[Chronique fantasy] La reine des esprits. T1, Coup d’état, de Valérie Simon

Laissez-vous guider par l’auteure, elle sait très bien prendre son lectorat par la main pour le mener là où elle le souhaite. Vous ne comprenez pas tout ? Certains termes ou notions vous échappent ? Ce n’est pas grave ! La compréhension viendra en son temps. Contentez-vous juste de vous imprégner petit à petit, à la façon d’un baba qui s’imbibe de rhum tout à son rythme.

Acherontia Nyx

Dans un empire dépendant de l’exploitation économique du Cristal, des femmes, les Initiées Denaia, noyautent les plus hautes sphères du pouvoir. Jeunes et extrêmement belles, elles ont été formées pour contrôler leurs corps et leurs esprits de façon implacable. Elles obéissent à une « Mère » qui intrigue pour s’arroger un pouvoir politique garantissant leur hégémonie. Depuis des années, ces Initiées cherchent à s’emparer de l’économie du Cristal, source de toutes les richesses et de toutes les convoitises. Pour cela, il est nécessaire de se débarrasser d’Alia, la jeune héritière. Les Initiées ne reculeront devant rien pour parvenir à leurs fins, y compris le meurtre. Pourtant, Alia n’est pas aussi démunie que son jeune âge pourrait le laisser entendre : elle aussi a suivi une formation d’Initiée, et ses propres alliés sont nombreux. Mais surtout, elle vient de se découvrir un don effrayant. Elle est capable de lire les pensées des hommes qu’elle touche.

La loi d’attraction universelle

J’ai reçu ce roman en format ebook dans le cadre de mon partenariat avec les éditions ActuSF, que je remercie chaudement pour cet agréable moment d’évasion ! Je n’avais jamais entendu parler de l’auteur jusque là, je me doutais juste qu’elle était francophone, et probablement française, ce que Babelio m’a ensuite confirmé. Or, il se fait que j’aime beaucoup découvrir de nouveaux auteurs francophones. Donc, ce ne fut pas tant la lecture du résumé qui m’a poussée à essayer ce roman que l’envie de découverte et – dois-je l’avouer – un petit coup de cœur pour la couverture qui m’a intriguée et charmée.

Un world building au top

Comme toute bonne chronique de fantasy qui se respecte, avant de rentrer dans le vif du sujet, je dois d’abord aborder quelques éléments de l’univers proposé par Valérie Simon. Dès les premières pages, c’est un univers dense et riche qui s’offre au lecteur. Si l’on est un peu bousculé et perdu au tout début, je vous rassure, on apprend très vite à se repérer. Ce que j’ai vraiment apprécié, c’est que l’auteure n’est pas arrivée avec ses gros sabots en cherchant à expliquer tout d’entrée de jeu. L’immersion se fait donc progressivement, tout en douceur. Si je peux vous donner un conseil, ne cherchez pas à tout comprendre dès le premier chapitre. Laissez-vous guider par l’auteure, elle sait très bien prendre son lectorat par la main pour le mener là où elle le souhaite. Vous ne comprenez pas tout ? Certains termes ou notions vous échappent ? Ce n’est pas grave ! La compréhension viendra en son temps. Contentez-vous juste de vous imprégner petit à petit, à la façon d’un baba qui s’imbibe de rhum tout à son rythme.

Et que c’est délectable à souhait ! Je cherchais justement du dépaysement, me voici royalement servie !

Nous avons ici affaire à un univers que je qualifierais de type hindou. L’auteure me gourmanderait sans aucun doute, mais personnellement, c’est à l’Inde antique et mystérieuse que le texte m’a donné à penser. Les termes employés, déjà, ont ce petit quelque chose d’oriental qui fleure bon les épices et (moins bon) les eaux du Gange. Noble Nahai, le Denaia, les sabres Kintaman…

Les créatures sont tout aussi exotiques, et très « sauriennes », puisqu’il s’agit principalement de lézards de toutes tailles et de dragons. Entre le minuscule Kleïnen de Bosso, messager à la fois ailé et télépathe, les Tréhorns, colossales montures dotées de trois cornes, les Canis, sortes de bestioles mi-varans mi-chiens de chasse, les Gwars, montures célestes guidées par la télépathie du Denaia… il y en a pour tous les goûts, et l’on ne peut qu’être émerveillé par toutes ces trouvailles.

Une intrépide et noble Nahai

Au centre de ce récit, nous trouvons Alia, la jeune princesse d’un royaume convoité pour ses richesses, orpheline de mère et dont le père l’a placée au Denaia alors qu’elle était toute jeune. L’histoire débute à la fin de son apprentissage au Denaia, lorsqu’elle revient au pays après une décennie d’absence. La jeune fille a alors seize ans, a un caractère bien trempé et est plus intrépide que jamais. Mais sa réclusion au Denaia ne l’a pas vraiment préparée à affronter les dangers de la cours et de la couronne qu’elle s’apprête à porter. Certes, elle a été formée à l’art du combat et de la tromperie. Mais des intrigues et des enjeux politiques, elle n’y connaît pas grand chose. La jeune princesse, malgré son courage parfois trop aveugle, va essuyer des tentatives d’assassinat et va devoir déjouer des complots. Son père essayera bien de la maintenir captive du château, protégée par son garde attitré et amour d’enfance, mais rien n’y fera. Alia n’a pas froid aux yeux, elle a plutôt les ovarios bien solides.

J’ai vraiment été séduite par le personnage d’Alia. On pourrait dire que le thème de la princesse rebelle est un classique, et pourtant je trouve que Valérie Simon a su lui donner un bon coup de dépoussiérage. Malgré ses aspects martiaux et son caractère fort, Alia possède aussi ses fragilités et ses faiblesses, et notamment une en particulier, qui pourrait être un atout autant qu’un point faible : celui de pouvoir lire dans les esprits lors d’un simple contact peau contre peau. D’ailleurs, vous vous apercevrez vite que la télépathie est au centre de l’histoire, qu’elle se rencontre chez Alia, chez d’autres personnages, ou même chez les animaux. Au final, elle n’est peut-être pas le personnage le plus original de la bande, mais elle est bien campée et parvient à s’attirer l’affection du lecteur aussi sûrement qu’un caramel au beurre salé.

Tout en nuances et rebonds

Les autres personnages aussi pourraient paraître « bateaux », mais ils n’en est rien, tant leur palette de nuances est large. Un roi veuf éploré qui doit faire son devoir malgré tout, une courtisane qui conspire et espionne (deux, en fait), un prince qui ne sera pas épargné par les intrigues de la cour et qui se verra peu à peu mis à nu (au propre comme au figuré), un garde du corps qui hésite entre son amour de jeunesse et son devoir envers son roi, un autre roi obèse, aussi mou de caractère que de corps, un chasseur de prime qui réservera bien des surprises, une vieille sorcière qui va se faire damer le pion… C’est une belle brochette de caractères qui nous est proposée, et croyez-moi, il y a de quoi se mettre sous la dent ! (Hmmm, il faudrait peut-être que je cesse avec mes métaphore culinaires, ça me donne faim…)

Ce que j’aime ici, c’est la variété, la diversité, et puis surtout le fait que les personnages soient aussi fouillés, tant du point de vue de la personnalité que du background historique ou des buts à atteindre dans le récit présent. Et autre chose appréciable, on s’y retrouve très bien parmi les différents personnages. Dans certains récits de fantasy, on se perd parfois entre les protagonistes, les maisons, les familles, les différents camps… Ici, les choses sont très claires. Quelques personnages clés, deux camps bien distincts, avec leurs alliés et leurs ennemis. Tout ce qu’on aime, quoi !

L’intrigue, quant à elle, est aussi « topissime ». Alors, oui, on est sur de l’intrigue politique, vous allez me dire que c’est assez banal en fantasy. Oui, il y a des intrigues de cour, des complots, des tentatives d’assassinat plus ou moins réussies, des manigances et des trahisons, et puis un début de guerre aussi, avec des combats et des morts pas jolis jolis à voir. Mais je vous assure que tout est mené de main de maître. L’histoire se déroule tambours battants, et vous n’aurez jamais le temps de vous ennuyer. C’est bien simple, le dernier tiers de l’histoire, je l’ai lu d’une traite ! On va de rebondissement en surprise, on se pique au jeu, on s’attache aux différents protagonistes, et au final, la fin arrive que l’on n’en a vu que du feu.

En résumé

Que puis-je vous dire d’autre que « Foncez! » ? C’est un excellent roman de fantasy, encré dans un univers fouillé, dépaysant à souhait et intelligemment construit. C’est aussi le premier tome d’une série qui promet déjà bien des heures de plaisir à tout amateur de sensations et d’intrigues bien ficelées.

Ma note : 18/20

À propos de l’auteur

Après l’obtention d’un bac scientifique a 17 ans, Valérie Simon s’oriente vers l’École des Beaux-Arts de Metz mais l’enseignement trop « artiste » ne correspond pas à ce qu’elle attend. L’année suivante, elle s’installe à Strasbourg pour entamer un parcours universitaire en Arts Plastiques qui l’emmènera jusqu’à la Maîtrise.
Progressivement, elle s’oriente vers le cinéma en obtenant d’abord un Diplôme Universitaire en Communication Audio-Visuelle où elle étudie la création des images de synthèse puis se passionne pour différents cours sur le cinéma, en particulier sur la mythologie américaine. En même temps, elle suit divers ateliers à l’École des Arts Décoratifs en gravure, linogravure, sculpture…
Après avoir rencontré en 1987 l’homme de sa vie qui deviendra son mari en 1996, elle entre dans la vie active en travaillant comme graphiste pour différentes agences de publicité.
elle envoie un manuscrit chez Fleuve Noir. Ce dernier est retenu, il est publié en 4 tomes de 1997 à 1999 dans la collection Legend, sous le titre Arkem, la pierre des ténèbres. Valérie SIMON collabore à deux anthologies de nouvelles : « Fantasy » en 1998 sous la direction de Henri Loevenbruck et Alain Névant avec le texte Razaröd le serpent pour Fleuve Noir, puis « Cosmic Erotica » en 2000 sous la direction de Jean-Marc Ligny, avec Le Loup, édité chez J’ai Lu en collection Millénaire.
En 2008 elle s’installe à Lyon. Son projet actuel est une saga mêlant science-fiction et fantasy en un roman d’aventures se déroulant sur un monde primitif peuplé de créatures carnivores. Ce projet a reçu de la part de la Région Rhône-Alpes une aide à l’écriture.

Source : Babelio.com

2 réflexions sur “[Chronique fantasy] La reine des esprits. T1, Coup d’état, de Valérie Simon

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s