Let’s have a beer #4

Let's have a beer #4

Let's have a beer… with Ursula K. Le Guin

Bonjour tout le monde!

Ce soir, dans Let's have a beer, j'ai rencontré Ursula K. Le Guin et sa prose poétique qui flirte avec le surréalisme. Ce fut une griffonnante rencontre que celle-ci, et au final, je suis heureuse de l'avoir faite. Bref, vous me comprendrez un peu mieux avec l'extrait qui illustre cet article!

Let's have a beer #4
Let's have a beer #4

La bière…

Cette semaine, c'est Le fruit défendu qui fit le plaisir de mon palais. Je vous la recommande chaudement!

Et surtout, ne voyez rien de pernicieux dans ces phrases!

La nouvelle…

Je continue toujours plus loin dans l'anthologie publiée chez Omnibus et intitulée "La grande anthologie de la fantasy". Les textes de cette antho ont été sélectionnés et réunis par Marc Duveau.

La boîte d'ombre, d'Ursula K. Le Guin

Un petit garçon trouve une curieuse boîte en bois sur la plage. Tout heureux, il court voir sa maman la sorcière qui lui dit qu'elle est remplie d'ombre. Le petit garçon en fait cadeau à un prince, venu sur le rivage pour combattre son frère exilé venu reprendre ses droits sur le royaume. Il l'accepte, mais il n'est pas au bout de ses surprises.

J'ai trouvé cette nouvelle très sympathique. J'ai beaucoup aimé sa poésie, tout d'abord, son style travaillé, recherché, qui joue avec la musicalité des mots. Son côté fantasy, ensuite. Même si on ne le voit pas trop, il se ressent malgré tout. Son côté surréaliste, enfin, car l'on retrouve des éléments inattendus ainsi que des associations étranges auxquelles seule une imagination totalement débridée peu penser. En revanche, la finale m'a laissée un peu perplexe. Pas vraiment déçue, ni sur ma faim, mais perplexe.

Une douce brise passa. Dans le visage de Rickard, la dureté avait presque chassé la jeunesse. Il jeta un ordre à ses capitaines, remonta en selle et prit le chemin de la cité, contournant les dunes au trot de sa monture, ignorant les navires noirs qui revenaient s'échouer sur la plage pour laisser leurs soldats rembarquer, ignorant son armée dont les rangs se complétaient tandis qu'elle prenait la route derrière lui. Quand le griffon piqua vers lui en criant, il leva le bras, souriant aux efforts de la créature pour se percher sur son poing ganté. Les ailes déployées et battantes, il crachait comme un matou en colère.
– Griffon ridicule! l'accabla-t-il, coq de basse-cour, retourne donc à ton poulailler!
Insulté, le monstre prit un air dédaigneux et s'envola vers l'est, reprenant seul le chemin de la cité.

La boîte d'ombre, d'Ursula K. Le Guin

Et quand je vous parle d'éléments atypiques, presque surréalistes…

Elle claqua des doigts et le balai se précipita par la porte laissée entrouverte, s'arrêtant, horizontal, à cinquante centimètres du sol. La hutte frissonna et se mit à gambader d'excitation.
– Ferme-la! lança la sorcière, et la hutte obéissante ferma sa porte.

La boite d'ombre, d'Ursula K. Le Guin

Ma progression dans La grande anthologie de la fantasy

Let's have a beer #4

8 nouvelles lues sur 71!

À très bientôt pour un nouvel épisode de Let's have a beer!

Si vous appréciez ce concept, n'hésitez pas à faire pareil et à venir parler des nouvelles que vous avez lues, soit en commentaire de cet article, soit sur la page Facebook du blog!

Votre dévouée,

Acherontia.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s