouvelles bien délimité, en particulier, est clairement erroné ; si ce terme a un sens, c’est celui d’un répertoire d’idées et d’éléments auquel les différentes histoires font appel de façon plus ou moins intensive. Quant au « cycle des Contrées du rêve », seule une minorité des nouvelles qu’on y rassemble a effectivement un rapport avec un monde onirique.

Christophe Thill, in Le guide Lovecraft

À mon sens, Christophe Thill a fait le meilleur choix qui soit en se basant sur l’ordre chronologique. En tout cas, voilà un bon coup de balayette sur le fameux mythe de Cthulhu dont tout le monde parle !

Autre point positif, Christophe Thill ne présente pas son choix de nouvelles comme étant « les vingt nouvelles à lire absolument », mais plutôt comme un ensemble de nouvelles particulièrement représentatives de l’œuvre de l’auteur, de ses thèmes et de sa plume. Encore un excellent choix stratégique, puisqu’il propose et explique au lieu d’imposer des choix subjectifs.

À chaque nouvelle présentée, l’auteur nous en fait un court résumé, puis nous dit en quelques phrases l’intérêt de lire cette nouvelle précise. Suit alors une analyse littéraire et une remise en contexte par rapport à la biographie de Lovecraft. Pour finir, une petite liste de nouvelles similaires, dans le genre « Vous aimerez peut-être aussi… ». C’est une présentation, nette, concise, efficace. Que demander de plus ?

Bousculer les idées reçues

Mais quelle merveilleuse idée que ce guide des idées reçues, mon cher Christophe ! Et avec quels délices ai-je suivi le démontage quasi-systématique de la plupart d’entre elles ! Basta le mystique illuminé, le reclus misanthrope, le dépressif suicidaire ! Ah, merci, ça fait du bien !

Sur le banc des autres bonnes surprises de ce guide : un aperçu de l’entièreté de l’œuvre lovecraftienne, avec les essais, la poésie et la correspondance en prime… une liste commentée de thèmes récurrents dans l’œuvre en prose… une tentative de mettre un genre sur les écrits de l’auteur… les auteurs qui ont repris l’œuvre de Lovecraft et l’ont étendue… quelques apparitions de Lovecraft dans la pop culture… et pour finir, il y a même un lexique des termes étranges et peu connus employés dans ses récits !

Petits bémols

Personnellement, j’aurais ajouté deux petites choses à ce guide pour qu’il soit parfaitement complet. Une bibliographie chronologique complète, pour commencer, car j’adore lire les nouvelles de Lovecraft dans leur ordre chronologique. Un chapitre plus étoffé sur les rapports de l’œuvre à la pop culture ensuite, car les apparitions de Cthulhu, de ses petits frères, et même de leur papa se font très nombreuses, et il est intéressant de voir la façon dont ces créatures devenues pratiquement des mythes sont employées dans les médias de divertissement aujourd’hui. Nous sommes face à un univers qui était au départ littéraire, et qui, la reconnaissance arrivant, s’est muté en univers transmédia tentaculaire (mauvais jeu de mots…). Je trouve ce phénomène fascinant, assez en tout cas pour mériter un guide à lui tout seul !

En résumé

Efficace et pas cher, c’est le guide Lovecraft qu’on préfère !

Ma note

18/20

À propos de l’auteur

Christophe Thill est le co-directeur des éditions Malpertuis.

Statisticien dans le civil, il s’intéresse particulièrement au fantastique classique et à l’œuvre de Lovecraft.

Il a écrit sur cet auteur un certain nombre d’articles (notamment dans le cadre du spécial n° 2 de la revue « Mythologica », fév. 2014) et dont il a traduit la nouvelle « Les montagnes hallucinées ». Christophe Thill est un des contributeurs de la monographie « Au cœur du cauchemar » (ActuSF, 2017) consacrée à H. P. Lovecraft.

Il a entre autres réalisé « En compagnie du Roi en jaune » (Dragon & Microchips n° 16, 1998), un dossier consacré à l’œuvre de Robert W. Chambers ; dirigé l’anthologie de fantastique félin « Rêves d’Ulthar » (L’œil du Sphinx, 2002) ; contribué au sous-titrage et aux bonus de l’édition DVD du film d’Aaron Vanek « The Yellow Sign » (2001), d’après Chambers ; rédigé divers articles et critiques pour Ténèbres, Dragon & Microchips, Cauchemars d’Arkham…

Au sein de Malpertuis, il s’occupe plus particulièrement des textes « classiques » ainsi que de la réalisation technique des livres.

Source : Babelio.com

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s