C’est lundi, que lisez-vous? #76

c'est lundi_banner

Comme d’habitude, le rendez-vous du « C’est lundi… » est organisé par Galléane. Vous pouvez retrouver tous les billets sur son blog en cliquant sur le lien ^^ Le principe est très simple, il faut répondre à trois questions, chaque lundi:
1. Qu’ai-je lu la semaine passée ?
2. Que suis-je en train de lire en ce moment?
3. Que vais-je lire ensuite ?

Hello mes très chers poulpes,
Une fois n’est pas coutume (hum hum…), ma semaine fut riche en émotions, stress, occupations dévorantes and so on… Figurez-vous que l’Amoureux et moi avons revêtu une casquette à laquelle nous ne sommes pas habitués, celle de « monteur d’exposition ». Et la semaine dernière était la plus importante, car elle était celle du montage. Démarrage sur les chapeaux de roues lundi, pour continuer jusqu’à jeudi soir, afin que tout soit prêt pour le vernissage vendredi soir. C’est une cinquantaine d’œuvres d’art sur le thème du livre que nous avons placées, ce qui n’est pas rien. Certes, nous n’étions pas seuls, du moins la plupart du temps, mais le métier de « monteur d’exposition », c’est plus que la simple mise en place des œuvres d’art. Il faut aussi compter l’accueil et la prise en charge des artistes, la signature des conventions d’exposition, le constat d’état des œuvres exposées, la conception de l’agencement des œuvres dans l’espace d’exposition, et ainsi de suite. Et je ne vous parle même pas des soucis divers, tel l’accrochage qui ne fonctionne pas parce que les systèmes ne sont pas compatibles, etc. 
Ce fut pour moi une expérience très enrichissante, mais qui ne fut pas de tout repos. Du coup, pour prendre du repos et pour fêter dignement notre première année de fréquentation intensive, l’Amoureux et moi sommes partis un petit weekend dans le nord de la France, en chambre d’hôte, où nous avons été soignés aux petits oignons pendant deux jours. Diantre, que cela fait du bien! Ceci étant, nous avions choisi de laisser à la maison PC et tablette. La nature, la bonne nourriture, le bon vin, voilà tout ce dont nous avions besoin! 
Durant ce weekend béni, nous avons voyagé, un peu, pour visiter Verdun. J’y ai d’ailleurs acheté un livre, comme j’ai l’habitude de le faire lorsque je pars en vacances. Nous avons beaucoup mangé et bu, car notre hôtesse était aux petits soins pour nous, et possédait un vrai don culinaire qui ne nous permettait pas de refuser le moindre apéritif ou repas. Nous nous sommes baladés, aussi, car le domaine était vaste et fleuri, et que le soleil était de la partie. Et puis nous avons lu à l’ombre d’un hêtre centenaire, accompagnés des deux chiens de la maison, d’une carafe de vin blanc frais, de gressins et d’olives. Nous avons bien profité, on peut le dire! Et mes lectures ont bien avancé de ce fait! 
00Scroll00

Ce que j’ai lu la semaine dernière

Par-delà le gouffre des étoiles, de Frédéric Gynsterblom

couv53121210Les Grands Anciens ont été, sont et seront. Du fin fond des univers multidimensionnels, ils jailliront en légions pour revendiquer la propriété de la Terre, reléguant le bétail humain au rang de pâture gémissante et soumise. Mais peut-être sont-ils déjà là ? Dissimulés sous les traits de quidams les plus anodins ou sommeillant dans notre ADN, attendant patiemment le début d’un nouveau cycle. Par la porte du ciel nocturne, ils viendront. Par delà le gouffre des étoiles, ils déferleront sur l’humanité pour l’emporter dans les ténèbres. En s’inspirant de la mythologie de Lovecraft, Frédéric Gynsterblom est sur le point d’atteindre les sommets de l’horreur.

Ce que je continue à lire cette semaine

Le Paris des merveilles. 1, Les enchantements d’Ambremer, de Pierre Pevel

ParisMerveilles1_PevelLes messieurs ont de fières moustaches, des chapeaux melons ; les dames portent des corsets, des jupons, des bottines à boutons. Déjà, de rutilants tacots pétaradent parmi les fiacres le long des Grands Boulevards aux immeubles haussmanniens. Mais ce n’est pas le Paris de la Belle Époque tel que nous l’entendons : la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, des chats-ailés discutent philosophie et une ligne de métro permet de rejoindre le pays des fées.

 

 

Ce que je vais lire ensuite

Manesh, de Stephan Platteau

couv66948350Quelque part dans la nordique forêt du Vyanthryr, les gabarres du capitaine Rana remontent le fleuve vers les sources sacrées où réside le Roi-diseur, l’oracle dont le savoir pourrait inverser le cours de la guerre civile. À bord, une poignée de guerriers prêts à tout pour sauver leur patrie. Mais qui, parmi eux, connaît vraiment le dessein du capitaine ? Même le Barde, son homme de confiance, n’a pas exploré tous les replis de son âme. Et lorsque les bateliers recueillent un moribond qui dérive au fil de l’eau, à des milles et des milles de toute civilisation, de nouvelles questions surgissent. Qui est Le Bâtard ? Que faisait-il dans la forêt ? Est-il un danger potentiel, ou au contraire le formidable allié qui pourrait sauver l’expédition de l’anéantissement pur et simple ?
Un huis-clos humaniste et un peu cruel, une histoire sans héros, quelque part entre Robin Hobb et Robert Holdstock.

00Scroll00

Nouveau dans ma PAL

Lovestar, d’Andri Snaer Magnason

Lovestar_Magnason« Peu de temps après que les mouches à miel eurent colonisé Chicago, les papillons monarques furent saisis d’un étrange comportement. […] Au lieu d’aller vers le sud rejoindre leurs quartiers d’hiver, ils se dirigèrent vers le nord. » C’est ainsi que s’ouvre le roman, fable imaginative et pourtant étrangement familière, tenant à la fois de Calvino et des Monty Python. Face à la soudaine déroute de toutes sortes d’espèces volantes, le génial LoveStar, vibrionnant et énigmatique fondateur de l’entreprise du même nom, invente un mode de transmission des données inspiré des ondes des oiseaux, libérant d’un coup l’humanité, pour son plus grand bonheur, de l’universelle emprise de l’électronique. Et développant au passage quelques applications aussi consuméristes que liberticides… Avec des hommes et des femmes ultra connectés payés pour brailler des publicités à des passants ciblés, le système ReGret, qui permet « d’apurer le passé », ou le rembobinage des enfants qui filent un mauvais coton. Autre innovation, et pas des moindres, en faveur du bonheur humain : les âmes sœurs sont désormais identifiées en toute objectivité par simple calcul de leurs ondes respectives. Quand Indriði et Sigríður, jeunes gens par trop naïfs et sûrs de leur amour, se retrouvent « calculés », ils tombent des nues : leur moitié est ailleurs. Les voilà partis, Roméo et Juliette postmodernes contrariés par la fatalité, pour une série de mésaventures cocasses et pathétiques, jusqu’à ce que leur route croise celle de LoveStar lui-même, en quête de son ultime invention…

3 réflexions sur “C’est lundi, que lisez-vous? #76

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s