Le secret de Crickley Hall, de James Herbert

Le secret de Crickley Hall, de James Herbert

Résumé…

Crickley Hall : une vieille demeure comme on n'en trouve que dans les régions reculées de l'Angleterre.
Vaste et sinistre, elle a même l'air un peu menaçant. Lorsque Gabe et Eve Caleigh viennent s'y installer avec leurs deux filles, ils espèrent y trouver la paix, et tourner la page sur le terrible malheur qui a frappé leur famille. Mais quelque chose ne va pas. Bientôt des bruits inexplicables les arrachent au sommeil. Les enfants sont les seuls témoins d'étranges apparitions. Et, chaque matin, la porte de la cave est entrouverte alors qu'on l'avait fermée la veille.
Cette maison est le dernier endroit que les Caleigh auraient dû choisir. L'horreur qui les y attend dépasse tout ce qu'ils pouvaient imaginer. Oserez-vous affronter le terrifiant secret de Crickley Hall ?

Ce qui m'a attirée vers cette lecture…

Je connaissais déjà James Herbert au travers des romans Fluke, Fog et Sanctuaire. Ce n'est pas le meilleur auteur de terreur qu'il m'ait été donné de lire, mais il ne se débrouille pas trop mal malgré tout, et j'avais bien envie, en fouillant les rayons de la FNAC locale, d'agrandir un peu ma collection Herbert.

Etant particulièrement sensible aux histoires de revenants, je me suis dit que ce roman pourrait bien me procurer ma dose de frissons tant recherchée.

La première phrase…

"Bien que la pluie ait momentanément cessé, d'énormes gouttes isolées, comme trop lourdes pour être retenues par la couverture nuageuse, s'écrasaient sur le pare-brise, bombes à eau miniatures rapidement réduites en une traînée d'eau par le balayage intermittent des essuie-glaces."

Des revenants et autres calamités…

Dès les premières pages, on s'aperçoit rapidement que l'auteur entame son récit sur une banale histoire de maison hantée. Une famille que la perte d'un fils oblige à fuir vers d'autres horizons pouvant potentiellement leur faire oublier leur peine, une maison au passé chargé d'histoires tristes et tragiques, des secrets bien gardés qui reviennent par bribes fantomatiques et qui effraient les nouveaux habitants de la maison… Ca sent un peu le réchauffé, vous ne trouvez pas? Le lecteur en attend davantage. Sera-t-il servi?

Déjà, l'auteur manque de logique… Quel père de famille digne de ce nom ferait-il déménager sa famille en plein deuil dans une vieille maison lugubre et à moitié délabrée, reculée de tout? N'aurait-il pas été plus simple d'aménager en ville, là où toutes les distractions sont permises, toutes les rencontres possibles? Ou encore dans un village anglais pittoresque, au coeur des landes et des bocages verdoyants, où la famille pourrait se reconstruire au rythme de la nature? Eh bien non, Monsieur a choisi une vieille bicoque usée par le temps, froide, sombre, esseulée au bord de sa petite rivière triste et de son grand jardin désert, et dans une zone inondable qui plus est… Personnellement, je trouve ça louche. Soit le type n'est pas du genre psychologue, soit notre auteur manque cruellement de suite dans les idées… Ou alors un savant mélange des deux, plus que probablement.

Et puis, oooooh! Cette maison toute seule, toute vieille et toute usée serait hantée? Comme c'est étrange, je ne m'y attendais vraiment pas…

Espérons que la suite réserve un tantinet plus de surprises!

Du paroxysme de l'horreur…

Heureusement pour nous, les fantômes de Crickley Hall ont des secrets bien glauques à nous révéler! Grâce à une voyante – Tiens, ça non plus, je ne m'y serais pas attendue… – les fantômes qui hantent les lieux vont progressivement livrer un aperçu de leur tragique destinée.

Disons-le tout de suite, cette histoire de fantômes ne ferait même pas frissonner un bambin de maternelle. Même moi qui suis pourtant sensible aux histoires de revenants, je n'ai pas une seule seconde senti les poils de ma nuque se hérisser. Et pourtant, l'histoire des fantômes de Crickley Hall m'a révulsée tant le sort des victimes de l'ancien propriétaire des lieux est affreux. Une histoire de torture physique et psychologique, d'abus sexuels et de meurtres, ni plus ni moins. On frissonne au récit de toutes ses abominations nichées dans le cœur des Cribben, ces propriétaires démoniaques. Mais chttt, je n'en dirai pas plus…

En résumé…

Lecteurs, si vous avez envie d'avoir peur de descendre dans votre cave la nuit, si vous voulez frissonner d'angoisse les jours de forte pluie, ce livre est fait pour vous… En revanche, si vous craignez de ne pouvoir dépasser le stade du récit vu, vu et revu, fuyez, pauvres fous!!

Ma note : 6,5/10

Pourquoi une note si basse? Je n'ai tout simplement pas apprécié certains abus sexuels qui étaient décidément trop tordus pour moi…

Lu dans le cadre du challenge Petit Bac 2013, pour la catégorie Lieux : "Le secret de CRICKLEY HALL"

Lu dans le cadre du challenge Petit Bac 2013, pour la catégorie Lieux : "Le secret de CRICKLEY HALL"

Lu aussi dans le cadre du challenge "Au-delà de la peur 2013"

Lu aussi dans le cadre du challenge "Au-delà de la peur 2013"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s