[Rendez-vous littéraires] Mardi sur son 31 #7

Ma lecture en cours

La trilogie de la lune, de Johan Heliot

L’obscurité était totale à l’intérieur de l’alvéole, la liberté de mouvement du policier presque nulle. Il laissa échapper un petit cri quand le casque s’abaissa brutalement sur son crâne, dérangeant le bel ordonnancement de ses cheveux gominés. Il eut la sensation, fugitive, de centaines de piqûres sur son cuir chevelu. Un zonzonnement ténu se fit entendre, qui lui sembla provenir de sa gauche puis se déplacer, effectuant une rotation complète autour de sa tête. Il ressentit une légère migraine, vite dissipée. Une impression de légèreté incroyable s’ensuivit et Jaume se détendit enfin.

S’il avait pu se douter qu’on venait de le débarrasser proprement de sa boîte crânienne, nul doute que le policier, tout soumis qu’il fût aux impératifs de la raison d’État, aurait manifesté sa réprobation avec véhémence. Et s’il avait vu l’horreur visqueuse qui se glissa dans son cerveau pour s’y lover avec délice, pareille à une couleuvre sur une pierre brûlante, Jaume serait devenu fou.

Mais il ne se rendit compte de rien. Le Ishkiss avait commencé à parler et chacun de ses mots s’imprimait dans l’esprit de l’inspecteur principal avec l’évidence d’une image.

La lune seule le sait, Johan Heliot, page 31

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s