[Rendez-vous littéraires] C’est lundi #85

Hello les poulpes !

Ce fut une semaine plus en demi-teinte pour moi, niveau lecture. Comme toujours, j’ai cent fois trop d’activités, et quand je trouve un moment de temps pour lire, je pique très vite du nez sur mes pages. Ce que c’est frustrant ! D’autant plus que j’apprécie ma lecture !

Enfin, cette semaine, j’ai repris le chemin de ma liseuse, notamment avec ma bonne vieille habitude de lire en travaillant. Si, si, c’est possible ! Ne pensez surtout pas que je suis une tire-au-flan et que cela diminue mon rythme de travail, que du contraire ! En fait, je travaille à mi-temps dans un service de numérisation patrimoniale, c’est-à-dire que je numérise des ouvrages anciens, des manuscrits, des incunables. Le travail est passionnant dans un sens, mais là où cela peut devenir lassant, c’est le temps de scan entre chaque page. Il faut que le scanner passe sur l’ouvrage, puis enregistre les données, les retranscrive à l’écran… Entre chaque page tournée, il y a environ 5-10 secondes de battement, en fonction du scanner utilisé. Ce n’est pas énorme, mais ça me laisse le temps de lire une phrase ou deux entre les coups. Ainsi, je double les avantages : je ne me lasse pas de mon travail de numérisation, que du contraire ! Il y a un véritable regain d’intérêt pour le job. Je trouve même que ma productivité a augmenté depuis que j’ai trouvé ce système. Et j’avance parallèlement dans mes lectures, certes beaucoup plus lentement que si je lisais tranquillement dans mon fauteuil, mais je considère que tout temps de lecture est bon à prendre !

Résultat des courses, j’ai presque terminé une lecture, que je vais compter comme terminée car il ne me reste vraiment pas grand chose à lire, et j’en ai commencé deux autres que je vais vous présenter ici…

Lu la semaine dernière…

La forêt des araignées tristes, de Colin Heine

Bastien est paléontologue : sa spécialité ? Étudier les créatures étranges qui naissent de la vape, ce mystérieux brouillard aux propriétés énergétiques extraordinaires qui a recouvert le monde et menace de l’engloutir un peu plus chaque jour. Tour à tour victime d’un dramatique accident en apparence banal duquel il réchappe de justesse et témoin d’un attentat, où sa survie ne tient à nouveau qu’à un fil, il voit son destin basculer. Le voilà pris dans l’engrenage d’une affaire d’espionnage d’envergure internationale, sous les feux croisés d’une société secrète d’assassins, de brutes armées et d’une agence de détectives aux méthodes douteuses. Sans compter qu’une créature cauchemardesque, tout droit venue des Vaineterres, ces zones perdues dans un océan de vape, semble bien décidée à lui faire la peau…


Au programme cette semaine…

Victor – L’indomptable Hugo, de Bertrand Puard

À treize ans, Victor est un rêveur. Il rêve d’amour, d’histoires sans fin et d’aventures extraordinaires. Jusqu’au jour où l’aventure vient à lui. Une nuit, des bruits étranges s’échappent de la chambre de son frère Eugène. Des bruits de lutte. Il se précipite… trop tard : son frère est kidnappé sous ses yeux. Bien décidé à retrouver Eugène, Victor se lance sur ses traces. En route, il croise des personnages hauts en couleurs. Amis ou ennemis ? Il ne va pas tarder à le découvrir… *** Bertrand Puard explore la jeunesse des plus grands écrivains de la littérature française. La biographie de Victor Hugo et de véritables faits historiques croisent une intrigue et des personnages imaginaires.

Pourquoi la pensée humaine est inégalable ? de Markus Gabriel

Qu’est-ce que penser  ? Cette interrogation, aussi vieille que la philosophie, n’a rien perdu de son intérêt. Au contraire  : à l’âge numérique, où l’on identifie souvent la pensée à l’intelligence artificielle, la question est plus actuelle que jamais. Le philosophe Markus Gabriel nous invite à penser à propos de la pensée, et nous explique pourquoi la pensée humaine ne sera jamais remplacée par des machines intelligentes. Dans ce livre incisif, mêlant comme à son habitude théories philosophiques et références culturelles contemporaines, Markus Gabriel prend résolument parti sur l’une des plus importantes discussions de notre temps.

Je suis Providence, de S. T. Joshi

Howard Phillips Lovecraft est l’un des plus grands écrivains du XXe siècle. Il est également le créateur du désormais incontournable « Mythe de Cthulhu », un ensemble de nouvelles fantastiques décrivant d’imposantes créatures qui surgissent du fond des âges et de l’espace pour asservir l’humanité et ses rêves. Aujourd’hui, ces dieux horribles comme Nyarlathotep, ces livres impies comme le Necronomicon ou ces lieux étranges comme Arkham et R’lyeh, ont été réappropriés aussi bien dans le domaine littéraire que ludique, pictural, musical et cinématographique. 


À lire après…

Dans un empire dépendant de l’exploitation économique du Cristal, des femmes, les Initiées Denaia, noyautent les plus hautes sphères du pouvoir. Jeunes et extrêmement belles, elles ont été formées pour contrôler leurs corps et leurs esprits de façon implacable. Elles obéissent à une « Mère » qui intrigue pour s’arroger un pouvoir politique garantissant leur hégémonie. Depuis des années, ces Initiées cherchent à s’emparer de l’économie du Cristal, source de toutes les richesses et de toutes les convoitises. Pour cela, il est nécessaire de se débarrasser d’Alia, la jeune héritière. Les Initiées ne reculeront devant rien pour parvenir à leurs fins, y compris le meurtre. Pourtant, Alia n’est pas aussi démunie que son jeune âge pourrait le laisser entendre : elle aussi a suivi une formation d’Initiée, et ses propres alliés sont nombreux. Mais surtout, elle vient de se découvrir un don effrayant. Elle est capable de lire les pensées des hommes qu’elle touche.


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s