[Mois de l’imaginaire 2019] 5 octobre – Les enchantements d’Ambremer

Le lendemain de sa visite à l’antiquaire, Griffont – redevenu Griffont – passa la matinée à travailler sur la Pétulante.

Il fit si bien que le fonctionnement de la motocyclette lui donna bientôt tous les motifs de satisfaction. Ce faisant, un long et dur labeur touchait à son terme, et Griffont se réjouissait déjà de montrer l’engin aux plus sceptiques de ses détracteurs. Ceux-ci, nombreux dès les origines, n’avaient guère désarmé malgré les succès régulièrement enregistrés au fil des mois. Car le moteur à lumière étrange d’abord imaginé puis réalisé par Griffont était une petite révolution, de celles que l’on croit toujours impossibles. Jamais, en effet, on n’avait jusqu’alors associé aussi étroitement la magie et la technologie pour créer une machine hybride dont le genre, d’ailleurs, restait à définir.

Cependant, ce n’était pas dans l’espoir de briller à la prochaine Exposition universelle que Griffont avait conçu son moteur à lumière étrange. Lui n’avait qu’un but : faire un moteur à explosion qui ne polluait ni n’empuantissait. « Vous verrez, disait-il, combien on appréciera ce double avantage quand tout un chacun aura son automobile. » Que l’automobile soit un jour un bien de grande consommation était inimaginable. Et tant qu’à faire oeuvre de salubrité publique, mieux valait s’attaquer au grave problème des déjections chevalines dans les cités. Ne disait-on pas qu’à New York les flots d’urine répandus quotidiennement menaçaient déjà la pureté des nappes phréatiques où la métropole puisait son eau potable ?

Pierre Pevel, in Le Paris des merveilles. Tome 1, Les enchantements d’Ambremer. Bragelonne, 2015.

N’oubliez pas de vous joindre à mon concours pour ce mois de l’imaginaire !

D’ailleurs, le cadavre exquis de ce roman donnerait ceci :

« En me gaussant dans ma barbe de trois jours, j’ai proposé une danse à Sabrina l’apprentie sorcière tout en continuant à refaire ma permanente, et je me suis retrouvé dans la mouise.« 

Acherontia propose à la communauté Twitter un chouette extrait du roman de Pierre Pevel « Les enchantements d’Ambremer »

  • [Chronique horreur] Derniers jours, d’Adam Nevill

    7 septembre 2020 par

    L’horreur vient à pas de loups, mais reste présente pendant toute la durée du roman, avec cette impression d’épée de Damoclès qui pend au-dessus de la tête des protagonistes, ce sentiment d’inéluctabilité.Acherontia Nyx Éditions Bragelonne, 2014 456 pages Traduction de Benoît Domis

  • [Feuillets métalliques] #1, Les dossiers d’août 2020

    2 septembre 2020 par

    Hello ! Je sais que beaucoup de lecteurs d’imaginaire apprécient également la musique metal. En tout cas, c’est mon cas, et je connais un paquet de personnes qui partagent ce combo de goûts. Et puis cela fait deux ans déjà que je suis secrétaire de rédaction pour Metallian magazine, deux ans que je relis les… Lire la suite

  • [Chronique fantasy] Les Innamorati, de Midori Snyder

    25 août 2020 par

    C’est tout ce que j’aime dans ce type de littérature, lorsque l’imaginaire devient symbole et se met au service de l’humain dans toute sa complexité. Acherontia Nyx L’Italie du XVe siècle : le règne des astrologues et des mages, de la commedia dell’arte, de Titien et Botticelli, de l’Arioste et de son Roland furieux.De partout,… Lire la suite

Voir tous les articles

Une réflexion sur “[Mois de l’imaginaire 2019] 5 octobre – Les enchantements d’Ambremer

  1. Pingback: #PartageTaVeille | 07/10/2019 – Les miscellanées d'Usva

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s